nuance

Nanobiotix entame une collaboration avec le consortium « SonoDrugs »

Le projet SonoDrugs réunit au total 15 partenaires du secteur, des centres médicaux universitaires et des institutions universitaires dans toute l'Union européenne et est doté d'un budget de 19 millions de $US (15,9 millions d'euros).

Le consortium « SonoDrugs » développera de nouveaux vecteurs médicamenteux nanoparticulaires qui pourront être activés pour réaliser des libérations de substances médicamenteuses localisées en ayant recours à des ultrasons ciblés

« Cette collaboration s'attache au développement de vecteurs nanoparticulaires pour permettre la mise en œuvre de thérapeutiques localisées novatrices pour le traitement de maladies cardiovasculaires et de cancers. La libération médicamenteuse localisée est censée être déclenchée de manière non invasive en ayant recours à des ultrasons ciblés conformément au protocole IRM, ce qui doit permettre d'augmenter le confort des patients, puisque les effets secondaires causés par le dosage systémique conventionnel peuvent, en théorie, être réduits. »

Laurent Lévy, docteur en recherche, directeur général de Nanobiotix

Nanobiotix, une société émergente du secteur de la nanomédecine, a annoncé aujourd'hui qu'elle allait entamer une collaboration avec, entre autres, Philips, le centre médical universitaire Erasmus (Pays-Bas), l'université de Münster (Allemagne) et l'Université de Londres dans le cadre d'un projet d'une durée de 4 années baptisé « SonoDrugs » qui vise à optimiser l'efficacité thérapeutique et à minimiser les effets secondaires causés par les traitements médicamenteux dans le cas des maladies cardiovasculaires et des cancers, étant, respectivement, la première et deuxième cause de décès dans l'Union européenne (UE).

Le projet SonoDrugs réunit au total 15 partenaires du secteur, des centres médicaux universitaires et des institutions universitaires dans toute l'Union européenne et est doté d'un budget de 19 millions de $US (15,9 millions d'euros).

« Notre objectif est de parvenir à une diminution des effets secondaires causés par les traitements chimiothérapeutiques et ceux destinés aux maladies cardiovasculaires, puisque la libération ciblée permettra de modifier de manière significative la biodistribution et réduira également la quantité de substance nécessaire pour un traitement. » a déclaré Laurent Lévy, docteur en recherche, président et directeur général de Nanobiotix et coprésident de la plateforme française technologique de nanomédecine (FTPN). « En améliorant ces techniques grâce au déclenchement de la libération médicamenteuse par des vecteurs nanoparticulaires sous contrôle d'imagerie par IRM et par ultrason, SonoDrugs devrait permettre d'ouvrir la voie à des diagnostics et des thérapies plus fiables. Nous espérons avoir développé nos premiers vecteurs nanoparticulaires dans un délai de neuf mois, et nos premiers vecteurs médicamenteux nanoparticulaires d'ici 15 mois. »

Le docteur Lévy ajoute : « Pour Nanobiotix, la collaboration avec le consortium SonoDrugs valorise le savoir-faire de l'entreprise en matière d'agents de contraste IRM et de thérapies actives ainsi que dans la conception et la production de nanoparticules. De plus, le nombre d'applications et de marchés potentiels correspondants pour les produits Nanobiotix augmentera suite à cette collaboration. Nous sommes très heureux d'être partie prenante à ce projet d'avant-garde pour améliorer le traitement des cancers et des maladies cardiovasculaires. »

« Le développement de nouveaux matériaux et de nouvelles méthodologies pour la libération médicamenteuse sous contrôle d'imagerie requiert la réunion des forces dans de nombreuses disciplines, » a déclaré Simone Vulto, docteur en recherche, scientifique confirmée chez Philips Research et coordinatrice du projet SonoDrugs, « Nous pensons avoir réuni autour du projet SonoDrugs l'expertise nécessaire pour être en mesure d'apporter une contribution réelle à l'amélioration du traitement des deux maladies les plus destructrices au monde. »

La coopération SonoDrugs vise à développer de nouveaux matériaux et systèmes de vecteurs médicamenteux nanoparticulaires pour permettre une meilleure libération médicamenteuse localisée activée par des ondes à ultrason. Les ultrasons et l'imagerie IRM seront utilisés pour visualiser et guider le processus de libération médicamenteuse, et également pour obtenir des informations immédiates sur le succès de la procédure, ce qui permettra d'effectuer des ajustements et des réglages précis. Cette approche novatrice de libération médicamenteuse localisée requiert une collaboration étroite entre la science du matériau, l'imagerie clinique et la technologie pharmaceutique, et elle doit permettre l'émergence de nouvelles compétences scientifiques, de nouveaux produits médicaux et de nouvelles solutions thérapeutiques pour le traitement des maladies cardiovasculaires et des cancers.

Les 15 collaborateurs du consortium “SonoDrugs” sont : Nanobiotix ; Philips Research Europe (Eindhoven) ; Philips Research Hambourg (Allemagne) ; le centre médical universitaire Erasmus (Pays-Bas) ; Lipoid AG (Suisse) ; l'université de Münster (Allemagne) ; l'université de Chypre ; l'université de Gand (Belgique) ; l'université d'Helsinki (Finlande) ; l'université de Londres ; l'université technique d'Eindhoven (Pays-Bas) ; l'université de Tours-INSERM (France) ; l'université Victor Segalen à Bordeaux (France) ; Philips Medical Systems MR (Finlande) ; et l'université d'Udine (Italie).

À PROPOS DE NANOBIOTIX

Nanobiotix est une entreprise émergente du secteur de la nanomédecine qui combine des avancées spectaculaires en nanotechnologie et en biologie moléculaire afin de développer nanoXray™— une plateforme technologique qui est censée être pilotée hors du corps pour traiter sélectivement un éventail de cancers de manière sécurisée et non invasive. L'utilisation de nanoXray doit permettre de résoudre le principal inconvénient de la thérapie par radiation : la destruction de tissus sains et les effets secondaires délétères qui apparaissent après un fort dosage en rayons X. Le cœur d'une nanoparticule nanoXray est une substance inactive et inerte — non médicamenteuse — qui peut être activée pour augmenter localement (intra-tumeur) le dosage en rayons X, ce qui doit permettre une efficacité accrue du traitement. Lorsque les nanoparticules nano²Xray sont accumulées dans les tissus cibles, un rayon X standard est émis, ce qui provoque un effet thérapeutique localisé, conçu pour détruire uniquement les cellules tumorales ciblées. Ce mécanisme implique un contrôle total de l'effet thérapeutique recherché.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

CONTACT:

Ronald Trahan Associates inc.Ronald Trahan, tél. : 508-359-4005, x108APR

© 2009 Business Wire - Tous droits réservés

Descripteur MESH : Union européenne , Maladies cardiovasculaires , Nanomédecine , Thérapeutique , Allemagne , Rayons X , Traduction , Tissus , Finlande , France , Nanoparticules , Londres , Technologie , Recherche , Réunion , Science , Solutions , Suisse , Nanotechnologie , Technologie pharmaceutique , Biologie , Belgique , Précis , Patients , Cellules , Biologie moléculaire , Cause de décès , Langue , Jurisprudence , Italie , Expertise , Europe , Coopération , Chypre

nuance

Recherche scientifique: Les +