nuance

Cacao, polyphénols et protection cardiovasculaire

Des chercheurs de l’université de Pennsylvanie aux Etats Unis publient une étude sur les effets antioxydants des graisses dus aux composés riches en phénols du cacao. La poudre de cacao et le chocolat noir réduiraient, selon eux, les risques cardiovasculaires tout en laissant stable le taux de prostaglandines.

L’étude publiée par Penny Kris-Etherton dans la revue American Journal of Clinical Nutrition est la première à évaluer et à comparer l’oxydation des LDL (Low Density Lipoprotein) chez des personnes soumises soit à un régime pauvre en flavonoïdes, des composés polyphénoliques retrouvés dans plusieurs aliments dérivés de plantes et notamment le chocolat, soit à un régime riche en cacao.

L’oxydation des LDL est impliquée dans le développement des plaques d’athérome ou dans le durcissement des artères. Les flavonoïdes, présents dans plusieurs variétés de plantes, sont depuis longtemps connus pour inhiber l’oxydation des LDL.

Les chercheurs ont conduit deux études croisées randomisées incluant 23 sujets sains, 10 hommes et treize femmes, soumis à deux régimes différents pendant quatre semaines: un régime type américain à basse teneur en fibres (R1) et le même régime supplémenté avec 22 grammes de cacao et 16 grammes de chocolat noir (R2).

Les résultats ont montré une diminution de la vitesse d’oxydation des LDL de 8% pour ceux ayant suivi le régime R2 ainsi qu’une capacité totale antioxydative du sérum augmentée de 4%, comparés à ceux ayant pris le régime R1.

La concentration de cholestérol-HDL chez les personnes avec le régime supplémenté en cacao a été supérieur de 4% à celle des personnes sans supplément de cacao. Cependant, les rapports LDL/HDL n’ont pas vraiment différé.

Les concentrations urinaires à 24 heures de thromboxane B2 et de 6-céto-prostaglandine F1alpha ainsi que le rapport des deux n’ont pas différé entre les deux régimes.

Les auteurs concluent de leur étude que la poudre de cacao et le chocolat noir favorisent la réduction légère du métabolisme oxydatif des LDL, augmentent la capacité antioxydative totale sérique ainsi que la concentration de cholestérol-HDL sans influencer celles des prostaglandines. Ces effets sont en faveur d’une réduction des risques cardiovasculaires.

Source : Am J Clin Nutr 2001;74:596-602.

Descripteur MESH : Polyphénols , Prostaglandines , Antioxydants , Phénols , Pennsylvanie , Personnes , Hypercholestérolémie , Plantes , Flavonoïdes , Cholestérol HDL , Cholestérol , Hommes , Aliments , Métabolisme , Femmes , Études croisées , Artères , Sérum , Thromboxane B2

nuance

Recherche scientifique: Les +