nuance

Nerviano Medical Sciences invité par l'EORTC-NCI-AACR pour présenter les derniers progrès relatifs aux inhibiteurs des kinases Aurora

NERVIANO, Italie, October 23 /PRNewswire/ -- Les inhibiteurs des kinases Aurora jouent un rôle essentiel dans la division cellulaire et sont associés à l'apparition et à la progression de nombreux types de tumeurs. Une conférence portant sur les inhibiteurs des kinases Aurora sera présentée aujourd'hui par le Dr Bernard Laffranchi à l'occasion du 20e Congrès de l'EORTC-NCI-AACR (Organisation européenne de recherche sur le traitement du cancer - National Cancer Institute - American Association for Cancer Research), intitulé « Molecular Targets and Cancer Therapeutics » (Les cibles moléculaires pour le traitement contre le cancer), du 21 au 24 octobre 2008 à Genève. Le Dr Laffranchi, directeur de la recherche clinique chez Nerviano Medical Sciences, la plus importante société autonome de recherche et de développement en matière de médicaments contre le cancer en Europe (http://www.nervianoms.com) a été invité pour donner une présentation sur les derniers progrès en matière d'inhibiteurs des kinases Aurora. Dans le cadre de cette présentation, le Dr Laffranchi fera un résumé complet des études cliniques réalisées à l'heure actuelle sur cette cible moléculaire, envers laquelle les spécialistes démontrent de plus en plus d'intérêt.

« Nerviano Medical Sciences (NMS) a été choisie par ces sociétés scientifiques prestigieuses compte tenu de la position de leader reconnue du centre italien en matière de recherche et de développement sur les inhibiteurs des kinases Aurora », a expliqué Francesco Colotta, directeur de la recherche et du développement chez NMS. En effet, Nerviano a été la première à identifier des composés capables d'inhiber l'activité de cette famille de kinases et dotés d'une action antitumorale à l'égard d'une vaste gamme de modèles de tumeurs solides et de cancers du sang. En outre, a ajouté le Dr Colotta, les inhibiteurs des kinases Aurora découverts chez Nerviano ont été les premiers à être évalués chez des patients et à faire l'objet d'un développement clinique.

« Ce congrès sera organisé de façon particulièrement pragmatique et donnera un vaste aperçu de l'ensemble des données recueillies en ce qui concerne le traitement futur des patients », a souligné le Dr Colotta. « On devrait obtenir sous peu les résultats préliminaires des essais cliniques de phase II portant sur les inhibiteurs des kinases Aurora réalisés par NMS sur des sujets humains », a poursuivi le Dr Colotta. Le produit qui en est au stade de développement le plus avancé est le PHA 739358, un inhibiteur sélectif de la famille complète des kinases Aurora (A, B et C) ayant complété les essais de phase I et faisant actuellement l'objet d'essais cliniques de phase II pour le traitement des tumeurs solides et des cancers du sang dans certaines des cliniques les plus réputées à l'échelle internationale : Erasmus Medical Center, Rotterdam, Policlinico Gemelli, Rome, Gustave Roussy, Villejuif, France, University of California, Los Angeles (UCLA) et l'University of California, San Francisco (UCSF) Fox Chase Cancer Center, Philadelphie, pour ne nommer que quelques-unes des plus importantes. « Ce composé de faible poids moléculaire inhibe la croissance des cellules cancéreuses en interagissant avec la mitose pendant la prolifération cellulaire, à laquelle les kinases Aurora s'avèrent essentielles. »

Pendant le Congrès de l'EORTC-NCI-AACR, le Dr Bernard Laffranchi, de NMS, présentera un biomarqueur récemment découvert, utilisé pour évaluer l'activité du PHA 739358. Le marqueur, Histone H3, est phosphorylé par les kinases Aurora et est considérablement réduit après le traitement par le composé. « Ce phénomène a été souligné à l'origine dans des modèles de tumeurs expérimentaux et a été récemment confirmé par les résultats de biopsies réalisées chez des patients », a expliqué le Dr Laffranchi. Une réduction de la phosphorylation du Histone H3 chez les patients traités avec le PHA 739358 appuie l'hypothèse selon laquelle l'activité anticancéreuse exercée par le composé est médiée par une inhibition des kinases d'Aurora.

« Les résultats obtenus à ce jour sur des sujets humains révèlent que le PHA 739358 est une molécule qui présente un bon profil de tolérabilité, et on a observé des signes prometteurs d'activité », a déclaré le Dr Colotta. Dans les essais de phase I, le PHA 739358 a été administré par voie intraveineuse aux patients atteints de tumeurs solides avancées et progressives. La maladie s'est stabilisée chez 20 % des patients traités, dont la moitié pour une période supérieure à 6 mois chez les sujets touchés par un cancer du rein, de l'oesophage, des ovaires, du côlon ou du poumon non à petites cellules. La toxicité, variant de faible à modérée, était réversible et pouvait être facilement prise en charge d'un point de vue clinique. « Dans les essais de phase I, on a également observé une réponse partielle au traitement par cette molécule chez un patient atteint d'un cancer à petites cellules qui, après le traitement, a affiché une réduction de 77 % d'une lésion cancéreuse et la disparition d'une autre », a conclu le Dr Colotta.

Résumé no. : 243, présenté à 10 h 15 le jeudi 23 octobre, assemblée plénière 5

Renseignements : http://www.nervianoms.com

©2008 - PR Newswire - Touts droits réservés

Descripteur MESH : Tumeurs , Recherche , Europe , Italie , Rôle , Patients , Essais , Sang , Histone , Cellules , Oesophage , Tumeurs du rein , San Francisco , Rome , Rein , Poumon , Phosphorylation , Mitose , Los Angeles , France , Famille , Croissance , Côlon

nuance

Pratique médicale: Les +