nuance

Schizophrénie : les effets secondaires de l’olanzapine sous-évalués ?

Des chercheurs de l’Université de Duke (Etats-Unis) mettent en garde contre le risque de diabète et de complications graves qui pourraient être associés à la prise d’olanzapine, un neuroleptique atypique indiqué dans le traitement de la schizophrénie.

Ces chercheurs ont trouvé chez certains patients traités par olanzapine des anomalies métaboliques diverses : problèmes de glycémie, acidocétose diabétique et même coma. Dans la plupart des cas, un diagnostic de diabète n’avait pas été posé chez les patients.

« Bien que notre rapport ne prouve pas l’existence d’un lien de causalité entre le médicament et le diabète, les médecins devraient être vigilants quant à la survenue de ces effets adverses potentiels », a déclaré le Dr Murali Doraiswamy, psychiatre au Centre Medical de l’Université de Duke et premier auteur de cette étude. Doraiswamy et ses collaborateurs publient les conclusions de leur étude dans l’édition de Pharmacotherapy datée du 2 juillet.

Les auteurs de cette étude ont revu sur une période de huit ans les cas de diabètes chez des patients sous olanzapine. Ils ont utilisé la base de données de pharmacovigilance de la FDA, la base de données Medline et les abstracts présentés lors de congrès de psychiatrie.

Sur les 289 cas de diabète chez des sujets sous olanzapine, 255 étaient de nouveaux cas. Cent patients ont développé une cétose et 22 une pancréatite. Il y a eu 23 décès dont le cas d’un patient de 15 ans décédé d’une pancréatite nécrosante. La plupart des cas (71 %) sont survenus dans les six mois qui suivaient l’initiation du traitement et de nombreux cas étaient associés à une prise de poids marquée.

« L’âge moyen des adultes qui montraient des signes de diabète après avoir pris l’olanzapine était environ inférieur de 10 ans à ce qui est généralement observé dans la communauté », explique Doraiswamy. « Ce jeune âge ajouté aux nombres de complications sérieuses et aux améliorations rapportées quand le médicament était arrêté suggère un lien avec la maladie ». Cependant, ce lien n’est pas définitivement établi, bien que le risque de diabète avec l’olanzapine ait été déjà rapporté.

Selon les auteurs, on ne sait pas si ces risques diffèrent au sein des représentants de la classe des neuroleptiques atypiques. L’intérêt de ces traitements n’est pas remis en cause, poursuit Doraiswamy, mais « nous devons en savoir plus sur leurs effets secondaires à long terme ».

Source : Duke University Medical Center. Pharmacotherapy 2002, July 2.

SR

Descripteur MESH : Neurologie , Diabète , Risque , Schizophrénie , Patients , Base de données , Pancréatite , Médecins , Psychiatrie , Prise de poids , Pharmacovigilance , Neuroleptiques , Medline , Acidocétose diabétique , Maladie , Glycémie , Diagnostic , Coma , Cétose , Causalité , Auteur

nuance

Recherche scientifique: Les +