nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Mutation

347 résultats triés par date
affichage des articles n° 127 à 145

Des précisions sur les caractéristiques génétiques et cliniques des hémoglobinopathies H chez des enfants chinois de Hong-Kong

Caducee.net, le 30 août 2000 : Les patients chinois de Hong-Kong présentant un type non délationnel de l’hémomoglobine H ont une maladie plus sévère que les patients ayant un type délationnel de l’affection. La charge en fer est une cause majeure de handicap dans les 2 formes de la maladie, indique le Dr Frederick Chen et ses collègues du département de médecine du Queen Mary Hospital de Hong Kong dans le dernier numéro du New England Journal of Medicine. […].

L’origine des maladies à prions pourrait bien être le cannibalisme

Caducee.net, le 11 avril 2003 : D’après une étude épidémio-génétique réalisée à la fois sur les populations cannibales de Papouasie-Nouvelle Guinée et sur différentes populations du globe, il apparaît exister de nombreuses évidences anthropologiques allant dans le sens d’une origine préhistorique des maladies à Prions transmissibles à l’homme et véhiculées par les pratiques cannibales courantes avant notre ère. […].

Parasitologie : un nouvel éclaircissement sur la résistance aux insecticides chez le moustique

Caducee.net, le 11 mai 2003 : Une seule substitution d’un acide aminé dans une enzyme serait responsable de près de 25 ans de résistance aux insecticides chez des moustiques vecteurs du virus West Nile ou de l’agent du paludisme, révèle une étude parue dans la revue Nature. Cette découverte pourrait aider au développement de nouveaux insecticides. […].

Un gène impliqué dans une forme familiale isolée d’hypoparathyroïdie

Caducee.net, le 23 octobre 2001 : Une équipe américaine publie ses travaux dans la revue The Journal of Clinical Investigation sur la découverte d’un cas isolé d’hypoparathyroïdie familiale caractérisé par une perte du gène gcmb, un facteur de transcription exclusivement exprimé dans les cellules parathyroïdiennes. […].

Des agrégats protéiques à l’origine de maladies neurodégénératives

Caducee.net, le 28 juin 2002 : La formation de dépôts protéiques sous forme d’agrégats est une des caractéristiques des maladies neurodégénératives. Cependant, on de savait si ces dépôts étaient une cause ou une conséquence de la maladie. De nouveaux travaux tendent à démonter que l’agrégation de protéines spécifiques est un événement suffisant pour causer une maladie neurodégénérative. […].

Un gène impliqué dans la fibromatose gingivale héréditaire mis en évidence

Caducee.net, le 02 avril 2002 : Des chercheurs américains et brésiliens en parodontologie, reportent dans la revue American Journal of Human Genetics l’identification et la caractérisation d’un gène retrouvé anormal parmi des individus affectés par une forme d’hyperplasie gingivale, la fibromatose gingivale héréditaire (FGH), une maladie rare autosomique dominante. Ce gène, appelé SOS1, est situé sur le bras court du chromosome 2 et se trouve impliqué à l’état normal dans la voie d’activation cellulaire ‘ras’ dépendante participant au développement de la gencive. […].

À l'heure où les sociétés s'internationalisent, doivent-elles recruter des talents locaux ou muter des employés à l'étranger ?

PR Newswire, le 22 juillet 2008 : OAK BROOK, Illinois et LONDRES, July 22 /PRNewswire/ -- Alors que les sociétés pharmaceutiques du monde entier continuent à étendre leur présence globale, elles se trouvent confrontées à une multitude de défis, qu'il s'agisse de décider s'il est préférable de trouver des talents locaux ou de muter des employés à l'étranger, de comprendre les nuances des marchés du travail étrangers, ou encore de mettre en place une planification stratégique de main-d'oeuvre, selon une enquête réalisée par GMAC Global Relocation Services (http://www.gmacglobalrelocation.com) et le Centre for Performance-Led HR de l'École de gestion de l'Université de Lancaster (Lancaster University Management School) au Royaume-Uni. […].

Infection à VIH : les raisons des échecs virologiques sous traitement antirétroviral

Caducee.net, le 11 janvier 2000 : L’échec virologique sous traitement antirétroviral est un phénomène multifactoriel, qui apparaît plus lié à des problèmes d’observance et d’efficacité antivirale non optimale qu’à la survenue de mutations conférant une résistance au VIH. Tel est le message de deux grands essais cliniques, français et américain, publiés dans la dernière livraison du JAMA. […].

Le SCY-635 de SCYNEXIS montre un profil unique de resistance contre le VHC

Businesswire, le 15 avril 2010 : «Ces derniers résultats renforcent les promesses du SCY-635, qui apparaît comme un futur nouveau médicament essentiel dans le traitement du VHC», a déclaré Sam Hopkins, PhD, directeur scientifique de SCYNEXIS. «Au cours de l’année, nous avons pu établir que le traitement en monotherapie du SCY-635 procure une réduction significative au point de vue clinique de la charge virale et des effets secondaires mineur. Nous avons montré que le SCY-635 synergise lorsqu’il est combiné à d’autres agents antiviraux à la fois approuvés ou en cours de developement, et nous avons maintenant démontré que le SCY-635 semble présenter face au virus de l’hépatite C une barrière bien plus importante à la résistance que les thérapies actuellement en cours de développement.» […].

AB Science présentera les données de l'étude de phase 3 dans la mastocytose systémique sévère au 21eme Congrès international de de l'Association Européenne d'Hématologie

AB Science, le 30 mai 2016 : AB Science SA (NYSE Euronext - FR0010557264 - AB), société pharmaceutique spécialisée dans la recherche, le développement et la commercialisation d'inhibiteurs de protéines kinases (IPK), annonce aujourd'hui que les résultats de son étude de phase 3 dans le traitement de la mastocytose systémique sévère feront l'objet d'une présentation orale au 21e congrès de l'Association Européenne d'Hématologie (9-12 juin 2016, Copenhague, Danemark). […].

Mélanome avancé : feu vert européen pour le nivolumab associé à l'ipilimumab

Caducee.net, le 13 mai 2016 : Bristol-Myers Squibb a annoncé aujourd’hui que la Commission Européenne (CE) avait approuvé nivolumab en association avec ipilimumab dans le traitement du mélanome avancé (non résécable ou métastatique) chez l’adulte, représentant ainsi la première association approuvée de deux agents immuno-oncologiques dans l’Union Européenne (UE). Cette approbation autorise la commercialisation de nivolumab ipilimumab à travers les 28 États membres de l’UE. […].

Xenomics annonce un accord de licence avec Asuragen portant sur le diagnostic de la leucémie NPM1

PR Newswire, le 29 octobre 2007 : NEW YORK, October 29 /PRNewswire/ -- Xenomics, Inc., (Pink Sheets : XNOM ; FWB : X37) annonce qu'elle a octroyé à Asuragen, Inc. les droits mondiaux co-exclusifs d'intégrer la technologie NPM1 dans les produits de diagnostic moléculaire d'Asuragen. D'après les conditions de cet accord, Asuragen aura le droit de développer, fabriquer et commercialiser des produits pour le diagnostic, la stratification et le contrôle de patients atteints de leucémie myéloïde aigue (LMA). […].

Neuropathie Optique Héréditaire de Leber : GenSight Biologics lance une étude de phase III

GENSIGHT, le 01 mars 2016 : GenSight Biologics S.A. (GenSight), société biopharmaceutique dédiée à la découverte et au développement de thérapies géniques innovantes pour le traitement des maladies neurodégénératives de la rétine, et à l'avenir, du système nerveux central, annonce aujourd'hui le recrutement du premier patient dans RESCUE et REVERSE, deux études pivotales de Phase III de son principal candidat médicament GS010 dans le traitement de la Neuropathie Optique Héréditaire de Leber (NOHL). […].

Découverte de l’origine cellulaire des tumeurs d’Ewing

INSERM, le 07 mai 2007 : Des chercheurs de Inserm à l'Institut Curie viennent d'identifier les cellules à l'origine des tumeurs d'Ewing : il s'agit des cellules du mésenchyme, le tissu conjonctif servant de soutien aux autres tissus. Cette tumeur de l'os de l'enfant, de l'adolescent et du jeune adulte, pour laquelle l'Institut Curie est le centre de référence en France, survient suite à l'apparition d'une erreur génétique dans les cellules du mésenchyme. Les chercheurs ont, par ailleurs, réussi à « forcer » les cellules tumorales à redevenir des cellules mésenchymateuses quasiment normales. Ces résultats, publiés dans Cancer Cell le 7 mai 2007, ouvrent de nouvelles pistes thérapeutiques pour bloquer le développement des tumeurs d'Ewing chez les jeunes patients. […].

Un traitement prometteur pour la maladie de Huntington bientôt testé dans un essai clinique

CNRS, le 01 février 2006 : A l'Institut Curie, des chercheurs du CNRS et de l'Inserm viennent de montrer comment la cystéamine, une molécule déjà utilisée pour traiter une maladie rare, contrecarre la mort des neurones dans la maladie de Huntington. Cette maladie neurodégénérative, comme les maladies d'Alzheimer ou de Parkinson, se caractérise en effet par la mort anormale d'une partie des neurones. […].

Un acide biliaire pour lutter contre la maladie de Huntington ?

Caducee.net, le 31 juillet 2002 : Il n’existe actuellement aucun traitement contre la maladie de Huntington, affection neurodégénérative d’origine génétique. Un groupe de l’Université du Minnesota vient de montrer qu’un acide biliaire permet de limiter les dommages neurologiques et fonctionnels dans un modèle de la maladie chez la souris. Cette démarche pourrait constituer une nouvelle approche dans le traitement de cette pathologie. […].

Un gène responsable d’une nouvelle forme de diabète du nouveau-né et de l’adulte

INSERM, le 28 août 2006 : Les chercheurs viennent de mettre en évidence de nouvelles mutations responsables du diabète néonatal et d'une nouvelle forme de diabète de type 2 chez l'adulte. Elles touchent le gène du récepteur aux sulfamides, des molécules augmentant la sécrétion de l'insuline. Ces découvertes permettent de mieux diagnostiquer la maladie, et ouvrent de nouvelles perspectives de traitement. Elles sont le fruit d'une collaboration entre les équipes dirigées par Philippe Froguel (CNRS, Université Lille 2, Institut Pasteur, Imperial College de Londres) et Michel Polak (Inserm, Hôpital Necker Enfants Malades, Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP)) en association avec le Baylor College of Medicine (Houston, Etats Unis), et sont publiées dans The New England Journal of Medicine du 03/08/2006. […].

Myopathie de Duchenne : réparation de cellules souches musculaires humaines

CNRS, le 12 décembre 2007 : Des cellules souches musculaires de personnes atteintes de myopathie, peuvent-elles être corrigées de façon pérenne et, in fine, "guéries" ? C'est en utilisant une technique de thérapie génique, le "saut d'exon" (1), qu'une équipe de chercheurs franco-italiens coordonnée par le chercheur CNRS Luis Garcia (2) et Yvan Torrente (3) y est parvenue. Ces scientifiques ont ainsi restauré, pour la première fois, la fonctionnalité de la dystrophine humaine, la protéine manquante dans la myopathie de Duchenne, la plus fréquente des maladies neuromusculaires. […].

nuance

Les plus