nuance

Epidémie d’oreillons limitée à une communauté religieuse

C’est une curieuse épidémie de 144 cas d’oreillons, déclarés entre juillet 1998 et avril 1999 dans une communauté religieuse de Londres, que décrivent dans le dernier numéro d’Eurosurveillances le Dr C.A. van den Bosch et ses collègues du East London and the City Health Authority de Londres. L’infection a été confirmée chez 51 des 62 personnes qui ont eu un test salivaire. La moitié des cas cliniques et la moitié des cas confirmés avaient pourtant reçu une dose de vaccin ROR. L’efficacité du vaccin est en cours d’évaluation dans cette minorité du nord de Londres dans le cadre d’une étude cas-témoin.

Comme le rappellent ces auteurs, « depuis l’introduction du vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) en Angleterre en 1988, les oreillons, maladie fébrile aiguë causée par un paramyxovirus et caractérisée par une parotidite, sont rares ».

L’épidémie qu’ils relatent est survenue au nord de Londres. Elle a été identifiée dans le cadre de la surveillance de routine. A l’exception de 2 cas, tous étaient membres d’une communauté religieuse juive.

Les patients ont été identifiés par les déclarations communiquées par les médecins généralistes auprès des médecins inspecteurs (spécialistes du contrôle des maladies transmissibles des circonscriptions de l’est de Londres (Hackney, Newham, Tower Hamlets, et la ville de Londres).

Les médecins généralistes qui déclaraient des cas cliniques d’oreillons recevaient un kit de prélèvement salivaire.

Les échantillons étaient soumis à un radio-immuno-essai IgM, ou à une PCR, ou encore aux deux techniques. Il a également été demandé aux médecins de réaliser des prélèvements pharyngés pour une culture virale.

Enfin, le statut vaccinal de chaque patient a été déterminé à partir de la base de données régionale des vaccinations pédiatriques et des dossiers des médecins généralistes.

Les résultats indiquent que, parmi 62 patients atteints d’oreillons et chez qui un prélèvement salivaire avait été effectué, 51 cas ont été confirmés par radio-immuno-essai IgM, PCR ou par les deux techniques.

Le statut vaccinal pour le ROR était inconnu dans sept cas. La moitié (68/137) des cas cliniques et la moitié (24/48) des cas confirmés avaient reçu une dose de vaccin ROR.

Trois cas avaient reçu une seconde dose, en l’occurrence le rappel avant l’entrée à l’école, mesure qui a introduite dans le calendrier vaccinal anglais en 1996. Ce taux apparent d’échec vaccinal lors de cette épidémie semble « excessivement élevé », même si l’on tient compte du fait que seulement trois enfants avaient reçu deux doses.

« Les discussions avec les médecins généralistes concernés ont montré qu’il y avait eu une importante sous-déclaration lors de cette épidémie. Ils ne pensaient pas que des cas cliniques d’oreillons apparemment typiques pouvaient être causés par ce virus vu que les enfants avaient été vaccinés », indiquent les auteurs.

Deux d’entre eux n’avaient subi aucun test de confirmation. Chez le troisième, la recherche d’IgM était négative et la PCR n’a pas été réalisée.

Après séquençage, le virus des oreillons s’est avéré appartenir au génotype C. Il a été isolé après culture cellulaire de six des huit échantillons pharyngés prélevés au cours des sept jours suivant l’apparition des premiers symptômes.

Les auteurs rappellent à cet égard qu’une souche très proche avait également été responsable d’une épidémie d’oreillons qui avait sévi en 1998 à Wiltshire à l’ouest de l’Angleterre. On pensait alors que ce virus était originaire de Goa.

Enfin, concernant l’efficacité du vaccin ROR, ils déclarent que le virus des oreillons peut subir des mutations et, si le vaccin actuel ne confère pas de protection contre les souches courantes, il est important de connaître cette diversité génétique. « Les voyages internationaux sont fréquents et des souches qui ne circulent pas dans un pays peuvent facilement, comme le montre cette épidémie, y être introduites en provenance d’un autre pays », concluent-ils.

Source : Eurosurveillance 2000; 5: 58-60.

Descripteur MESH : Londres , Personnes , Médecins , Virus , Médecins généralistes , Oreillons , Virus des oreillons , Radio , Patients , Membres , Rubéole , Rougeole , Recherche , Parotidite , Angleterre , Maladies transmissibles , Maladie , Génotype , Génétique , Culture virale , Calendrier vaccinal , Base de données

nuance

Recherche scientifique: Les +