nuance

#Coronavirus 2019 : Repérer et prendre en charge un patient suspect

illustrationLa direction générale de la Santé met à la disposition des professionnels de santé et particulièrement des médecins de premier recours des fiches pratiques sur la conduite à tenir en cas de suspicion d’infection à nouveau coronavirus 2019.

2744 cas de pneumopathies et 80 décès liés à un nouveau coronavirus « 2019-nCoV », survenus depuis le 12 décembre 2019, ont été rapportés à Wuhan en Chine. Il s’agit d’un virus différent de ceux responsables du SRAS et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). Si en France 3 cas ont été confirmés, d’autres pays ont également signalé des cas selon l’INVS : Taïwan (6), Thaïlande (5), Australie (4), Singapour (4), Malaisie (4), Japon (3), Corée du Sud (3), États-Unis (2), Vietnam (2), Népal (1) et Canada (1)

Selon la DGS, la situation épidémiologique est largement évolutive et l’European Center for Diseases Control and Prevention a modifié son analyse de risque. Le risque d’importation en France est désormais considéré comme modéré et le risque de diffusion de la maladie dans la population française est considéré très faible : 

Si l’on sait encore peu de chose de sa mortalité, la transmission interhumaine du virus est désormais confirmée, ce qui rend les mesures d’hygiène et de protection d’autant plus nécessaires que des cas de contaminations nosocomiales de soignants n’ayant pas respecté les précautions « gouttelettes » ont été rapportées en Chine.


L’INVS rappelle de son côté que la prise en charge en milieu de soins (visites, consultations…), d’un patient présentant des signes respiratoires infectieux (en particulier d’une toux) doit s’accompagner de la mise en place d’un masque chirurgical anti-projections chez le patient et que le professionnel de santé doit assurer sa protection (masque, lunettes et hygiène des mains).

Un patient doit être suspecté s’il présente des signes cliniques d’infection respiratoire basse et qu’il a séjourné dans la région de Wuhan, ou a été en contact étroit avec un cas confirmé, ou qu’il travaille dans un hôpital avec des cas confirmés.

En cas de suspicion, il est impératif de recourir dans les plus brefs délais à de mobilier l’expertise clinique et épidémiologique, en appelant le Centre 15 ou directement l’infectiologue référent, après application stricte des mesures de protection, tout en recherchant les diagnostics alternatifs les plus probables.

Voir la fiche de la mission COREB

Définition de cas (INVS)

Conduite à tenir (INVS)

Questionnaire (INVS)

Descripteur MESH : Santé , Coronavirus , Médecins de premier recours , Médecins , Infectiologie , Risque , Virus , Corée , Japon , Chine , France , Népal , Taïwan , Australie , Moyen Orient , Vietnam , Thaïlande , Singapour , Malaisie , Canada , Hygiène des mains , Population , Soins , Diffusion , Mortalité , Hygiène , Syndrome , Maladie , Toux

nuance

Epidémiologie: Les +