nuance

Un nouveau marqueur moléculaire des encéphalopathies spongiformes transmissibles

Des chercheurs écossais ont montré que l'expression d'un gène particulier était profondément perturbée chez plusieurs modèles animaux d'encéphalopathie spongiforme transmissible (EST). Ce résultat est particulièrement intéressant car il pourrait conduire à la mise au point d'un test de dépistage sanguin. Le marqueur en question est spécifique des cellules de la lignée érythrocytaire, ce qui apporte de nouveaux éléments sur la pathogenèse de la maladie.

Miele et al ont publié leurs résultats dans la revue Nature Medicine du mois de mars. Ces chercheurs ont étudié quels étaient les marqueurs des EST qui pouvaient être identifiés dans des tissus autres que le système nerveux central (SNC). Ils ont pour cela étudié le profil d'expression de plus de 10.000 gènes dans la rate de souris infectées.

Cette analyse a montré une nette diminution de la quantité d'un ARNm codant une protéine nommée EDRF (erythroid differentiation-related factor). Cette diminution est visible dès les premiers stades de la maladie et s'amplifie au cours de sa progression.

Il faut souligner que l'expression du gène EDRF est restreinte à certains tissus. Chez l'homme, elle est limitée à la moelle osseuse et au sang.

Cette diminution des ARNm EDRF a été étudié chez des souris infectées expérimentalement, chez des bovins atteints d'encéphalite spongiforme bovine et chez des ovins atteints de scrapie (tremblante). La diminution des ARNm EDRF dans le sang et la moelle osseuse était très nette et restreinte à ces tissus.

"Les taux d'EDRF, exprimé spécifiquement dans les cellules de la lignée érythrocytaire, sont clairement modifiés au cours de la pathogenèse des EST chez les animaux", écrivent les auteurs dans leur article. "A notre connaissance, ces résultats sont la première démonstration d'un effet induit par une EST sur l'expression génique en dehors du SNC".

La première application de ces travaux concerne le développement d'un test de dépistage sanguin par la mesure de cet ARNm. Comme le souligne le Dr Adriano Aguzzi (Université de Zurich), plusieurs questions restent en suspens, notamment sur le rôle de cette protéine dans la maladie et sur les critères qui détermineront la faisabilité d'un tel test.

Source : Nature Medicine 2001;7(3):361-64, 289-90.

Descripteur MESH : Encéphalopathies , Neurologie , Maladie , Animaux , Cellules , Éléments , Modèles animaux , Tissus , Sang , Moelle osseuse , Tremblante , Système nerveux central , Système nerveux , Rôle , Rate , Mars , Gènes , Encéphalite , Connaissance , Bovins

nuance

Recherche scientifique: Les +