nuance

L'ostéoporose, une complication trop peu recherchée ?

Près de la moitié des américaines ménopausées présenteraient une densité minérale osseuse anormalement faible et 7 % souffriraient d'ostéoporose. Ces chiffres sont issus de l'examen de plus de 160.000 femmes ménopausées chez lesquelles une ostéoporose n'avait jamais été diagnostiquée. L'augmentation significative du risque de fracture qui en découle nécessite des programmes efficaces de dépistage et de prise en charge, estiment les auteurs de cette étude.

Les premiers résultats de l'étude américaine NORA (National Osteoporosis Risk Assessment) viennent d'être publié dans le Journal of American Medical Association. Cette étude est la plus large réalisée aux Etats- Unis sur l'ostéoporose. Au total, les auteurs ont recruté 200.160 femmes de plus de 50 ans, ménopausées et sans ostéoporose diagnostiquée. Les données de 163.979 femmes étaient disponibles pour l'analyse après un suivi d'environ un an.

L'état osseux des participantes a été examiné par la mesure de la densité minérale osseuse (DMO) périphérique (genou, talon ou avant-bras) par absorptiométrie biphotonique à rayons X (DXA).

"En utilisant les critère de l'Organisation Mondiale de la Santé, 39,6 % avaient une ostéopénie et 7,2 % une ostéoporose", écrivent Ethel Siris et ses confrères dans leur article.

Le risque d'ostéoporose était plus élevé avec l'âge, les antécédents de fractures (personnels ou familiaux), une origine asiatique ou hispanique, le tabagisme et la prise de cortisone. Au contraire, un indice de masse corporelle élevé, une origine afro-américaine, les estrogènes et les diurétiques, l'activité physique et la consommation d'alcool diminuaient le risque d'ostéoporose.

Il faut également souligner que la DMO périphérique constituaient un marqueur pertinent du risque de fracture dans l'année : l'ostéoporose était associée à un risque de fracture multiplié par 4 comparé à une DMO normale et l'ostéopénie à un risque multiplié par 1,8. Ces augmentations atteignaient le seuil de signification statistique.

Ainsi, le taux annuel de fracture pour 100 femmes par année de suivi était de 0,86 pour une DMO normale, 1,55 en cas d'ostéopénie et 3,47 pour l'ostéoporose.

Ces données confirment l'importance du risque ostéoporotique chez les femmes ménopausées. Dans leur discussion, les auteurs expliquent que sa détection doit être améliorée (la mesure de la DMO périphérique pouvant y contribuer) afin d'éviter des fractures qui peuvent survenir très rapidement après le diagnostic.

Source : JAMA 2001;286:2815-22

Descripteur MESH : Ostéoporose , Risque , Femmes , Programmes , Bras , Cortisone , Diagnostic , Diurétiques , Genou , Indice de masse corporelle , Organisation mondiale de la santé , Physique , Rayons X , Santé , Tabagisme , Talon

nuance

Recherche scientifique: Les +

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

Une IA pour détecter précocement les maladies pancréatiques lors des écho-endoscopies

La DNDi et BenevolentAI collaborent pour accélérer la recherche de médicaments vitaux contre la dengue

La FDA a accordé la désignation de procédure accélérée au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées

ASICS - STATE OF MIND INDEX : UNE ÉTUDE MONDIALE SOULIGNE L'IMPACT POSITIF DU SPORT SUR LA SANTÉ MENTALE

La Food and Drug Administration des États-Unis a octroyé la désignation de médicament orphelin au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique et de l'adénocarcinome de jonction gastro-œsophagienne

Jubilant Therapeutics Inc. annonce que des inhibiteurs isoformes sélectifs de la PAD4 présentent une sélectivité et une puissance in vitro, une biodisponibilité orale et une activité antitumorale in vivo élevées

Personalis publie de nouvelles données prouvant la capacité d’un algorithme hautement sensible à détecter la perte d’hétérozygotie du gène HLA

La Patient Safety Movement Foundation annonce les dates et la liste des intervenants du 8e Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Traitement de l'APDS : Pharming présente des données positives de l'essai de phase II/III sur le leniolisib