nuance

Greffe de foie chez l’enfant : l’effet de l’immunosuppression sur la survenue des lymphomes post-transplantation

Une étude pédiatrique rétrospective parue dans Transplantation montre que l’utilisation de tacrolimus est associée à un risque 5 fois plus élevé de maladie proliférative post-greffe (PTLD) par rapport à ceux qui recoivent de la ciclosporine. Un diagnostic précoce et une diminution et/ou un arrêt d’agents immunosupresseurs puissants pourraient contribuer à diminuer la morbidité et la mortalité de ce syndrome.

B. S. Younes et ses collègues de la division de gastroentérologie pédiatrique et nutrition de l’UCLA Medical Center (Los Angeles, Californie, USA) ont mené leur analyse auprès de receveurs ayant été transplantés entre 1984 et 1997.

251 enfants avaient reçu de la CsA dont 70 avaient également reçu de l’OKT3 par un rejet cortico-résistant et 29 ont eu du tacrolimus du fait d’une résistance à l’OKT3 et/ou un rejet chronique.

141 enfants ont reçu du tacrolimus en tant que traitement initial. 60 patients qui ont survécu moins de 6 mois après la transplantation ont été exclus de l’étude.

La densité d’indence (ID) totale de la maladie lymphoproliférative post-greffe (PTLD) était de 1.8 +/- 0.4 pour 100 patients-années (30/392).

Dans le groupe CsA, le taux global ID de PTLD était de 0.93 +/- 0.2 pour 100 patients-années (15/251).

Au sein de ce groupe CsA, le taux ID de PTLD était de 0.49 +/- 0.1 sans OKT3 ou tacrolimus, 0.67 +/- 0.2 avec OKT3, et 6.42 +/-1.1 avec sauvetage par tacrolimus.

Le taux ID global pour la PTLD parmi les patients du tacrolimus en traitement initial était de 4.86 +/- 1.2 pour 100 patients-années (15/141).

Les auteurs ont observé une augmentation d’un facteur 5 du taux ID de PTLD dans ce groupe tacromilus, comparé au groupe CsA (P<0.001).

Le délai moyen de survenue de la PTLD était 5 fois plus long (49.7 +/- 20.7 mois) dans le groupe CsA par rapport au groupe de sauvetage par CsA/tacrolimus (9.8 +/- 3 mois, P<0.05) ou dans le groupe tacrolimus en traitement primaire (12.6 +/- 5.1 mois, P<0.05).

5 patients ont développé un syndrome monoclonal dans le groupe CsA, mais chez un seul des patients sous tacrolimus (P<0.05).

Le tableau clinique comprenait souvent des lymphadénopathies, de la fièvre, un malaise, de l’anorexie, une perte de froid, une hypoalbuminémie, saignement gastrointestinal.

Le taux de mortalité était de 20%, 3 patients étant décédés dans chaque groupe.

Source : Transplantation, July 15, 2000, Vol.70; N°1.

Descripteur MESH : Transplantation , Lymphomes , Foie , Tacrolimus , Maladie , Mortalité , Syndrome , Diagnostic précoce , Diagnostic , Morbidité , Risque , Ciclosporine , Patients , Fièvre , Gastroentérologie , Hypoalbuminémie , Los Angeles , Californie

nuance

Recherche scientifique: Les +