nuance

Le clonage parfait impossible ?

La reproduction à l'identique de cellules ou d'organismes par clonage paraît plus difficile qu'il n'y paraît. En effet, une équipe de recherche vient de montrer que des souris clonées à partir de cellules souches embryonnaires peuvent présenter des anomalies dans l'expression de certains gènes. D'après cette équipe qui publiera ses résultats dans la revue Science du 6 juillet, cette instabilité génétique pourrait poser des problèmes pour l'utilisation des cellules souches embryonnaires humaines.

Comme le soulignent David Humpherys et ses collaborateurs, la technique du clonage par transfert de noyau est une procédure délicate. Son efficacité est limitée et les clones qui parviennent à se développer présentent souvent des problèmes respiratoires et circulatoires. De plus, leur poids à la naissance est plus élevé.

Dans leurs travaux, ce groupe de chercheurs a étudié l'expression de gènes particuliers chez des souris clonées et sur les populations de cellules souches utilisées pour ce clonage. Ces gènes particuliers sont soumis au phénomène d'empreinte, c'est à dire que leur expression dépend du "parent" qui a transmis la copie du gène. Par exemple, la copie d'un gène transmis par la mère peut être exprimée alors que celle du père est muette sans que cela soit en rapport avec la séquence du gène.

Les chercheurs ont montré que, contrairement à ce que l'on observe chez des souris issues d'une fécondation in vitro, l'expression de ces gènes était variable selon les tissus (placenta, rein, cœur, foie) des souris clonées.

De même, cet état d'instabilité génétique des gènes "d'empreinte" était retrouvée dans la population de cellules souches embryonnaires utilisées pour le clonage des souris.

Il faut toutefois noter que les souris clonées ont pu se développer jusqu'à l'âge adulte. D'après les chercheurs, ce dernier résultat laisse penser que les mammifères tolèrent plutôt bien ce type d'anomalies.

Pour résumer ces travaux, les chercheurs expliquent que "ces données impliquent que des animaux clonés apparemment normaux pourraient présenter des anomalies subtiles de l'expression des gènes".

Dans l'hypothèse ou de telles variations existeraient avec les cellules souches embryonnaires humaines, on peut légitimement se poser la question du contrôle précis de l'expression de leur gènes dans une approche médicale.

Source : Science 2001;293:95-7.

Descripteur MESH : Cellules , Cellules souches , Cellules souches embryonnaires , Gènes , Génétique , Reproduction , Recherche , Organismes , In vitro , Transfert , Tissus , Rein , Précis , Population , Placenta , Mammifères , Adulte , Foie , Fécondation in vitro , Fécondation , Expression des gènes , Animaux

Recherche scientifique: Les +