nuance

La British Medical Association confirme son engagement pour la recherche sur les cellules souches embryonnaires

La British Medical Association (BMA), qui regroupe 80 % des médecins anglais, a rappelé aujourd'hui qu'elle soutenait la recherche sur les cellules souches embryonnaires, dans un cadre étroitement contrôlé et régulé. Elle souligne son opposition à tout clonage reproductif, c'est à dire à la création d'individus génétiquement identiques, mais elle apporte son soutien à l'autorisation du clonage thérapeutique. Cette déclaration précède le débat parlementaire qui se tiendrait demain à Londres.

Le développement de tissus pour les transplantations ou les greffes constitue un des enjeux majeurs de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Le développement de tissus compatibles avec le receveur apporterait une solution au manque actuel de tissus et aux difficultés de stockage. Cette technique implique le transfert du noyau d'une cellule d'un patient dans un œuf énucléé. Le développement de l'œuf serait bloqué dès les stades permettant d'isoler les cellules souches embryonnaires.

Une stimulation adéquate de ces cellules permettrait alors une différenciation tissulaire spécifique : neurones pour le traitement des maladies neurodégénératives, moelle osseuse pour les patients atteints de leucémie, tissu musculaire pour les lésions cardiaques ou encore la peau, pour les grands brûlés.

La BMA souligne également que des travaux récents indiquent "qu'il serait possible de développer des tissus compatibles en utilisant des cellules souches provenant d'adultes". Cette éventualité écarterait le besoin de recherches sur les cellules souches embryonnaires. Selon la BMA, si les cellules souches "adultes" permettent d'arriver à un tel résultat, leur utilisation est préférable à celle des cellules souches embryonnaires.

Néanmoins, en l'état actuel des connaissances, elle estime que ces deux voies de recherche doivent être menées de front.

Rappelant la polémique actuelle autour du clonage, la BMA a rappelé les différences fondamentales qui existent entre le clonage reproductif qui "implique la création délibérée d'individus génétiquement identiques" et le clonage thérapeutique, qui fait appel à des techniques similaires, mais dont les objectifs et les résultats sont différents.

Opposée au clonage reproductif, la BMA a déclaré qu'elle soutenait le clonage thérapeutique, "où il n'y pas d'intention de créer des individus génétiquement identiques". Elle souligne qu'un contrôle strict des recherches est impératif.

La BMA s'est déclarée en accord avec une éventuelle extension des recherches sur les transferts de noyau pour éviter les maladies mitochondriales. Les mitochondries sont des organites cellulaires qui possèdent leur propre matériel génétique. Ces organites sont transmis à l'enfant par la mère. En cas de maladie mitochondriale de la mère, tous les enfants seraient porteurs de quelques mitochondries "défectueuses". Une solution consiste à transférer le noyau de l'œuf dans un œuf donneur, préalablement énucléé. Comme l'œuf n'est identique à aucun autre, le terme de clonage ne peut être appliqué à cette technique.

Source : British Medical Association

Descripteur MESH : Recherche , Cellules , Cellules souches , Recherche sur les cellules souches , Législation , Éthique , Bioéthique , Cellules souches embryonnaires , Thérapeutique , Londres , Médecins , Tissus , Mitochondries , Organites , Transfert , Peau , Patients , Objectifs , Neurones , Moelle osseuse , Maladies neurodégénératives , Maladies mitochondriales , Maladie , Intention , Génétique , Front , Enfant

nuance

Recherche scientifique: Les +