nuance

Polémique aux Etats-Unis sur six décès intervenus lors d’essais de thérapie génique

Des investigateurs cliniciens et firmes pharmaceutiques ont négligé de notifier auprès des Instituts américains de la santé (NIH) le décès de 6 patients inclus dans des essais de thérapie génique, rapporte le Washington Post dans son édition de mercredi.

L’annonce de ces morts survient peu de temps après que l’on ait appris la mort d’un jeune patient participant à un essai de thérapie génique par adénovirus recombinant à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie. (voir notre dépêche du 13/10/99).

Ces six décès concernent des malades inclus dans des essais cliniques de thérapie génique dirigés respectivement par Ronald Crystal du New York Hospital-Cornell Medical Center et Jeffrey Isner de la Tufts University de Boston. Ces travaux ont tous deux pour objectif d’induire chez des patients candidats à un pontage la croissance de nouveaux vaisseaux par un transfert de gène stimulant l’angiogénèse.

Les sociétés de biotechnologies impliquées dans ces essais sont Vascular Genetics (Durham, Caroline du Nord) pour l’étude conduite par le Pr Crystal et GenVec (Rockville, Maryland) pour l’autre.

Les Drs Crystal et Isner ont indiqué qu’ils estimaient que les décès enregistrés ne sont pas directement imputables au protocole mais sont en relation avec la maladie sous-jacente des patients. C’est pour cette raison qu’ils ne les auraient pas déclarées au NIH.

Ce faisant, ils ont cependant entravé la législation en vigueur aux Etats-Unis qui stipule que tout décès ou incident grave intervenu dans le cadre d’un essai clinique doit être notifié aux autorités sanitaires, non seulement à la FDA (Food and Drug Administration) mais également au NIH pour un débat public par un comité d’experts.

Le Dr Isner a reconnu de pas avoir informé le NIH, parlant d’oubli et précisant qu’il n’était pas clair pour lui qu’il devait le faire, selon le Washington Post.

Quant au Pr Crystal, il a déclaré que c’est le laboratoire Parke Davis, qui finance son essai, qui assumait la responsabilité de rapporter les décès aux agences compétantes, ajoutant cependant qu’il ne considérait pas comme une obligation légale de rapporter tout décès ou événement indésirable au NIH. " Il a également estimé que le NIH devrait maintenir la confidentialité sur certains rapports, particulièrement pour protéger la vie privée des patients ", indique le quotidien américain.

Les deux chercheurs soulignent avoir discuté de certains de ces décès lors de réunions scientifiques et dans des journaux spécialisés.

A l’Office of Recombinant DNA Activities (ORDA) du NIH qui supervise les essais de thérapie génique, on s’étonne de ces oublis, expliquant qu’il est possible qu’un décès apparemment non liéà un protocole de thérapie génique apparaisse par la suite associé au transfert de gène.

La divulgation de la plupart de ces nouveaux décès tient au fait que les autorités fédérales aient instamment demandé, après le décès intervenu à l’Université de Pennsylvanie, aux chercheurs qui travaillent sur la thérapie génique de rapporter tout décès ou effet indésirable grave.

Notifications tardives et volonté de confidentialité

La firme pharmaceutique Parke-Davis a fait savoir qu’elle avait récemment transmis les détails sur les morts intervenues dans l’essai clinique au bureau compétant du NIH (ORDA) le 20 octobre dernier et qu’elle avait notifié ces décès à la FDA.

Le Washington Post voit dans ces oublis de notification la volonté du secteur privé qui investit beaucoup dans la recherche en thérapie génique de vouloir garder secrètes certaines données cliniques. Il rappelle que le comité d’experts du NIH sur ces questions, le Recombinant DNA Advisory Committee (RAC), a été saisi en septembre dernier de demandes de confidentialité. Il précise enfin que la firme Schering-Plough a demandé cette semaine au NIH de garder confidentielles des données concernant trois patients ayant participéà des essais de thérapie génique.

Le sujet de la confidentialité des informations provenant de patients inclus dans essais de thérapie génique devrait être débattu le mois prochain au cours d’une réunion du RAC.

Source : Washington Post.

Descripteur MESH : Essais , Patients , Washington , Édition , Santé , Confidentialité , Transfert , Pennsylvanie , New York , Vie privée , Vie , Temps , Sociétés , Secteur privé , Réunion , Recherche , Philadelphie , Boston , Mort , Maryland , Maladie , Législation , Journaux , Essai clinique , Divulgation , Croissance , Caroline du Nord

nuance

Recherche scientifique: Les +