nuance

Selon les résultats du congrès annuel 2019 de l'EAACI, le S. aureus serait un facteur de risque important contribuant au développement des allergies alimentaires chez les enfants atteints d'une dermatite atopique

illustrationLISBONNE, Portugal, 3 juin 2019 /PRNewswire/ -- « Le S. aureus pourrait être un facteur de risque important contribuant au développement d'allergies alimentaires chez les enfants atteints d'une dermatite atopique », si l'on en croit les résultats d'une étude récemment publiés et que le professeur du Toit a présentés aujourd'hui lors du Symposium présidentiel sur les traitements immunomodulateurs dans le cadre des allergies alimentaires (Practall 2018). Ces résultats ont été publiés il y a deux jours dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology (JACI) et ont été présentés pour la première fois lors d'une séance du Congrès.

 

« Nous ne connaissons pas encore les mécanismes exacts qui mènent de la dermatite atopique à l'allergie alimentaire, mais nos résultats suggèrent que Staphylococcus aureus pourrait être un facteur important contribuant à ce résultat », déclare le Dr Olympia Tsilochristou, auteur principal de cet article. Cette étude présente les résultats d'une analyse de données collectées lors d'une étude exploratoire secondaire faisant partie intégrante de l'étude LEAP (de l'anglais Learning Early About Peanut Allergy - Apprentissages précoces sur l'allergie aux arachides) menée par le professeur Lack au King's College London. Les auteurs ont démontré que les enfants atteints d'une dermatite atopique sévère et/ou allergiques aux œufs qui présentaient une colonisation des territoires cutanés par les S. aureus avaient des valeurs d'immunoglobuline spécifique E (IgEs) plus élevées contre l'arachide et le blanc d'œuf que ceux qui n'avaient jamais été colonisés par les S. aureus. Il est à noter que ces résultats étaient indépendants de la gravité de la DA.

De plus, il a été démontré que les enfants présentant une colonisation cutanée et/ou nasale par les S. aureus étaient plus susceptibles de voir leur allergie aux œufs persister jusqu'à l'âge de 5 ou 6 ans. C'est-là un point important, car il faut savoir que la plupart des enfants allergiques aux œufs se voient généralement libérés de cette allergie justement à cette tranche d'âge-là. Il est intéressant de noter que les auteurs ont également signalé que les enfants présentant des S. aureus dans la peau et/ou le nez, présentaient un risque plus élevé de développer une allergie aux arachides, et ce même si on leur avait donné des cacahuètes dès leur inclusion dans l'étude. Ces résultats étaient également indépendants de la gravité de la DA.

« Le rôle de S. aureus devra être pris en compte dans les études futures visant à induire et à maintenir la tolérance aux allergènes alimentaires chez les nourrissons atteints de la DA », a déclaré le professeur du Toit, coauteur de cet article et auteur principal des publications Learning Early About Peanut Allergy (LEAP) précédentes. Le professeur Lack a conclu en soulignant que « d'autres études longitudinales prospectives évaluant la portée de l'action des S. aureus au moyen de techniques plus avancées et d'études interventionnelles visant à éradiquer le S. aureus chez les enfants en bas âge aideront à élucider son rôle dans le développement de la DA ou des allergies alimentaires. »

Les résultats de cette étude sont importants, car leur analyse a été faite en corrigeant la gravité de la DA. Les résultats obtenus dans les études précédentes ont démontré que la colonisation par les S. aureus chez les patients affectés d'une DA, associée soit une sensibilisation alimentaire, soit à une allergie, peut avoir été confondue avec la gravité de la DA. Le S. aureus a été impliqué dans le développement et la gravité des maladies atopiques, notamment la DA, la rhinite allergique et l'asthme, et les résultats présentés aujourd'hui lors du Symposium présidentiel étendent ces observations au développement des allergies alimentaires, indépendamment de la gravité de la DA.

L'EAACI aimerait profiter de l'occasion pour souligner la dynamique de la nouvelle génération d'allergologues au sein de ses membres. Le Dr Olympia Tsilochristou, basée à l'université de King's College London, a été un membre junior actif de l'Académie et a déjà reçu une bourse de recherche clinique de l'EAACI.

À propos de l'EAACI 
L'Académie européenne d'allergologie et d'immunologie clinique (EAACI) est une organisation à but non lucratif, active dans le domaine des maladies allergiques et immunologiques telles que l'asthme, la rhinite, l'eczéma, les allergies professionnelles, les allergies alimentaires et médicamenteuses et enfin l'anaphylaxie. L'EAACI a été fondée en 1956 à Florence, en Italie, et est devenue la plus grande association médicale en Europe dans les domaines de l'allergologie et de l'immunologie clinique. Elle compte plus de 10 000 membres issus de 122 pays, ainsi que plus de 60 sociétés membres nationales et internationales.

Au cours des 63 dernières années, l'EAACI consacré ses ressources à améliorer la santé des asthmatiques et des personnes affectées par tout type de maladies allergiques. Riche de son expérience et ses connaissances en allergologie, l'EAACI est la principale source d'expertise en Europe et au-delà des frontières européennes pour tout ce qui touche les maladies allergiques et l'asthme.

Contact
Chiara Hartmann Siège social de
l'EAACI  
Tél. : 41 79 956 18 65
communications@eaaci.org  
www.eaaci.org

Descripteur MESH : Dermatite , Risque , Portugal , Asthme , Membres , Rhinite , Rôle , Auteur , Études longitudinales , Italie , Sociétés , Santé , Patients , Personnes , Publications , Expertise , Recherche , Association , Allergènes , Anaphylaxie , Eczéma , Staphylococcus aureus , Staphylococcus , Peau , Nez

nuance

Recherche scientifique: Les +