nuance

Le thé pourrait protéger de l’athérosclérose

Boire du thé pourrait avoir un effet positif vis-à-vis de l’athérosclérose aortique sévère, indiquent des épidémiologistes néerlandais dans une étude publiée dans les Archives of Internal Medicine.

Ce travail, dirigé par Johanna Geleijnse et ses collègues du départent d’épidémiologie et biostatistiques de l’Erasmus University Medical Center de Rotterdam, a porté sur 3.454 sujets inclus dans une vaste cohorte d’hommes et de femmes âgés de 55 ans et plus.

La détection de plaques d’athérome de l’aorte abdominale a été réalisée par radiographie après un suivi de 2 à 3 ans. Le degré d’athérosclérose a été classifié comme étant léger, modéré ou sévère selon la longueur de la zone calcifiée (<1 cm, de 1 à 5 cm, >5 cm).

L’analyse multivariée révèle une association inverse significative entre la consommation de thé et des stades avancés d’athérosclérose aortique.

Les odds ratios étaient diminués de 0,54 (IC 95%, 0,32-0,92) pour une consommation de 125 à 250 ml (une ou deux tasses) à 0,31 (IC 95% : 0,16-0,59) pour une consommation de plus de 500 ml de thé par jour. En d’autres termes, il a été observé que les personnes une à deux tasses de thé par jour avait 46% moins de risque de développer une athérosclérose sévère, alors que ceux qui en prenaient quatre tasses par jour avaient une réduction de 69% de ce même risque.

Ces résultats, de l’avis même des auteurs, sont cependant à prendre avec précaution dans la mesure où il est connu que la consommation dans les populations occidentales est généralement associée à un style de vie et à un régime alimentaire sains. “D’ailleurs, font-ils remarquer, dans notre étude, la consommation de thé était un peu plus importante chez les personnes maigres, éduquées, qui fumaient moins et prenaient peu d’alcool, de café et de graisses”.

Des études épidémiologiques antérieures ont rapporté une réduction du risque de maladie coronarienne chez des sujets consommant un taux élevé de flavonoïdes. L’effet protecteur de ces composés, en particulier du sous-groupe de flavonols, pourraient être attribuables à leur activité anti-oxydante. En effet, il a été montré que les flavonoïdes protègent de l’oxydation de LDL et du développement des stries lipidiques, lésions les plus précoces de l’athérosclérose. Dans les populations occidentales, la moitié de la consommation des flavonols provient du thé noir.

Source : Archives of Internal Medicine, 1999, 11 octobre, 159: 2170-74.

Descripteur MESH : Thé , Archives , Risque , Flavonoïdes , Flavonols , Personnes , Maladie , Vie , Travail , Style de vie , Régime alimentaire , Radiographie , Maladie coronarienne , Femmes , Études épidémiologiques , Café , Biostatistiques , Athérosclérose , Association

nuance

Recherche scientifique: Les +