COVID-19 et campagne vaccinale : les anti-vaccins ont perdu la bataille des réseaux sociaux selon Bloom

illustrationBloom, plateforme de Social Media Intelligence et détecteur de tendances, événements, crises et signaux faibles édite aujourd’hui son analyse des communautés et de tendances de l’opinion publique sur les réseaux sociaux. Sur la question de la campagne de vaccination contre la COVID-19, Bloom identifie une nette évolution de l’opinion des Français entre l’automne 2020 — date de la première vague — et le printemps 2021.

AUTOMNE 2020 : LES ANTIVACCINS ONT LE VENT EN POUPE ET LES ARGUMENTS SONT POLITIQUES AVANT D’ÊTRE SANITAIRES 


En octobre-novembre 2020, le sujet des vaccins contre la COVID-19 suscite une forte émulation (31 % des émotions relevées sur les publications et les engagements), notamment de la part des communautés « anti- vaccins ». Ces anti-vaccins revendiqués (134 000 acteurs actifs) représentent près de 15 % des personnes et 20 % des engagements offrant une représentativité et des capacités fédératrices très fortes. 

Un amalgame mêlant médecins, souverainistes et militants anti-vaccin

Sur Twitter, les complotistes et les sphères politiques anti-Union Européenne dominent la communauté anti- vaccin. Médecins et professionnels de santé expriment leurs doutes le plus souvent anonymement, et alimentent ainsi les contenus antivax tandis que les activistes souverainistes dénoncent les institutions européennes. Sur Facebook, ce sont les médias « alternatifs » qui sont l’antichambre des vaccins avec notamment le documentaire Hold up qui a suscité 136 000 engagements.

Principaux leviers de discussion

L’obligation vaccinale et les plans du gouvernement. Très associée aux véritables intentions du gouvernement, la fake news sur l’obligation vaccinale constitue la bataille centrale des sphères anti-vaccins. 

Le manque de fiabilité des institutions internationales. Les médias traditionnels, le gouvernement et l’Union Européenne sont mis en périphérie des discussions tandis que l’OMS et l’UE sont discréditées aux yeux des anti-vaccins. Le revirement sur l’efficacité de l’antiviral Remdesivir accroît encore plus cette perception. Souvent associés et justifiés par les délais de développement raccourcis du vaccin, les arguments sur le manque de transparence du gouvernement et les intérêts financiers cachés ont le vent en poupe.

Une méfiance accrue envers la fiabilité du vaccin. L’utilisation de la technologie à ARN messager est un levier pour miner la confiance dans la sécurité et l’efficacité du vaccin et sert de pont vers les théories plus extrêmes. 


PRINTEMPS 2021 : LA MOBILISATION DES FRANÇAIS EST DE PLUS EN PLUS FORTE, LA STRATÉGIE GOUVERNEMENTALE CRITIQUÉE ET LES ANTIVACCINS PERDENT DE LEUR AUDIENCE

Entre février et avril 2021, la mobilisation est forte autour de la question des vaccins. On note davantage de conversations sur le sujet : une multiplication par 4 du nombre d’acteurs actifs (4,1 millions) et de la motivation c’est-à-dire la moyenne des interactions par acteurs. L’émotion diminue drastiquement en perdant 17 points, ce qui traduit une nette pacification des échanges sur le sujet.

Entre octobre 2020 et avril 2021, la dynamique des échanges s’est transformée. La plateforme Bloom note une baisse notable de l’audience des anti-vaccins : le nombre d’acteurs actifs est divisé par deux, les taux d’engagement, de motivation et d’émotion sont en baisse. Les thèses anxiogènes des anti-vaccins (risque pour la santé, craintes liées à la technologie ARN, obligation vaccinale, système de corruption généralisé) semblent s’être confrontées à une réalité beaucoup moins alarmiste qu’annoncée au sein de ces sphères.

La stratégie gouvernementale concentre l’attention, les sujets de conversation… mais aussi les critiques : l’efficacité des vaccins contre les variants est remise en question avec la publication des résultats détaillés par étude, leur homologation, etc. 

On observe par ailleurs un rééquilibrage des rapports de force : les complotistes deviennent moins audibles et les communautés — entre les pros et les antivaccins — plus équilibrées. On observe également une fusion des complotistes et des nationalistes qui font front contre le gouvernement.

Parmi les vaccins, sans surprise, l’AstraZeneca détrône Pfizer en concentrant le maximum de discussions légèrement dominées par les émotions négatives : on observe une chute de la colère due à une meilleure accessibilité aux vaccins, mais en parallèle une augmentation de la peur et de la déception vis-à-vis de son efficacité. Les émotions positives restent stables autour de la confiance. L’anticipation diminue au fur et à mesure que le déploiement de la stratégie vaccinale progresse.

Enfin, les débats autour du passeport vaccinal se sont intensifiés avec comme point d’orgue le cas d’Israël particulièrement clivant dans les conversations.




Informations sur l’analyse des communautés

  • Échantillonnage: cette étude de Bloom porte sur une analyse des commentaires publics en langue française postés sur les réseaux sociaux Facebook Twitter Instagram et Youtube en octobre/novembre 2020 et mars/avril 2021. 
  • L’analyse de la communautédans son environnement concurrentiel et thématique, basée sur le concept d’inférence sociale et sémantique est organisée autour de 4 grands critères :
    • Le nombre d’acteurs actifs : ceux qui ont publié/partagé/commenté du contenu
    • Le taux d’engagement : la moyenne entre les différentes actions sociales — publication, commentaire, likes, partages. Il révèle l’intérêt d’une communauté.
    • La motivation : la moyenne des interactions par acteur. Il révèle la portée et la dynamique de la communauté
    • L’émotion générée : elle indique le pourcentage d’émotion relevé sur les publications et les engagements via un lexique sémantique complet associé aux émojis.



À propos de Bloom
Bloom est une plateforme unique de Social Media Intelligence (SMI) dédiée à l’analyse qualitative, prédictive et stratégique des réseaux sociaux. Basée sur le concept innovant d’inférence — sociale et sémantique, elle permet d’analyser 10 à 100 fois plus d’informations sur les médias sociaux que les plateformes de Social Listening du marché et de détecter rapidement les signaux forts et les signaux faibles. Certifié par Facebook, Instagram et Twitter, Bloom est un outil modulable et personnalisable qui évolue au rythme des innovations des réseaux sociaux et répond aux besoins de décryptage et d’anticipation des phénomènes sociaux des marques et grandes entreprises mondiales. 
Créé en 2016 en France et fort de 30 collaborateurs, Bloom possède des bureaux en France, en Suisse et au Liban.
https://bloomsocialanalytics.com/FR 

Descripteur MESH : Vaccins , Signaux , Intelligence , Vaccination , Gouvernement , Sémantique , Émotions , Motivation , Publications , Technologie , Vent , Médecins , Confiance , Santé , ARN , France , Suisse , Sécurité , Commentaire , Personnes , Liban , Médias sociaux , Front , Union européenne , Environnement , Perception , Peur , Colère , Risque , ARN messager , Pont , Langue

Epidémiologie: Les +