nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Réanimation

318 résultats triés par date
affichage des articles n° 19 à 37

L'hypothermie modérée se révèle inefficace pour le traitement du traumatisme crânien

Caducee.net, le 22 février 2001 : En cas de traumatisme crânien fermé, un traitement par hypothermie à 33° C ne permet pas d'améliorer l'état des patients mesuré six mois après la blessure. Ce résultat provient d'un essai randomisé dont le bilan vient d'être publié dans le New England Journal of Medicine. […].

AVC ischémique: vers un pronostic plus fin ?

Caducee.net, le 02 juillet 2001 : Un modèle qui combine l'imagerie médicale à l'examen clinique permet de prédire avec une meilleure précision l'évolution après un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique. Décrit dans le dernier Lancet, cet outil utilise l'imagerie par résonance magnétique pondérée en diffusion. Cette méthode permet la détection des lésions ischémiques focales dans les premières heures qui suivent l'accident cérébral ischémique. […].

Réduire la mortalité à la sortie des soins intensifs

Caducee.net, le 28 mai 2001 : En Grande-Bretagne, la mortalité des personnes qui sortent prématurément des soins intensifs pourrait être réduite de 39 % si elles restaient dans ce service 48 heures de plus. Ceci est la conclusion d'une étude britannique parue dans le British Medical Journal. […].

Défibrillation et mauvais positionnement des palettes

Caducee.net, le 11 juin 2001 : Un mauvais placement des palettes de défibrillation pourrait être relativement fréquent, révèle une étude anglaise. Menée à l'hôpital de Southampton, elle indique que la plupart des médecins ne les positionnent pas exactement selon les recommandations européennes. Reste à savoir quel est l'impact sur les patients et dans les différents pays européens. […].

COVID-19 : Manquons-nous vraiment de médecins réanimateurs ?

COVID-19 : Manquons-nous vraiment de médecins réanimateurs ?

CNP-AR, le 15 juin 2021 : Beaucoup s’interrogent aujourd’hui sur la capacité des unités de réanimation à faire face à la tempête que représente la pandémie COVID-19. Des inquiétudes s’expriment à cette occasion et certains considèrent que les difficultés actuelles de nos réanimations seraient liées à un manque de médecins réanimateurs. La situation est décrite comme d’autant plus critique que le président de la Société de Réanimation de Langue Française souligne (Figaro du 08/04/2021 ; Figaro du 04/06/2021 ; Interview France Inter du 08/06) que, chaque année, seulement 74 internes sont qualifiés en réanimation. […].

Réanimation : L’AMUF veut doubler le nombre d’internes en formation et de lits pérennes

Réanimation : L’AMUF veut doubler le nombre d’internes en formation et de lits pérennes

AMUF, le 11 février 2021 : La médecine d’urgence pour les malades graves a besoin partout en France d’un accès à ces lits de réanimation médicale. Le concept des réanimations éphémères est un non-sens. Cette notion de réadapter le système est contradictoire avec les impératifs de qualité des soins et d’accès aux soins préservé pour tous les malades. Il déstabilise le système, il favorise les malades de la COVID au détriment des autres malades. Le manque de lits de réanimation médicale crée une pénurie inutile et place la France dans les derniers rangs des pays de l’OCDE en équipements et structures de réanimation. […].

Le point sur la bactériologie des sinusites sphénoïdales nosocomiales

Caducee.net, le 19 juillet 2000 : La ponction du sinus sphénoïdal est peu rentable en cas de sinusite maxillaire associée en réanimation ; elle doit être réservée aux patients présentant une sinusite sphénoïdale radiologique isolée dans un contexte infectieux, indique une étude prospective sur 30 patients hospitalisés dans un service de réanimation chirurgicale. Elle a été réalisée par des cliniciens du service d’ORL, de chirurgie de la face et du cou, et le département d’anesthésie-réanimation du groupe hospitalier Pitié-Salpétrière (Paris). Publiés dans la revue Médecine et maladies infectieuses, les résultats rapportés constituent la première étude cytobactériologique des sinusites sphénoïdales nosocomiales. […].

Les patients atteints de maladie systémique peuvent présenter un état particulièrement grave nécessitant un séjour en réanimation

Caducee.net, le 07 mars 2000 : Une étude française rétrospective de 39 séjours, publiée dans le dernier numéro de la Revue de Médecine Interne, portant sur le pronostic des maladies systémiques admises en réanimation montre que « bien que les patients atteints de maladie systémique admis en service de soins intensifs aient des critères de gravité plus sévères que des patients non sélectionnés hospitalisés dans les mêmes services, le diagnostic de maladie générale, même évoluée, ne suffit pas à récuser chez eux une prise en charge en réanimation ». […].

SDRApps, une nouvelle application pour les professionnels de réanimation

SDRApps, une nouvelle application pour les professionnels de réanimation

CHU AMIENS, le 02 juin 2021 : Deux médecins réanimateurs du CHU Amiens-Picardie ont développé SDRApps, une application pour aider les médecins intervenant en réanimation, internes, assistants, praticiens hospitaliers francophones. Elle facilite la prise en charge de la complication la plus grave des infections pulmonaires, le Syndrome de Détresse Respiratoire Aigüe (SDRA), également la forme la plus grave de la COVID-19. L’application bénéficie donc à tous les patients COVID-19 hospitalisés en réanimation et placés sous assistance respiratoire. […].

Réanimation cardio-pulmonaire : l’évolution après compression thoracique est identique qu’elle soit ou non associée au bouche-à-bouche

Caducee.net, le 30 mai 2000 : L’évolution du patient après réanimation cardio-pulmonaire par la seule compression thoracique est identique à l’évolution après compression thoracique avec bouche-à-bouche, rapporte dans le New England Journal of Medicine l’équipe du Dr John Canto de l’Université de l’Alabama à Birmingham (USA). Ces auteurs indiquent par ailleurs que la compression thoracique seule semble être, en matière de réanimation cardio-pulmonaire, la meilleure approche pour des témoins inexpérimentés. […].

Réouverture en urgence des réanimations éphémères à l’APHP

Réouverture en urgence des réanimations éphémères à l’APHP

SNPHARE, le 26 février 2021 : La cellule de crise de l’APHP réunie hier matin enjoint de manière soudaine et brutale à tous les hôpitaux d’augmenter leurs capacités de réanimation — en clair : d’ouvrir ou de rouvrir des réanimations éphémères, rejoignant une montée en charge déjà existante dans bien d’autres régions, et ceci dans une totale discrétion, mais une remarquable efficience. […].

Un nouveau système de refroidissement intra nasal pourrait améliorer les chances de survie lorsqu'il est utilisé peu de temps après un arrêt cardiaque

PR Newswire, le 16 août 2010 : SAN DIEGO, Californie, August 16, 2010 /PRNewswire/ -- Un nouveau système portable qui refroidit le cerveau via la cavité nasale pourrait améliorer les chances de survie après un arrêt cardiaque par rapport aux procédures standard de soin, en particulier lorsque la réanimation cardio-pulmonaire et le refroidissement sont entrepris rapidement. […].

Formes sévères de COVID-19 : des résultats préliminaires encourageants avec l’Anakinra

Formes sévères de COVID-19 : des résultats préliminaires encourageants avec l’Anakinra

Caducee.net, le 02 juin 2020 : Selon les résultats préliminaires d’une étude de cohorte rétrospective publiée le 30 mai dans la revue The Lancet Rheumatology, un traitement immuno-modulateur à base d’Anakinra / Kineret proposé aux patients admis pour une forme sévère de COVID-19 a permis de réduire de façon significative le risque de décès et de passage en réanimation. Une diminution des besoins en oxygène a également été constatée au bout de 7 jours de traitement. […].

Les secteurs d’anesthésie / salles de surveillance post-interventionnelles indissociables des plateaux de soins critiques

Les secteurs d’anesthésie / salles de surveillance post-interventionnelles indissociables des plateaux de soins critiques

CNP ARMPO, le 03 mai 2022 : Si le Conseil National Professionnel d’Anesthésie-Réanimation et Médecine Péri Opératoire (CNP ARMPO) se félicite de la publication le 27 avril des décrets actualisant les conditions d’implantation et de fonctionnement de l’activité des soins critiques, il s’alarme de ne pas lire dans la feuille de route d’application de ces décrets proposée par le Ministère des Solidarités et de la Santé, malgré des contacts répétés, l’intégration explicite des secteurs d’anesthésie / salles de surveillance post-interventionnelles dans les plateaux de soins critiques. Ceux-ci ont pourtant été après les attentats de 2015 et pendant la pandémie entre 2020 et 2022 l’un des éléments clés de prise en charge des afflux soudains de patients. […].

Les déprogrammations d’opérations chirurgicales placent les médecins face à des choix éthiques

Les déprogrammations d’opérations chirurgicales placent les médecins face à des choix éthiques

Caducee.net, le 02 novembre 2020 : Alors que les services de réanimation sont confrontés à un afflux massif de patients atteints de la COVID-19, de plus en plus d’hôpitaux activent leur dispositif de crise et les déprogrammations des opérations chirurgicales « non urgentes » ou tout simplement « non- COVID-19 » se multiplient. Alors que l’inquiétude des médecins et des patients grandit, des voix s’élèvent pour que ces déprogrammations demeurent des décisions médicales prises au cas par cas et non pas des injonctions administratives déconnectées des réalités du terrain. […].

60 % plus létal, le variant anglais serait associé à deux fois plus de risque de formes sévères nécessitant une prise en charge en réanimation

60 % plus létal, le variant anglais serait associé à deux fois plus de risque de formes sévères nécessitant une prise en charge en réanimation

Caducee.net, le 15 mars 2021 : De plus en plus d’études comparant les effets du variant anglais aux souches historiques convergent pour établir qu’au-delà d’une plus grande contagiosité, le variant anglais serait corrélé à une augmentation du risque de décès de l’ordre de 60 % et à un doublement du risque de subir une forme sévère nécessitant des soins intensifs dans les services de réanimation. […].

Réanimation : l’ARS veut 50 lits supplémentaires dans les Hauts-de-France

Réanimation : l’ARS veut 50 lits supplémentaires dans les Hauts-de-France

ARS, le 12 février 2021 : La situation épidémiologique et sanitaire de la région — avec une augmentation progressive depuis plusieurs semaines des taux d’incidence et de l’activité Covid des établissements de santé — ainsi que des tensions dans plusieurs établissements de santé ont conduit l’ARS à demander aux hôpitaux de la région de déployer 50 lits de réanimation supplémentaires. Alors qu’un volume de 600 lits avait été maintenu mi-décembre après le pic d’activité de la seconde vague de la Covid-19 (voir communiqué), le capacitaire régional est ainsi porté à 650 lits. […].

La DRESS actualise les données en Open Data sur le nombre de lits des établissements de santé

La DRESS actualise les données en Open Data sur le nombre de lits des établissements de santé

DREES, le 31 janvier 2022 : La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie, en open data, une mise à jour des données sur les lits de réanimation, de soins intensifs et de surveillance continue en France. Par rapport à la précédente version, diffusée en open data fin juillet 2021, le fichier est actualisé avec les données au 31 décembre 2020. […].

nuance

Les plus