nuance

La génomique : quel impact sur les pays en développement ?

Les avancées de la recherche sur le génome doivent aussi pouvoir être utilisées par les pays les plus pauvres. Telle pourrait être la conclusion d'un récent rapport de l'OMS qui dresse un bilan des progrès qui pourraient être associés à la médecine génétique.

"C'est là le premier rapport qui place la recherche génomique dans une perspective mondiale", estime Sir David Weatherall (Université d'Oxford), principal auteur du rapport de 241 pages intitulé "Genomics and World Health".

Selon ce rapport, les résultats apportés par la génétique et la génomique conduiront à des améliorations en terme de santé publique, notamment pour la lutte contre des maladies infectieuses comme le VIH, la tuberculose ou encore le paludisme.

Une meilleure connaissance et compréhension du génome des agents pathogènes ont permis de définir de nouvelles cibles pharmacologiques ou facilitent encore la mise au point de vaccins.

Par ailleurs, l'étude génétique des populations permet de dégager des profils de risque ou de susceptibilité à développer certaines pathologies. Dans ce contexte, la pharmacogénétique pourrait aider à l'identifier les personnes qui répondront le mieux à un traitement.

L'OMS cite dans ce rapport plusieurs exemples de progrès médicaux imputables à l'avènement de la génomique et à l'utilisation massive de l'informatique dans la recherche biomédicale.

On peut noter la mise au point de nouveaux antipaludiques qui seraient efficaces contre des parasites résistants aux traitements courants, des essais cliniques sur un vaccin expérimental contre le SIDA et produit par génie génétique.

Les techniques de biologie moléculaire ne sont pas seulement des outils destinés à fournir de nouveaux traitements. L'amplification génique par PCR (réaction en chaîne à la polymérase) est aujourd'hui une technique incontournable dans le dépistage et le diagnostic des infections bactériennes ou virales. Elle a aussi permis d'améliorer le diagnostic de la dengue et de la leishmaniose, maladies qui ont atteint le stade pandémique dans certains pays d'Amérique latine.

"La recherche génomique, si elle est bien menée, peut tout changer pour les soins de santé", a déclaré le Dr Gro Harlem Brundtland, directeur de l'OMS. "Elle peut notamment permettre au pays en développement de brûler les étapes du développement médical et de fournir à leurs citoyens des soins sensiblement améliorés et des méthodes modernes à très brève échéance".

On peut toutefois s'interroger sur l'impact à court et moyen terme de la génomique sur la santé des pays défavorisés. On voit mal comment des avancées pour beaucoup au stade de recherche et développement pourraient infléchir la tendance alors que des médicaments de première nécessité, courants et de faibles coûts restent encore introuvables ou inabordables dans de nombreux pays. Les antirétroviraux restent largement sous employés dans la lutte mondiale contre le VIH alors que ses conséquences paraissent sans précédent.

"Tout le rapport est axé sur l'idée que cette nouvelle technologie ne nous permettra pas de modifier instantanément la pratique médicale", a ajouté le Dr Weatherall.

Effectivement, les pays industrialisés seront vraisemblablement les premiers à tirer profit des biotechnologies et des avancées de la génétique mais les nations moins favorisées ne doivent pas pour autant rester à l'écart de ces progrès comme cela a été le cas pour la révolution informatique.

L'engouement pour ces nouvelles technologies ne doit pas faire oublier qu'il existe aujourd'hui des traitements et des mesures de prévention efficaces, mais nombreux sont ceux qui n'y ont pas accès. Avant d'anticiper sur les retombées de la génomique, encore faudrait-il s'assurer que le plus grand nombre bénéficie des progrès déjà acquis.

Source : OMS

SR

Descripteur MESH : Génomique , Recherche , Génétique , Génome , Médecine , Santé , VIH Virus de l'Immunodéficience Humaine , Lutte , Informatique , Diagnostic , Soins , Recherche biomédicale , Risque , Santé publique , Pharmacogénétique , Technologie , Personnes , Tuberculose , Parasites , Vaccins , Leishmaniose , Paludisme , Méthodes , Amérique latine , Infections bactériennes , Génie génétique , Génétique des populations , Essais , Dengue , Connaissance , Compréhension , Biologie moléculaire , Biologie , Auteur , Antirétroviraux , Antipaludiques

nuance

Recherche scientifique: Les +

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

Une IA pour détecter précocement les maladies pancréatiques lors des écho-endoscopies

La DNDi et BenevolentAI collaborent pour accélérer la recherche de médicaments vitaux contre la dengue

La FDA a accordé la désignation de procédure accélérée au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées

ASICS - STATE OF MIND INDEX : UNE ÉTUDE MONDIALE SOULIGNE L'IMPACT POSITIF DU SPORT SUR LA SANTÉ MENTALE

La Food and Drug Administration des États-Unis a octroyé la désignation de médicament orphelin au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique et de l'adénocarcinome de jonction gastro-œsophagienne

Jubilant Therapeutics Inc. annonce que des inhibiteurs isoformes sélectifs de la PAD4 présentent une sélectivité et une puissance in vitro, une biodisponibilité orale et une activité antitumorale in vivo élevées

Personalis publie de nouvelles données prouvant la capacité d’un algorithme hautement sensible à détecter la perte d’hétérozygotie du gène HLA

La Patient Safety Movement Foundation annonce les dates et la liste des intervenants du 8e Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Traitement de l'APDS : Pharming présente des données positives de l'essai de phase II/III sur le leniolisib