nuance

L’apnée du sommeil influencée par l’âge et le sexe chez le rat

Selon une étude réalisée chez la rate, le cycle menstruel ainsi que l’âge seraient des facteurs influençant la fréquence des épisodes d’hypoxie intervenant pendant le sommeil (appelés communément apnée du sommeil).

L’apnée du sommeil, qui se produit lorsque la langue ou un muscle obstruent les voies aériennes respiratoires durant le sommeil, affecte plus de 18 millions de personnes aux Etats Unis, la majorité étant des hommes d’âge moyen.

Des chercheurs de l’université du Wisconsin à Madison (EU), Andrea Zabka et Mary Behan, avaient déjà montré que deux muscles majeurs intervenaient dans la respiration chez le rat en montrant les enregistrements cérébraux provoqués par l’activité de la langue et du diaphragme (J Physiol 2001 531:509).

Les auteurs ont voulu savoir, étant donné que l’âge et le sexe influencent les fonctions sérotoninergiques cérébrales, si ces facteurs influençaient les épisodes d’apnée du sommeil en comparant chez la rate et le rat les réponses moto neuronales à une hypoxie provoquée.

Le docteur Behan a noté de profondes différences. Alors qu’avec l’âge, les rates augmentent la fréquence de réponse à l’hypoxie durant leur sommeil, les rats ne le font pas, comme si la rate améliorait sa protection vis à vis du manque d’oxygène. Les chercheurs ont même remarqué de meilleures réponses des nerfs phrénique et XII durant certaines phases du cycle menstruel.

«Lorsque vous constatez une différence entre mâles et femelles», a commenté Behan, «la première chose à considérer sont les hormones».

Les oestrogènes, hormones essentiellement féminines, influencent le taux de sérotonine, un neurotransmetteur intervenant dans les signaux cérébraux. Or, les taux d’œstrogènes sont corrélés à ceux de la sérotonine.

Cette constatation a été vérifiée par les chercheurs lorsqu’ils ont ovarectomisé des rates et constaté que moins de sérotonine était produite dans leur cerveau.

Les auteurs soulignent qu’alors que les données épidémiologiques montrent que l’apnée du sommeil touche principalement les hommes d’âge moyen, elles montrent également, et confirment ainsi les résultats observés chez la rate, que les femmes ménopausées sont plus sujettes à l’apnée du sommeil que celles ne l’étant pas et d’autre part que les femmes bénéficiant d’une thérapie hormonale substitutive le sont moins.

Les chercheurs veulent maintenant examiner le rôle de la testostérone chez le rat dans l’apnée du sommeil.

Source : J Appl Physiol 2001;91:2831-8.

Descripteur MESH : Sommeil , Sexe , Rate , Cycle menstruel , Apnée , Sérotonine , Femmes , Hommes , Langue , Personnes , Wisconsin , Testostérone , Signaux , Rôle , Respiration , Oestrogènes , Muscles , Hormones , Enregistrements , Cerveau

nuance

Recherche scientifique: Les +