Le Centre Antoine Lacassagne s’équipe d’Oncosafety, une solution digitale pour administrer les chimiothérapies

illustrationLe Centre de Lutte contre le Cancer de Nice se positionne en pionnier en équipant son service d’Hôpital de Jour d’Oncosafety, une solution digitale d’aide à la sécurisation et traçabilité de l’administration des chimiothérapies avec terminal mobile et pompes wifi. Il devient ainsi le 1er établissement en PACA et le 3e établissement en France à s’équiper de cette solution.

On estime qu’en France, les erreurs médicamenteuses sont responsables de 10 000 à 30 000 décès par an [1]. L’OMS a lancé en mars 2017 le Défi mondial pour la sécurité des patients, avec un objectif de réduire de 50 % les erreurs médicamenteuses dans le monde.

En 2019, le Centre Antoine Lacassagne lance un projet de sécurisation de l’administration des chimiothérapies. Par le choix du système B. Braun, il devient le 3e établissement en France à adopter cette technologie.

OncoSafety® est la première solution digitale d’Aide à l’Administration des chimiothérapies directement connectée aux pompes en wifi. Son rôle est d’aider les équipes infirmières à respecter la « règle des 5 B [2] » de la HAS au chevet du patient en faisant le lien entre la prescription et la pompe qui administre le produit. Le médicament, le bracelet du patient et la pompe sont contrôlés à l’aide d’un terminal mobile afin d’éviter toute erreur, améliorant ainsi la sécurité et la qualité des soins. De plus, la solution permet d’éviter les erreurs humaines de programmation des pompes en envoyant directement la prescription de chimiothérapie sur la pompe ainsi prête à être démarrée.

D’autre part, cette solution accessible uniquement aux professionnels de santé répond aux exigences de sécurité du Centre Antoine Lacassagne en matière de protection des données de santé et de cybersécurité. En effet, le Centre Antoine Lacassagne a mis en place une politique de sécurité stricte autour de son système d’information afin de se protéger des cyberattaques récurrentes auprès des établissements de santé et d’assurer la sécurisation des dossiers patients.

Intégré au circuit du médicament, le système OncoSafety® complète les outils existants dans le contrôle et la traçabilité de la prescription, de la préparation, de la délivrance, et de l’administration de chimiothérapie en temps réel. Il permet d’améliorer la sécurisation de la perfusion et du patient.

Pour M. Stéphane DEROCHE, Cadre de Santé de l’Hôpital de Jour : « L’équipe de l’Hôpital de Jour a rapidement intégré ce nouveau dispositif et les patients l’ont très bien accueilli. Il ne remplacera jamais le rôle de l’infirmière mais il permet de multiplier les verrous de sécurité de l’administration des chimiothérapies et rassure les soignants et les patients. Il sera ensuite développé dans tous les Services d’Hospitalisation du Centre Antoine Lacassagne. »

[1] Rapport sur la surveillance et la promotion du bon usage du médicament en France, Bernard BEGAUD et Dominique COSTAGLIOLA, 2013

[2] La règle des 5 B est un outil pédagogique qui permet de sécuriser l’administration des médicaments et prévenir au maximum les erreurs. Il s’adresse à tous les acteurs de la prise en charge médicamenteuse : Le Bon médicament, au Bon patient, à la Bonne dose, par la Bonne voie et au Bon moment

À propos du Centre Antoine Lacassagne

Fondé en 1961, le Centre Antoine Lacassagne est un des 18 Centres de Lutte contre le Cancer français du réseau Unicancer. Établissement de santé de droit privé à but non lucratif et reconnu d’utilité publique (statut ESPIC — Établissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif), le Centre Antoine Lacassagne remplit des missions de service public en cancérologie :

  • Soins : prévention, dépistage, traitement et réinsertion
  • Recherche : fondamentale, translationnelle, clinique
  • Enseignement : universitaire et post-universitaire.

Le Centre Antoine Lacassagne prend en charge tous les types de cancer et traite une file active de plus de 6 400 patients par an. Institut de référence en cancérologie, il a pour ambition de faire bénéficier à tous les patients des innovations qui vont révolutionner la médecine de demain : médecine personnalisée, immunothérapie, protonthérapie… tout en garantissant un haut niveau de qualité de prise en charge.

Centre de recours expert en chirurgie oncologique cervico-faciale complexe, le Centre Antoine Lacassagne a créé, en 2011, l’Institut Universitaire de la Face et du Cou en collaboration avec le CHU de Nice. Disposant de toutes les techniques de traitement en radiothérapie, le Centre Antoine Lacassagne possède l’un des plateaux techniques les plus complets d’Europe. En

2016, il inaugure l’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie doté d’un équipement de protonthérapie de haute énergie unique au monde avec comme priorité l’oncologie pédiatrique. Le Centre Antoine Lacassagne est également leader sur son territoire de santé dans la prise en charge des cancers du sein et gynécologiques : il a ouvert la Clinique du Sein en 2012 devenue l’Insti tut Universitaire du Sein et de Cancérologie Gynécologique en 2017 qui regroupe en un lieu dédié un plateau technique moderne et tous les professionnels spécialisés.

Chiffres clés 2020 : 192 lits et places, 135 millions d’euros de budget, 859 salariés, 6 131 patients pris en charge (file active), 847 patients inclus dans les essais cliniques, près de 62 000 consultations médicales, 63 520 séjours hospitaliers.

Le Centre Antoine Lacassagne été certifié sans réserve par la Haute Autorité de Santé en octobre 2016.

En savoir plus : www.centreantoinelacassagne.org

Descripteur MESH : France , Lutte , Santé , Sécurité , Patients , Erreurs médicamenteuses , Protonthérapie , Médecine , Soins , Dominique , Essais , Sécurité des patients , Établissements de santé , Technologie , Politique , Face , Temps , Mars , Rôle , Lits , Perfusion , Radiothérapie , Immunothérapie , Cou

Informatique médicale: Les +