nuance

Des souris clonées ont une espérance de vie réduite

Une équipe de scientifiques japonais vient de montrer que des souris clonées à partir de cellules somatiques vivent moins longtemps que des souris avec le même fond génétique mais conçues par croisement naturel.

Ce résultat fait l'objet d'une publication avancée sur le site Internet de la revue Nature Genetics. Dans leur communication, Atsuo Ogura (Institut National des Maladies Infectieuses) et ses collaborateurs rappellent qu'on ne connaît pas avec certitude les conséquences du clonage sur l'espérance de vie des animaux.

Le groupe mené par Ogura a initié en 1999 une étude sur l'évolution à long terme de souris clonées. Douze souris mâles clonées à partir de cellules de Sertoli immatures ont été suivies et comparées à des souris issues d'un croisement naturel ou obtenues par injection de spermatide dans l'ovocyte.

Les animaux clonés à partir de cellules de Sertoli immatures étaient normaux à la naissance et présentaient une courbe de croissance normale.

"Ces souris clonées ont commencé à mourir 311 jours après leur naissance et 10 souris sur 12 sont mortes avant 800 jours", écrivent les chercheurs. Comparativement, seulement un des sept animaux issus d'un croisement naturel était mort avant 800 jours et deux des six obtenus par injection de spermatide.

"Le taux de survie des clones était significativement différent de celui des deux groupes contrôles", ajoutent les chercheurs.

Six animaux clonés ont fait l'objet d'un examen post mortem qui a montré l'existence d'une pneumonie sévères chez les six animaux, d'une nécrose hépatique chez quatre souris et de tumeurs (leucémie et cancer du poumon). Un déficit immunitaire partiel semble expliquer la pneumonie rencontrée chez les animaux clonés. Par contre, les causes de l'atteinte hépatique restent indéterminées.

De précédents travaux avaient montré que des animaux clonés étaient plus exposés au risque d'obésité et de dysfonctionnement immunitaire. Cette étude japonaise montre qu'ils ont, dans le cas spécifique étudié, une espérance de vie réduite. Enfin, ces chercheurs insistent sur les aléas qui entourent le clonage reproductif chez l'animal : des effets négatifs à long terme, des avortements spontanés fréquents et des animaux souvent anormaux à la naissance.

Source : Nature Genetics. "Early death of mice cloned from somatic cells"; Ogonuki, Inoue, Yammoto et al. Published online: 11 February 2002, DOI: 10.1038/ng841.

Descripteur MESH : Vie , Espérance de vie , Cellules , Génétique , Animaux , Cellules de Sertoli , Communication , Croissance , Internet , Mort , Nécrose , Obésité , Poumon , Risque , Survie , Taux de survie , Tumeurs

nuance

Recherche scientifique: Les +