nuance

La médecine générale a besoin d'une formation initiale et continue spécifique, de qualité et indépendante !

Depuis plus de 4 mois, les généralistes se mobilisent pour une évolution de leurs conditions d'exercice. Les revendications portent d'abord sur les gardes et les rémunérations mais aussi sur la nécessaire définition de la fonction et des missions des généralistes. Se pose ainsi la question de la formation.

Aussi, le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) renouvelle ses revendications sur :

- la reconnaissance de la médecine générale comme spécialité clinique et universitaire

- l'abrogation des ordonnances de 1958 afin de casser entre autres le système des PU-PH empêchant toute véritable reconnaissance universitaire de la médecine générale

- l'ouverture du premier cycle d'études médicales à d'autres formations de professionnels de santé

- un deuxième cycle avec un enseignement transversal, non cloisonné, basé sur le principe du module intégré ( la mise en place d'un système d'évaluation / accréditation des terrains de stage et des enseignements) et un diplôme de fin d'étude

- un examen de passage du 2e au 3e cycle, national, classant, dissocié de la validation du deuxième cycle et d'organisation décentralisé

- la mise en place d'un DES de médecine générale à visée professionnelle pour le troisième cycle

- l'établissement d'une connexion FMI/FMC en fin d'études médicales

- une FMC accessible à tous (libéraux, remplaçants inclus, hospitaliers et salariés) indépendante de l'industrie pharmaceutique et distincte de l'Université.

Ces revendications seront portées ce jour par les représentants du SNJMG lors de la réunion ministérielle sur la formation médicale initiale et continue.

Les représentants du SNJMG rappelleront aussi la demande du syndicat de création de DESC d'urgences et de gérontologie accessibles au titulaires du DES de médecine générale.

Soucieux de ne pas pénaliser les générations de médecins formés antérieurement au DES de médecine générale et devant la nécessité démographique de ne pas cloisonner les différents modes d?exercice, le SNJMG demande l'équivalence DESC pour les titulaires de la CAMU (Capacité d'aide médicale d'urgence), de la CMU (capacité de médecine d'urgence) ou de la capacité de gériatrie et la possibilité de s'inscrire en DESC pour tous les généralistes.

Enfin, les représentants du SNJMG presenteront un projet de FMC reposant sur le volontariat des médecins et organisée autour : - D'une structure rassemblant les experts scientifiques (représentants de l'université et des sociétés savantes) chargée de la validation des projets de FMC.

- D'une structure gérant pour les libéraux, l'organisation financière de la FMC (Cet organisme, émanation des Unions Professionnelles, émettra des chèques formation permettant aux médecins de s'abonner à une revue, s'inscrire à une association ou à une action de FMC à la condition que cette revue, association ou action ne reçoivent AUCUN SOUTIEN - matériel ou financier - de l'industrie pharmaceutique. Les règles de gestion devront être aussi strictes que s'il s'agissait de fonds publics avec contrôle régulier par la Cour des comptes).

Descripteur MESH : Médecine , Médecine générale , Médecins , Association , Industrie , Industrie pharmaceutique , Aide médicale , Enseignement , Gériatrie , Médecins généralistes , Ordonnances , Réunion , Sociétés , Sociétés savantes , Urgences

nuance

Actualités professionnelles: Les +