nuance

Une enzyme responsable de l’obésité chez la souris

Une équipe de chercheurs américains et anglais vient de mettre en évidence une enzyme, qui, exprimée dans les tissus adipocytaires de la souris, est responsable de son obésité ainsi que de maladies qui y sont liées telles que le diabète. Cette découverte pourrait montrer la voie au développement de médicaments permettant d’inverser la courbe de l’obésité viscérale chez l’homme.

Cette étude, menée par Jeffrey Flier de Boston et ses collaborateurs de l’université d’Edimbourg, fait l’objet d’un article dans la revue Science du 7 décembre.

Afin d’identifier les mécanisme moléculaires sous-tendant l’accumulation de graisse au niveau abdominal, Flier et al se sont intéressés au rôle du cortisol. Les patients atteint du syndrome de Cushing ont en effet un excès de cortisol sanguin et un excès de masse graisseuse abdominale.

Les chercheurs ont étudié l’activité de l’enzyme permettant la production de cortisol dans les cellules, la 11beta-hydroxystéroïde déshydrogénase de type 1 ou 11βHSD-1. Cette enzyme est connue pour être présente dans les adipocytes.

Des souris transgéniques sur-produisant la 11βHSD-1 ont été générées. Ces souris ont augmenté leur taux de cortisol dans leurs adipocytes et non dans le sang. Comparées aux souris sauvages, les souris transgéniques, après neuf semaines de régime pauvre en lipides, ont commencé à prendre du poids, pour atteindre un excédent de 16% au bout de 15 semaines.

Les souris transgéniques ont également était plus sensibles à la prise de poids avec un régime riche en graisse. Une étude plus fine a montré que le gain de poids se situait principalement au niveau de l’abdomen, dans des régions identiques à celles des souris sauvages ayant bénéficié d’un régime hyperlipidique.

Les animaux transgéniques ont également développé des diabètes, des résistances à l’insuline, des hyperlipidémies et elles sont devenues plus voraces.

«Nous avons été surpris de trouver qu’une petite augmentation de la 11βHSD-1 seule, pouvait être la cause d’une obésité viscérale chez la souris», a commenté Flier.

«Ces découvertes, associées à la corrélation entre l’activité de la 11βHSD-1 et l’obésité chez certaines personnes obèses, suggèrent fortement que cette enzyme peut devenir une cible thérapeutique de choix dans le traitement de l’obésité viscérale», a ajouté le chercheur.

Source : Science 7 décembre 2001;294(5549):2166-70.

Descripteur MESH : Obésité , Tissus , Diabète , Souris transgéniques , Adipocytes , Personnes , Thérapeutique , Syndrome de Cushing , Syndrome , Science , Sang , Rôle , Prise de poids , Patients , Lipides , Hyperlipidémies , Cellules , Boston , Animaux

nuance

Recherche scientifique: Les +