nuance

Intérêt du dosage de la protéine S100B sérique dans la surveillance du mélanome cutané métastatique

Une étude prospective de dermatologues rennais confirment dans le dernier numéro de la revue ‘Annales de Dermatologie et Vénérologie’ que l’on observe une élévation du taux de la protéine S100B dans les stades III et IV du mélanome cutané et montre « l’intérêt probable de son dosage lors de la surveillance des mélanomes ».

M. Brouard et ses collègues du service de dermatologie de l’hôpital Pontchaillou de Rennes et du Centre régional de lutte contre le cancer (Centre Eugène Marquis) de Rennes ont étudié le taux sérique de la protéine S100B en fonction du stade du mélanome selon la classification de l’American Joint Committee on Cancer (AJCC).

Comme on le sait, les protéines S100 forment une famille de protéines liant le calcium. Selon la protéine, leur localisation est intranucléaire, intracytoplasmqiue ou extracellulaire. La protéine S100B est notamment exprimée dans les mélanocytes et est impliquée dans la régulation de la prolifération cellulaire, la communication intercellulaire, le métabolisme énergétique et la transduction du signal intracellulaire. Une élévation de cette protéine a déjà été décrite dans le mélanome cutané.

Les chercheurs rennais ont voulu déterminer si la protéine S100B était un marqueur d’évolution métastatique du mélanome en étudiant les variations de son taux en fonction de l’évolution de celui-ci chez des sujets en rémission complète et des sujets sous chimiothérapie.

Le dosage sérique de la protéine S100B a été réalisée chez tous les malades ayant un mélanome cutané (122 cas) par la technique LIA-mat qui détecte spécifiquement par chimioluminescence la pS100B en utilisant 3 anticorps monoclonaux.

Les auteurs précisent que la valeur-seuil optimale du dosage en fonction de l’état évolutif du mélanome a été déterminée par la courbe ROC (receiver operating characteristic).

Les résultats montrent que la valeur-seuil optimale de la protéine S100B pour discriminer des malades ayant des métastases de ceux en rémission complète était de 0,09 µg/L.

La sensibilité du dosage était de 46 % pour le stade III et 86 % pour le stade IV. La valeur prédictive du dosage pour un stade III/IV était de 77 % et la valeur prédictive négative de 89 %.

Les auteurs soulignent que 56 malades ont eu des dosages répétés de la protéine S100B. Le taux de cette dernière a augmenté chez 69 % des patients ayant une progression clinique ou radiologique (9 cas sur 13).

Enfin, le taux sérique de la protéine S100B a augmenté 3 mois avant la détection de nouvelles métastases chez 4 malades sur 9.

« Des études complémentaires sont nécessaires afin de préciser son utilité dans le suivi des malades en rémission complète et des malades en évolution métastatique », concluent les auteurs.

Source : Ann Dermatol Venerol., 2000 ; 127 : 56-9.

Descripteur MESH : Mélanome , Dermatologie , Protéines , Mélanocytes , Transduction du signal , Protéines S100 , Prolifération cellulaire , Patients , Métabolisme énergétique , Métabolisme , Anticorps , Lutte , Famille , Courbe ROC , Communication , Classification , Calcium , Anticorps monoclonaux

nuance

Recherche scientifique: Les +