nuance

Une étude examine le rôle du gène EGFR dans le développement du cancer du poumon

Des résultats publiés dans le Journal of the National Cancer Institute précisent le rôle des mutations du gène EGFR dans le cancer du poumon, et notamment dans son développement et son évolution.

Des travaux précédents ont montré que le gène EGFR (epidermal growth factor receptor) est muté dans de nombreux cas de cancers du poumon non à petites cellules et que ces mutations étaient associées à une sensibilité accrue au gefitinib ou à l'erlotinib, deux inhibiteurs de l'activité tyrosine kinase du récepteur EGFR.

Afin d'examiner le rôle de ces mutations dans le développement des cancers pulmonaires, Adi Gadzar (University of Texas Southwestern Medical Center, Dallas) et ses collaborateurs ont recherché ces mutations dans les tumeurs de patients japonais, taiwanais, américains et australiens.

Chez les patients avec un cancer du poumon, les mutations du domaine tyrosine kinase (TK) du gène EGFR étaient plus fréquentes chez ceux qui n'avaient jamais fumé que chez les fumeurs (51 % contre 10 %), dans les adénocarcinomes que dans les autres types de cancers pulmonaires (40 % contre 3 %), chez les patients avec des origines d'Asie de l'Est (30 % contre 8 % dans les autres groupes) et chez les femmes que chez les hommes (42 % contre 14 %).

Les auteurs précisent que le statut des patients face à ces mutations n'était pas associé à l'âge au moment du diagnostic, à certaines caractéristiques histologiques ou à la survie globale. De plus, ces mutations du domaine TK EGFR apparaissent comme les premières mutations connues retrouvées dans ces cas de cancer du poumon chez des non fumeurs. Par ailleurs, les chercheurs ont établi que des mutations du gène KRAS étaient présentes dans 8 % des cas étudiés. Ils soulignent que ce gène est impliqué dans la même voie de signalisation que EGFR et que ses mutations n'ont pas été retrouvées lorsque des mutations EGFR étaient présentes.

D'après les auteurs, ces résultats "sont en accord avec l'hypothèse qu'au moins deux voies moléculaires sont impliquées dans le développement des adénocarcinomes pulmonaires, l'une impliquant les mutations TK de l'EGFR et l'autre les mutations du gène KRAS".

Source : Journal of the National Cancer Institute

Descripteur MESH : Rôle , Poumon , Patients , Tyrosine , Asie , Cellules , Diagnostic , Face , Femmes , Hommes , Survie , Texas , Tumeurs

nuance

Recherche scientifique: Les +