nuance

La dépression : un facteur de risque de maladie coronarienne et de décès chez les plus de 65 ans

Une étude publiée dans le dernier numéro de la revue Circulation montre que les symptômes dépressifs constituent un facteur de risque indépendant pour le développement de maladie coronarienne. Cette étude a été conduite auprès de plus de 4.000 sujets américains âgés de plus de 65 ans et indemnes de toute affection coronarienne. L’état dépressif des sujets et la survenue d’éventuels accidents coronariens ou de décès à été suivie pendant 6 ans. Chez les personnes qui présentaient les symptômes dépressifs les plus marqués, le risque de maladie coronarienne était augmenté de 40 % et le risque de décès de 60 %.

Plusieurs enquête épidémiologiques ont déjà mis en évidence une relation entre la dépression et les maladies cardio-vasculaires. Une équipe de médecins et scientifiques américains a évalué le rôle des symptômes dépressifs en tant que facteur de risque de maladie coronarienne chez les plus de 65 ans.

« Cette étude a établi que les symptômes dépressifs sont un facteur de risque indépendant pour la maladie coronarienne chez les individus les plus âgés », a déclaré le Dr Curt Furberg, professeur en santé publique à l’Université de Wake Forest et co-auteur de cette étude. « Cela ne veut pas dire que les symptômes dépressifs sont une cause de maladie coronarienne mais que la présence de ces symptômes prédit le développement de la maladie ».

Au total, 4.493 américains de plus de 65 ans ont participé à cette enquête épidémiologique. Ces patients, indemnes d’affections ou d’antécédents cardiovasculaires, ont été suivis pendant 6 ans et leur état dépressif a été évalué par la Depression Scale du Center for Epidemiological Studies. La Depression Scale comprend 10 questions pour lesquelles le sujet doit répondre sur une échelle 0 à 3 en fonction de la fréquence des symptômes évoqués. Un score final supérieur à 8 est considéré comme un risque de dépression clinique, rappelle le Dr Furberg. Dans cette étude, la plupart des participants avaient un score compris entre 6 et 8.

Les résultats montrent que le risque de maladie coronarienne est augmenté de 15 % (16 % pour la mortalité toutes causes confondues) pour chaque incrément de 5 points au score de la Depression Scale. Ce résultat a été obtenu après ajustement pour plusieurs facteurs confondants : âge, origine ethnique, sexe, niveau d’instruction, hypertension, diabète, cholestérol total, tabagisme, taux de triglycérides, insuffisance cardiaque et manque d’activité physique.

Les participants avec les scores cumulés les plus importants avaient un risque de maladie coronarienne et de décès augmentés respectivement de 40 % et 60 %, par rapport à ceux avec les scores les plus bas.

« Nous avons montré une association, mais la prochaine étape sera de déterminer si un traitement [de la dépression] arrête ou ralentit la progression de la maladie coronarienne », conclut le Dr Furberg. Deux études cliniques américaines sur le traitement de la dépression chez les sujets âgés sont en cours.

Source : American Heart Association. Circulation 2000;102:1773-1997

Descripteur MESH : Risque , Maladie , Maladie coronarienne , Dépression , Gériatrie , Psychiatrie , Neurologie , Accidents , Personnes , Association , Tabagisme , Sexe , Santé publique , Santé , Rôle , Physique , Patients , Mortalité , Médecins , Hypertension artérielle , Hypercholestérolémie , Diabète , Cholestérol , Auteur

nuance

Recherche scientifique: Les +