nuance

Le séquençage du génome la drosophile est terminé

Le séquençage du génome de Drosophila melanogaster vient d'aboutir grâce à la collaboration de plusieurs équipes de recherches dans le monde. Dans la revue Science, de nombreux articles sont consacrés au séquençage du génome du fameux moucheron. La connaissance de l'ensemble des gènes de cet organisme aura inévitablement des implications directes en terme de biologie et médecine. Ce travail n'est qu'une étape d'un programme de séquençage plus ambitieux qui doit aboutir au séquençage complet du génome humain d'ici 2001.

Drosophila melanogaster est un des organismes les plus étudiés en biologie. Du fait de sa facilité de manipulation et de son temps de génération très court, ce modèle constitue une référence en génétique. Il a permis en effet la connaissance et la compréhension de nombreux processus cellulaires communs aux eucaryotes. De nombreux gènes humains possèdent leur homologues chez la drosophile: des gènes impliqués dans la maladie de Parkinson et le gène p53 "suppresseur de tumeurs", possèdent par exemple, leur équivalent chez la drosophile. On peut en effet considérer que les fonctions principales qui assurent la vie cellulaire sont conservées parmi les eucaryotes.

Le programme de séquençage de la drosophile a débuté en 1991. The Berkeley and European Drosophilia Genome Projet (BDGP et EDGP) qui rassemble des équipes internationales a initié ce travail et a permis le séquençage de 29 Mb (méga bases soit un million de bases nucléiques). Par la suite, la société Celera créée par J. Venter a entamé le séquençage (gratuitement) selon la méthode contreversée du "shot-gunning" qui consiste à générer des fragments d'ADN au hasard, les séquencer puis les mettre bout à bout. Ce travail a été rendu possible grâce à la participation de la société Perkin-Elmer qui a fourni l'ensemble des séquenceurs nécessaires.

Ces travaux ont conduit aujourd'hui au séquençage d'environ 98 % du génome codant de la drosophile soit 120 mégabases codant 13.600 gènes. En effet, sur les 180 millions de paires de bases constituant le génome de l'animal environ 120 millions constituent l'euchromatine- composée de séquences codantes-. La drosophile devient ainsi le deuxième et le plus grand des animaux dont le génome (4 chromosomes) est séquencé. Ces séquences demandent désormais à être dépouillées et exploitées afin d'affiner notre compréhension des interactions entre les différents gènes.

L'ensemble des séquences nucléiques est désormais disponible par tous, sur un serveur informatique (GenBank) qui recense toutes les séquences connues à ce jour.

Dans la continuité de ces travaux, le séquençage du génome humain, qui est 30 fois plus important que celui de la drosophile, devrait aboutir en 2001 ou 2002. Ce programme baptisé Human Genome Project mobilise de nombreuses équipes internationales.

Source : Science, march 24 2000.

Descripteur MESH : Génome , Gènes , Travail , Biologie , Connaissance , Génome humain , Médecine , Compréhension , Eucaryotes , Maladie de Parkinson , Vie , ADN , Tumeurs , Temps , Science , Organismes , Maladie , Informatique , Génétique , Euchromatine , Chromosomes , Animaux

nuance

Recherche scientifique: Les +

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

Une IA pour détecter précocement les maladies pancréatiques lors des écho-endoscopies

La DNDi et BenevolentAI collaborent pour accélérer la recherche de médicaments vitaux contre la dengue

La FDA a accordé la désignation de procédure accélérée au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées

ASICS - STATE OF MIND INDEX : UNE ÉTUDE MONDIALE SOULIGNE L'IMPACT POSITIF DU SPORT SUR LA SANTÉ MENTALE

La Food and Drug Administration des États-Unis a octroyé la désignation de médicament orphelin au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique et de l'adénocarcinome de jonction gastro-œsophagienne

Jubilant Therapeutics Inc. annonce que des inhibiteurs isoformes sélectifs de la PAD4 présentent une sélectivité et une puissance in vitro, une biodisponibilité orale et une activité antitumorale in vivo élevées

Personalis publie de nouvelles données prouvant la capacité d’un algorithme hautement sensible à détecter la perte d’hétérozygotie du gène HLA

La Patient Safety Movement Foundation annonce les dates et la liste des intervenants du 8e Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Traitement de l'APDS : Pharming présente des données positives de l'essai de phase II/III sur le leniolisib