Cluster dans les Landes : Olivier Véran accuse sans preuve une soignante non vaccinée

illustrationPour le ministre de la Santé Olivier Véran, le patient zéro à l’origine d’un cluster dans un EHPAD des landes qui a causé deux décès serait une soignante non vaccinée. Pourtant aucune preuve ne vient soutenir ce qui n’est qu’une hypothèse et il est peu probable que l’origine du cluster soit un jour clairement établie. La CGT dénonce des propos indignes, discriminatoires et opportunistes.

Le ministre de la Santé met à l’index les soignants non vaccinés

Depuis le 14 juin, dans un EHPAD de Pontonx-sur-l’Adour, 29 infections au coronavirus ont été diagnostiquées, 23 chez les résidents, dont 2 n’étaient pas vaccinés, et 6 chez les soignants, dont un non-vacciné. La plupart des contaminations seraient liées au variant delta, mais pas toutes si l’on se fie aux déclarations de la directrice de l’EHPAD. Trois résidents ont été hospitalisés et deux résidents vaccinés qui présentaient des difficultés respiratoires chroniques sont décédés. 93 % des résidents de l’EHPAD sont vaccinés et plus de 70 % des soignants ont reçu leur première dose.

Alors que l’origine du cluster n’est pas clairement établie, le ministre de la Santé a pointé du doigt le personnel soignant qui n’était pas vacciné lors d’une visite à Mont-de-Marsan dans les Landes le jeudi 24 juin.

« Manifestement, le virus est rentré dans l’EHPAD par le biais d’une soignante qui n’était pas vaccinée ». « Qui peut comprendre que le virus entre dans un EHPAD, là où se trouvent les personnes les plus fragiles, par l’intermédiaire de celles et ceux dont la mission est de le protéger. Personne ne peut comprendre ça. » Olivier Véran.


Pourtant, dans une vidéo diffusée sur LCI, Sarah Gonzalez, la directrice de l’EHPAD est beaucoup moins catégorique « Nous pensons que cela vient des familles lors des visites réalisées les semaines précédentes », a -t-elle déclaré. Pour Ladépêche. fr elle évoque un relâchement des gestes barrières lors des visites des familles depuis l’allégement des restrictions sanitaires.

« En tant que médecin traitant, j’interviens à l’EHPAD. Au niveau du personnel, les consignes restaient bien tenues », confie le Dr Christophe André, généraliste récemment installé à Pontonx ». De con côté, l’ARS Nouvelle-Aquitaine contactée par le site Marianne serait tout aussi prudente. Pour l’agence régionale, il s’agirait avant tout d’une hypothèse de travail et il est « peu probable de retrouver le patient zéro ».

La CGT dénonce des propos discriminatoires et opportunistes

« Les représentants du gouvernement affirment, sans l’ombre d’un doute, que la contamination s’est produite par le biais d’un professionnel non vacciné. Cette accusation, qui pourrait être lourde de conséquences psychologiques pour l’agent incriminé, ne repose sur aucune preuve expliquée ou argumentée auprès des médias », s’insurge la CGT Santé des Landes dans un communiqué publié le 25 juin. Pour le syndicat ces propos sont discriminatoires et opportunistes.

Le 29 juin la fédération nationale de la CGT dénonce des propos indignes.

« Utiliser un événement dramatique tel que les deux décès de résidents de l’EHPAD de Pontonx-sur-l’Adour dans les Landes pour stigmatiser les soignants et préparer l’opinion publique à la vaccination obligatoire des personnels relève de la manipulation. »

« Culpabiliser les personnels qui, par la faute de ce gouvernement, ont travaillé pendant des semaines sans masque ni aucune protection contre le Covid-19 est à la fois irresponsable et irréaliste… N’oublions pas qu’un nombre important d’agents ont payé de leur vie le manque d’anticipation et de préparation dont s’est rendu responsable ce gouvernement durant la pandémie. N’oublions pas non plus que le gouvernement a imposé que les agents positifs asymptomatiques à la Covid-19 continuent de travailler! »

L’obligation vaccinale du personnel soignant en question

Lors de cette visite, Jean Castex a appelé les professionnels de santé travaillant dans les EHPAD à se faire vacciner.

« Je le dis en particulier chez nos soignants, ceux qui accompagnent nos ainés. Il est impératif qu’ils soient tous vaccinés d’ici la fin du mois d’août. C’est un appel solennel. » « Il faut que, d’ici la fin de l’été, la vaccination soit quasi complète, sinon, effectivement, il faudra prendre nos responsabilités. »

La veille devant le Sénat, Olivier Veran avait clairement envisagé l’obligation vaccinale pour le personnel soignant dès la rentrée en septembre.

Les personnes vaccinées peuvent elle transmettre le coronavirus ?

Oui les personnes vaccinées peuvent être infectées et à leur tour transmettre le virus à autrui. Les vaccins ont avant tout été conçus et testés pour éviter les formes graves et en celà ils sont tres efficaces contre tous les variants y compris le variant delta si l'on se fie à la litérrature la plus récente.

Néanmoins, rappelons que si aucune preuve formelle ne permet d’écarter tout risque de contagion à partir d’un sujet vacciné, plusieurs études présentent un faisceau d’indices concordant vers une réduction significative des risques transmission du coronavirus en cas de vaccination. Soit en raison de la capacité des vaccins à empêcher les infections, même asymptomatiques, soit par ce que le système immunitaire des personnes vaccinés réduit nettement la charge virale et/ou la période de contagiosité en cas d’infection. En avril, une étude du Public Health England a permis de quantifier la diminution du risque de transmission du coronavirus à près de 50 % (entre 38 et 49 %), trois semaines après avoir reçu la première dose de vaccin à ARNm.

Descripteur MESH : Santé , Vaccination , Personnes , Gouvernement , Coronavirus , Vaccins , Virus , Risque , Vaccine , Mort , Charge virale , Système immunitaire , Hospitalisation , Gestes , Infection , Travail , Vie

1 réaction(s) à l'article Cluster dans les Landes : Olivier Véran accuse sans preuve une soignante non vaccinée

  • MyPassion

    Thomas BONNET| mercredi 07 juillet 2021- REPONDRE

    Très bon article ; la réaction de la CGT est plutôt bien adaptée et encourageante.

    En effet, en Israël (confirmé "sur le terrain" dans d'autres endroits, y compris en France), plus de 40 % des cas de Covid Delta sont détectés chez des personnes vaccinées avec schéma complet.

    Ce qui semble logique puisque les vaccins entraînent une pression de sélection vers des mutants résistants, donc le vaccin devra toujours "courir derrière".

    C'est donc un outil de prévention strictement individuel dans le cas présent et jusqu'à preuve du contraire.

    Stigmatiser les soignants non-vaccinés, ou les non-vaccinés en général d'ailleurs, est donc aussi stupide qu'injuste.

    Si les personnes les plus vulnérables souhaitant se protéger (volontariat) sont vaccinées et donc, à priori, protégées, pourquoi harceler les non-vaccinés (exclusivement par choix à ce stade) ?

    Enfin, ce sont les gouvernements successifs (dont l'actuel) et les injonctions d'austérité de l'UE qui sont principalement responsables de la triste situation de l'hôpital public en France (et cela continu), donc c'est un peu facile et lâche de rechercher des boucs émissaires quand ça les arrange !

    D'autant qu'ils ne réinterrogent toujours pas les possibilités de traitements existantes ! (Repositionnement de molécules antiparasitaires et antibiotiques + Zinc par exemple...)

    Dr Thomas BONNET

Actualités professionnelles: Les +