nuance

Malaise réel et buzz pigeonnant des médecins sur Facebook à la veille des négociations avec le gouvernement sur le PLFSS 2013.

A l'image des créateurs de start-up et des jeunes entrepreneurs qui ont utilisé les réseaux sociaux pour faire valoir leurs revendications auprès du gouvernement, des médecins se sont mobilisés sur Facebook pour manifester leurs griefs à l'égard du PLFSS 2013.

Et c'est au cri de "Les médecins ne sont pas des pigeons" qu'un chirurgien esthétique  niçois a lancé le ralliement des opposants au projet du gouvernement sur le traitement financier réservé aux professions médicales.

D'abord centré sur l'assujettissement à la TVA des actes de chirurgie esthétique à caractère non thérapeutique, la revalorisation du secteur I ainsi que  sur l'attachement de la profession à la liberté tarifaire du secteur II, qui pourrait être entravée par les négociations en cours avec les syndicats professionnels, le groupe, fort de plus de 22 000 membres,  assure dorénavant  la promotion de toutes les revendications médicales.

On y trouve en bonne place la différence entre l'effort financier demandé à l'hôpital et à la médecine libérale qui va du simple du triple, le non remboursement par la sécurité sociale des dépassements d'honoraires, la baisse du chiffre d'affaires des laboratoires d'analyses médicales et les 8000 emplois qui seraient ainsi menacés par le PLFSS 2013 Au-delà des ces considérations financières, les conditions d'exercice sont aussi également pointées du doigt.

De l'hôpital qui surexploite ses internes   aux médecins libéraux qui fuient les quartiers sensibles et dont la liberté d'installation pourrait être entravée pour remédier aux déserts médicaux, c'est toute une profession qui semble exprimer son malaise.Groupe spontané ou  mouvement informel, il n'en a pas moins réussi à faire le buzz dans les médias qui se sont arrêtés pour la plupart au chiffre de 15 à 20 000 membres selon l'heure de la journée pour reprendre l'information. France 2 a même interviewé son fondateur dans son journal de 13h00.  Les syndicats voient d'ailleurs pour la plupart d'un mauvais œil l'arrivée de ces amateurs et certains s'interrogent sur leur représentativité et mettent en doute le chiffre de 20 000 membres.

En effet pour être membre d'un groupe ouvert sur Facebook, il suffit d'y avoir été invité. Aucun consentement n'est donc nécessaire pour devenir membre contrairement aux pages fans qui nécessitent un clic sur un bouton j'aime. Il suffit donc de quelques secondes pour inscrire d'office des centaines d'amis qui ne sont peut être ni médecins, ni même  consentants. Conscients de la menace qui pèserait sur la crédibilité du groupe, une page fan a été lancée. Elle compte un peu plus de 3000 membres en 3 jours, ce qui est déjà un bel exploit, mais beaucoup moins retentissant que 20 000 !

Quoi qu'il en soit à la veille de l'ultime round de négociation avec le gouvernent sur le PLFSS 2013, il est probable que les négociateurs des syndicats professionnels trouvent à ce buzz un intérêt bien réel.  Pour en savoir plus http://www.lemonde.fr/sante/article/2012/10/10/futur-medecin-bac-10-80-heures-par-semaine-2-000-euros_1770243_1651302.html http://www.marisoltouraine.fr/2012/09/depassements-dhonoraires-marisol-touraine-invitee-detat-de-sante-sur-lcp/http://www.thepetitionsite.com/194/943/521/soutenez-le-groupe-de-la-mdecine-unie-la-libert-dhonoraire-et-dinstallation-une-mdecine-performante/

Descripteur MESH : Médecins , Gouvernement , Syndicats , Membres , Liberté , Thérapeutique , Amis , Sécurité sociale , Sécurité , Professions , Négociation , Mouvement , Médecine , Laboratoires , France , Esthétique , Caractère , Bouche

nuance

Actualités professionnelles: Les +