nuance

EmitBio propose de traiter la covid-19 à un stade précoce avec des LED

illustrationDes LED pour traiter les formes légères de covid-19 à un stade précoce ? C’est le défi surréaliste que tente de relever une startup américaine, EMITBIO.

Le principe est plutôt simple : projeter à partir d’un dispositif à base de LED certaines fréquences de la lumière visible au fond de la gorge sur les tissus du pharynx afin d’éliminer les virus respiratoires et de stimuler la réponse du système immunitaire.

Des résultats spectaculaires in vitro sur le variant DELTA…

L’entreprise communique ce jour des résultats expérimentaux pour le moins prometteurs sur le variant DELTA. Après 3 jours d’exposition, 2 fois par jour pendant environ 5 minutes sur des cellules pulmonaires infectées, 99,9 % de la charge virale de variant DELTA ont été éliminés grâce à ce dispositif expérimental qui se nomme RD-X19.

…et très encourageant in vivo sur les variants alpha, bêta et gamma

En février dernier EMITBIO avait communiqué des résultats positifs sur un essai de Phase I/II, randomisé mené en double aveugle sur une population des 35 sujets souffrant de formes légères à modérées de la covid-19 avec des variants alpha, bêta et gamma. Le traitement s’est déroulé en ambulatoire, 2 fois 5 minutes par jour pendant 8 jours. L’essai clinique avait pour objectif d’évaluer la sécurité du dispositif et l’évolution de la charge virale.

Si aucun évènement indésirable induit par le dispositif n’a été décelé, l’entreprise a annoncé que la charge virale dans la salive avait été réduite de 99,9 % et que la durée moyenne des symptômes était réduite de 2,5 jours par rapport au groupe placebo.

Nate Stasko, le directeur scientifique d’EmitBio explique ces résultats par la capacité des longueurs d’onde utilisées à inhiber la réplication du virus à travers deux mécanismes. D’une part en agissant directement sur les virus et d’autre part en favorisant la production d’oxyde nitrique, qui agit dans l’organisme comme un vasodilatateur avec des effets antiviraux et antibiotiques.

Le Dr Davey Smith, chef du département des maladies infectieuses et de la santé publique mondiale à l’Université de Californie à San Diego a eu accès aux données de l’étude. Il explique pour Forbes : « C’est un mécanisme plausible, qui pourrait aider à débarrasser les voies respiratoires supérieures des virus, et c’est peut-être pour cela que les gens se sentent mieux ». S’il pense que ces données sont suffisamment prometteuses pour initier des études plus vastes, il s’interroge néanmoins sur la manière dont le dispositif à base de LED pourrait empêcher la maladie de progresser dans les poumons, là où la lumière ne peut pas pénétrer.

Utilisé en prophylaxie ou en traitement précoce, ce traitement pourrait cependant trouver sa place dans l’arsenal thérapeutique des médecins à condition de confirmer les résultats préliminaires obtenus dans un essai de phase III mené en bonne et due forme.

À cette fin, la société a récemment commencé une autre étude clinique visant à recruter jusqu’à 120 personnes souffrant de Covid léger à modéré.

« Ces nouvelles données sont prometteuses et fournissent des preuves plus claires que la technologie novatrice d’EmitBio a le potentiel de servir d’option thérapeutique et de prophylaxie à domicile pour les patients exposés à la Covid-19 ou infectés par celle-ci, notamment en raison de son activité neutralisante élevée sur les variants. Une fois l’approbation réglementaire obtenue, cette technologie pourrait avoir une incidence importante sur la trajectoire de cette pandémie », a déclaré le Dr Vin Gupta, conseiller médical principal chez EmitBio.

Descripteur MESH : Virus , Charge virale , Thérapeutique , Technologie , Lumière , Incidence , Californie , In vitro , Sécurité , Population , Santé , Patients , Médecins , Santé publique , Pharynx , Antiviraux , Placebo , Maladie , Système immunitaire , Salive , Cellules , Tissus

nuance

Recherche scientifique: Les +