nuance

Le CHR Metz-Thionville accompagne sa rupture technologique avec HIMSS

Le CHR Metz-Thionville, établissement public de recours sur le territoire Nord Lorrain de plus de 2000 lits, décide d’opérer une rupture technologique en 2008 et de refonder intégralement son système d’information devenu obsolète. Pour se faire accompagner dans cette démarche, la DSI de l’hôpital opte pour le référentiel international EMRAM de HIMSS qui joue un rôle pivot dans la conduite du changement auprès des personnels soignants et administratifs.

Le nouveau SI s’inscrit directement dans les objectifs de l’hôpital numérique et se concentre sur l’amélioration de la prise en charge du patient tout en modernisant la gestion des soins et en contribuant au parcours de santé. Fort de ses premiers rapides succès, l’hôpital poursuit ses déploiements pour s’acheminer en 2015 vers un hôpital « zéro papier » où les informations seront accessibles à tous les intervenants du parcours de soins  ainsi qu’une prescription multimodale. Jacques Hubert DSI de l’établissement revient sur les points de ce projet stratégique et la nouvelle gouvernance.

Recréer un système d’information

En 2008, Jacques Hubert arrive à la tête de la DSI de l’hôpital avec pour mission de refondre intégralement le SI dont la maturité est située au niveau 2 sur l’échelle EMRAM de HIMSS. Très peu tourné autour du patient, il apparaît comme limité avec ses fonctionnalités se cantonnant à l’échange de données, c’est un SI de services, non urbanisé, loin des possibilités offertes par l’IT d’aujourd’hui.

 

EMRAM, un outil de communication

L’EMRAM (Electronic Medical Record Adoption Model) est un modèle d’adoption du Dossier Patient Informatisé que HIMSS encourage de suivre.  L’EMRAM est la partie immergée d’une étude où  HIMSS s’intéresse aux différentes fonctionnalités qui composent un Système d’Information Hospitalier, au niveau du déploiement de ses fonctions jusqu’à leurs connections.

EMRAM est élaboré de façon à être un outil de communication interne, la DSI peut l’utiliser pour expliquer ses projets, démarches et besoins grâce à ce référentiel  unique, international, et reconnu par de nombreux hôpitaux dans le monde (plus de 1800 en Europe et plus de 5000 sur le continent Américain).

 

EMRAM, de 0 à 7 niveaux

Par exemple :

- Le niveau 2 correspondant à un hôpital qui possède un dossier informatisé qui va regrouper toutes les informations collectées par les logiciels pré requis pour le niveau 1. Il va pouvoir éventuellement stocker de nouvelles informations comme les lettres de décharge. Si jamais le patient est réadmis, l’hôpital va pouvoir ainsi récupérer un certain nombre d’information très facilement et donc améliorer la prise en charge immédiate du patient (en ayant accès aux résultats passés du laboratoire, ou compte rendu de radio par exemple)

- Le niveau 6  correspondant à l’une des étapes les plus importantes et les plus difficiles à atteindre. Toutes les fonctions travaillent ensemble, sont connectées ou interfacées. Ceci permet notamment de mettre en place le circuit du médicament informatisé en boucle fermée (prescription au chevet du patient avec des alertes sur les allergies, dosages,… validation à la pharmacie et  dispensation sécurisée, administration sécurisée avec validation ligne par ligne de l’infirmier). Un soutien à la décision clinique automatisé permet d’optimiser au mieux les ressources, les prescriptions, la coordination des soins et donc facilite le retour sur investissement.

- La dernière étape (niveau 7), implique que toutes les informations cliniques soient disponibles tout de suite pour tout le personnel habilité. Les données peuvent être partagées en tout sécurité avec les tutelles ou établissements partenaires. La continuité des soins informatisée est établie. Le retour sur investissement doit être prouvé tout comme l’amélioration de la prise en charge et des soins. La satisfaction des utilisateurs est essentielle.

L’Hôpital Metz-Thionville travaille sur les dernières briques pour atteindre le niveau 6 et vise le dernier échelon de niveau 7 pour mars 2015.

Jouer contre le temps

Le projet de refonte est ambitieux et se place sous le sceau de la rupture y compris temporelle. Les audits et déploiements s’effectueront en quelques mois et non pas sur plusieurs années. Ainsi, le dossier patient informatisé - DPI - est-il lancé en 12 mois seulement grâce au référentiel qui structure l’organisation et la collecte des données. Avec cette première brique, la DSI cherche un ROI immédiat passant ainsi d’une logique de coûts à une logique de gains. Dans cette perspective, EMRAM apparaît comme un outil de communication, en permettant de mesurer les progrès du SI et de valoriser les investissements.

 

Gestion du changement

« Les entreprises qui gagneront demain sont celles qui abordent aujourd’hui le management de l’innovation comme une opportunité pour développer leur capacité à gérer ou à anticiper les changements futurs » souligne Jacques Hubert, DSI du CHR Metz-Thionville. Ainsi l’innovation de ce projet n’est pas que technique mais aussi sociale, le SI ayant un impact dans la gestion quotidienne de chacun. Le référentiel de HIMSS permet de communiquer en interne auprès d’interlocuteurs non informaticiens, en conceptualisant les bénéfices cliniques essentiellement. Le référentiel joue un effet de levier et impacte la qualité de la prise en charge des patients. La direction des soins s’est montrée très impliquée de même que les soignants. Ces derniers doivent collecter plus d’informations (description des symptômes, prescriptions) et les enregistrer de manière standardisée dans le système. Cette opération un peu plus longue au début, permet à termes des gains de qualité et de productivité pour les infirmières. Les informations sont accessibles de manière sécurisée où que se trouve le soignant, l’hôpital affichant 99,99% de disponibilité des données.

 

Identifier les relais et accompagner le changement

La valeur d’usage du SI se mesure, tous les mois, des statistiques d’usage sont éditées afin d’identifier qui s’approprie au mieux l’outil et qui rencontre encore des difficultés. L’essence du projet réside dans l’implémentation d’un outil informatique transparent dont l’usage devient naturel et ergonomique pour les utilisateurs. Le SI est un medium et non pas une finalité en tant que telle ; l’approche incrémentale, induit des changements progressifs mieux appréhendés par l’ensemble du personnel. Le référentiel accompagne ces évolutions en apportant un cadre formel et en posant des pistes. Un hôpital aspirant au niveau 6, doit mettre en place un dispositif de soutien à la décision clinique afin de standardiser des soins. Pour en poser les fondements, le CHR a déployé un système de prise en charge de la douleur aiguë où le patient occupe la place centrale. Il se voit offrir un meilleur choix thérapeutique notamment pour des prises en charge spécifiques à certaines pathologies.

 

Hopital 2.0

Côté patient, le SI se rapproche des usages quotidiens des TIC. Les informations collectées aux admissions et durant les soins sont injectées dans le système. Le patient peut recevoir un SMS lui rappelant un rendez-vous pour une consultation ou bien une alerte pour lui rappeler un soin s’il est hospitalisé, créant ainsi des liens plus rapprochés. Le CHR proposera très prochainement de prendre directement rendez-vous via son site web.

En parallèle, il a également mis en ligne une application smartphone multi-services qui favorise l’accès aux spécialités en aidant les patients à trouver un médecin ou à sélectionner un service en fonction de sa pathologie via un moteur de recherche.

De surcroît, le CHR Metz-Thionville est le seul établissement lorrain à avoir été sélectionné pour déployer le DMP. Il est possible de créer son DMP en quelques minutes sur place. Il sera ensuite accessible aux urgentistes pour faciliter la prise en charge.

 

Jacques Hubert conclut : « Dans le contexte de la concrétisation du plan hôpital numérique, le référentiel international EMRAM se développe en France au bon moment. Il permet de comparer ou de partager les bonnes pratiques déjà déployées à l’étranger et facilite l’évaluation des investissements en montrant le chemin de l’efficience économique. Et surtout il place le patient au cœur de la prise en charge ».

A propos de HIMSS

HIMSS est une organisation à but non lucratif qui se consacre à fournir un leadership international pour un usage optimal des technologies de l’information et les systèmes de gestion pour l’amélioration de la santé. Créée il y a 52 ans, HIMSS et ses organisations affiliées sont basées à Chicago avec différents bureaux aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. HIMSS compte près de 50 000 membres dont plus des deux tiers travaillent dans la fourniture de services santé, les organisations gouvernementales ou à but non lucratif. HIMSS rassemble plus de 570 organisations dont plus de 225 sont des organisations partenaires à but non lucratif qui partagent sa mission de transformer le secteur de la  santé au travers un usage efficace des TIC et des systèmes de gestion. HIMSS conçoit et initie les pratiques de santé ainsi que les politiques publiques au travers de son expertise sur les contenus, le développement professionnel, la recherche et les outils médiatiques pour promouvoir l’information et les contributions sur les systèmes de gestion afin d’améliorer la qualité, la sureté, l’accès aux soins tout en maîtrisant les dépenses.

Pour plus d’informations : www.himss.eu

Descripteur MESH : Rupture , Joue , Lits , Démarche , Rôle , Soins , Santé , Logique , Patients , Communication , Europe , Recherche , Investissements , Radio , Papier , Pharmacie , Mars , Sécurité , Statistiques , Tête , Thérapeutique , Objectifs , Moteur de recherche , Membres , Adoption , Leadership , Informatique , Hôpitaux , France , Expertise , Douleur , Continuité des soins , Chicago , Asie

nuance

Informatique médicale: Les +