nuance

La COVID-19 a causé 6,9 millions de décès dans le monde, soit plus du double de ce qu'indiquent les rapports officiels

illustrationSEATTLE, 7 mai 2021 /PRNewswire/ -- Selon une nouvelle analyse de l'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) de la faculté de médecine de l'Université de Washington la COVID-19 a causé environ 6,9 millions de décès dans le monde, soit plus du double de ce qu'indiquent les chiffres officiels. L'IHME a constaté que les décès dus au COVID-19 sont nettement sous-estimés dans presque tous les pays. L'analyse mise à jour montre que les États-Unis ont connu plus de décès dus à la COVID-19 à ce jour que tout autre pays, soit un total de plus de 905 000. Selon les régions, l'Amérique latine et les Caraïbes ainsi que l'Europe centrale, l'Europe de l'Est et l'Asie centrale ont été les plus durement touchées en termes de nombre total de décès. Ce chiffre ne comprend que les décès causés directement par le virus SRAS-CoV-2, et non les décès causés par la perturbation des systèmes de soins de santé et les conséquences pour les populations dues à la pandémie.

 

« Aussi terrible que puisse paraître la pandémie de COVID-19, cette analyse montre que le bilan réel est bien pire », a déclaré le Dr Chris Murray, directeur de l'IHME. « Comprendre le nombre réel de décès dus à la COVID-19 nous permet non seulement d'apprécier l'ampleur de cette crise mondiale, mais fournit également des informations précieuses aux responsables politiques qui élaborent des plans de réponse et de relance. »

Les 20 pays où le nombre total de décès dus à la COVID-19 est le plus élevé, mars 2020 et mai 2021 

De nombreux décès dus à la COVID-19 ne sont pas répertoriés car les pays ne déclarent que les décès survenus dans les hôpitaux ou chez des patients dont l'infection a été confirmée. Dans de nombreux endroits, la faiblesse des systèmes de rapports sanitaires et le faible accès aux soins de santé amplifient la difficulté de ce défi.

L'analyse de l'IHME a révélé que le plus grand nombre de décès non répertoriés est survenu dans les pays qui ont connu les plus grandes épidémies à ce jour. Cependant, certains pays où l'épidémie était relativement faible ont connu une forte augmentation du taux de mortalité en tenant compte des décès non répertoriés. Cette analyse montre qu'ils pourraient être plus exposés à une plus grande épidémie qu'on ne le pensait.

« De nombreux pays ont consacré des efforts exceptionnels pour mesurer le bilan de la pandémie, mais notre analyse montre combien il est difficile de suivre avec précision une nouvelle maladie infectieuse qui se propage rapidement », a déclaré M. Murray. « Nous espérons que le rapport d'aujourd'hui encouragera les gouvernements à identifier et à combler les lacunes dans leurs rapports sur la mortalité COVID-19, afin qu'ils puissent orienter plus précisément les ressources consacrées à la pandémie. » À l'avenir, la modélisation COVID-19 de l'IHME, qui prévoit l'évolution potentielle de la pandémie au cours des prochains mois, sera fondée sur ces estimations du nombre total de décès COVID-19. La modélisation de l'IHME est mise à jour chaque semaine et peut être consultée sur covid19.healthdata.org.

Méthodologie

Ces estimations sont fondées sur la méthodologie utilisée depuis longtemps par l'IHME pour mesurer la charge de morbidité des maladies à l'échelle mondiale. Depuis 1990, l'étude portant sur la charge de morbidité mondiale mesure le coût humain total des maladies.

L'IHME a estimé le nombre total de décès liés à la COVID-19 en comparant les décès potentiels, toutes causes confondues, en fonction des tendances pré-pandémiques, avec le nombre réel de décès, toutes causes confondues, pendant la pandémie. Ce chiffre de « surmortalité » a ensuite été adapté pour éliminer les décès indirectement attribuables à la pandémie (par exemple, les personnes ne souffrant pas de la maladie évitant les établissements de soins) ainsi que les décès évités en raison de la pandémie (par exemple, la diminution du nombre de victimes d'accidents de la route en raison de la restriction des déplacements). Les estimations ajustées qui en résultent ne comprennent que les décès directement dus au virus SRAS-CoV-2, qui provoque la COVID-19. Une description détaillée de la méthodologie est disponible sur le site de l'IHME site web.

À propos de l'Institute for Health Metrics and Evaluation

L'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) est un organisme indépendant de recherche en santé mondiale de l'University of Washington School of Medicine qui fournit des mesures rigoureuses et comparables des problèmes de santé les plus importants au monde et évalue les stratégies utilisées pour les résoudre. L'IHME s'engage à faire preuve de transparence et à rendre cette information largement accessible afin que les responsables politiques disposent des données probantes dont ils ont besoin pour prendre des décisions éclairées quant à l'affectation des ressources de façon à améliorer la santé de la population.

Descripteur MESH : Médecine , Santé , Soins , Virus , Asie centrale , Asie , Washington , Amérique latine , Maladie , Morbidité , Mortalité , Patients , Épidémies , Accidents , Hôpitaux , Population , Santé mondiale , Personnes , Recherche , Mars , Infection

nuance

Recherche scientifique: Les +