nuance

Vers l’autorisation ministérielle d’importation de cellules souches embryonnaires

Dans le cadre d’un colloque consacré aux cellules souches et à la thérapie cellulaire, organisé conjointement par l’académie des sciences de l’institut de France et les académies nationales de médecine française et britannique, Roger-Gérard Schwartzenberg, ministre de la recherche, a annoncé ce matin l’autorisation prochaine d’importation de cellules souches embryonnaires, en attendant que le projet de loi relatif à la bioéthique soit enfin voté ce qui, échéances électorales obligeant, ne devrait avoir lieu qu’au cours du second semestre 2003.

Le ministre de la recherche a évoqué la nécessité pour les chercheurs français ainsi que pour les entreprises de biotechnologie françaises, de ne pas «être distancés dans la compétition scientifique internationale» par les pays autorisant déjà la recherche sur les embryons surnuméraires (EU, GB notamment), afin d’expliquer sa décision de demander l’autorisation de pouvoir importer des cellules souches embryonnaires.

Conformément à l’article 19 de la loi du 1er juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle sanitaire de produits destinés à l’homme, le ministre de la recherche peut en effet délivrer une telle autorisation, dont le décret du 23 février 2000 fixe les modalités de délivrance.

M. Schwartzenberg a tenu à souligner qu’il avait, en plus des bases légales nécessaires à cette action, l’aval de l’immense majorité de l’assemblée nationale depuis le 22 janvier dernier (325 voix pour le projet de loi, 21 contre), qui a autorisé la recherche sur les embryons, et qu’il avait «indiqué cette éventualité devant l’assemblée au cours de la séance du 17 janvier».

Le ministre a souligné que cette demande était également un souhait exprimé par plusieurs chercheurs français, dont quatre prix Nobel : G. Charpak, J. Dausset, F. Jacob et J.M. Lehn, qui ont publié le 12 novembre 2001 un appel demandant «que la recherche soit autorisée à accéder aux lignées de cellules souches embryonnaires déjà établies».

De plus, le ministre chargé de la recherche se donne de nouveaux outils de réflexion avant de prendre cette décision, en souhaitant recueillir l’avis de cinq experts spécialistes de la recherche médicale, de la biologie et de l’éthique (N. Le Douarin, A. Fagot-Largeault, B. Lemintier, C. Sureau et C. Thibault) réunis en «Comité de Sages» dans ce qui préfigurera la future agence de la procréation et de la génétique humaine (APEGH). Le comité remettra son rapport avant la mi-avril au ministre qui prendra alors une décision.

Le ministre a tenu à préciser que «cette autorisation d’importation ne porterait évidemment que sur des lignées de cellules souches embryonnaires provenant des techniques utilisées en France par le projet de loi, à l’exclusion donc de cellules pouvant être produites par transfert nucléaire ».

R-G. Schwartzenberg s’est montré sur ce dernier sujet plus réservé concernant le clonage thérapeutique (ou «transfert nucléaire d’une cellule somatique», question de sémantique importante selon lui selon que l’on s’adresse aux professionnels ou à la population), attendant que les recherches en cours clarifient la question soulevée récemment sur l’éventuel risque de rejet potentiel dû à l’ADN mitochondrial.

En guise de commentaire, François Jacob dans la salle, a posé à ce sujet une question/réponse ouverte au ministre sur la nécessité de l’expérimentation en biologie en demandant : «n’a-t-on pas intérêt à interdire le moins possible ?». «Il s’agit d’une question d’une grande pertinence», a répondu le ministre.

Source : Colloque ‘Cellules souches et thérapie cellulaire, 25-27 mars 2002, Académie des Sciences

PI

Descripteur MESH : Cellules , Cellules souches , Génétique , Recherche , Cellules souches embryonnaires , France , Bioéthique , Médecine , Biologie , Voix , Transfert , Thérapeutique , Sémantique , Risque , Prix Nobel , Population , Mars , Commentaire , Biotechnologie

nuance

Recherche scientifique: Les +

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

Une IA pour détecter précocement les maladies pancréatiques lors des écho-endoscopies

La DNDi et BenevolentAI collaborent pour accélérer la recherche de médicaments vitaux contre la dengue

La FDA a accordé la désignation de procédure accélérée au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées

ASICS - STATE OF MIND INDEX : UNE ÉTUDE MONDIALE SOULIGNE L'IMPACT POSITIF DU SPORT SUR LA SANTÉ MENTALE

La Food and Drug Administration des États-Unis a octroyé la désignation de médicament orphelin au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique et de l'adénocarcinome de jonction gastro-œsophagienne

Jubilant Therapeutics Inc. annonce que des inhibiteurs isoformes sélectifs de la PAD4 présentent une sélectivité et une puissance in vitro, une biodisponibilité orale et une activité antitumorale in vivo élevées

Personalis publie de nouvelles données prouvant la capacité d’un algorithme hautement sensible à détecter la perte d’hétérozygotie du gène HLA

La Patient Safety Movement Foundation annonce les dates et la liste des intervenants du 8e Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Traitement de l'APDS : Pharming présente des données positives de l'essai de phase II/III sur le leniolisib