nuance

CNA/NNOC : Les infirmières autorisées dénoncent les attaques violentes contre le syndicat lors de l'événement du Mic.higan

DEARBORN, Michigan, April 14 /PRNewswire/ -- Ce soir, les California Nurses Association/National Nurses Organizing Committee ont dénoncé une agression brutale par des bus remplis de membres de l'Union Internationale des Employés des Services (UIES) vêtus de violet qui ont fait violemment irruption lors d'une conférence des membres du syndicat samedi soir à Dearborn, dans le Michigan et agressé physiquement les femmes et les membres du syndicat qui se trouvaient sur leur passage.

« Je suis profondément préoccupée par cette escalade d'attaques sur les femmes et les infirmières, dirigée par le président de l'UIES, Andrew Stern », a déclaré le directeur général du CNA/NNOC Rose Ann DeMoro, qui devait prendre la parole au cours de la réception au sujet de la campagne pour une véritable réforme des soins de santé.

Mme DeMoro a annulé sa participation à l'événement afin de coordonner l'appui aux dirigeants du CNA/NNOC en Californie après que M. Stern et le UIES aient commencé à envoyer des groupes de personnes roder vers les maisons de membres du conseil d'administration d'infirmières du CNA/NNOC en Californie jeudi et vendredi, pour les suivre partout et les harceler.

« Il s'agit ici d'un terrible scénario de violence physique et de tactiques d'intimidation qui n'ont pas leur place dans notre mouvement syndical ou dans une société civilisée », a déclaré Mme DeMoro.

Samedi soir à Dearborn, au moins sept des bus, transportant jusqu'à 500 membres de l'UIES en vestes et T-shirts violets se sont rendus à l'hôtel Hyatt Regency où se tenait la réception organisée par la revue Labor Notes, couronnement d'un week-end de conférences sur des thèmes comme la démocratie syndicale, la réforme des soins de santé et les mesures pour favoriser un nouvel essor de la main-d'oeuvre.

Une fois sortis des autobus, les centaines de personnes brandissant des banderoles ont pris d'assaut l'hôtel et se sont frayé un chemin pour pénétrer par effraction dans la salle de bal où se tenait l'événement.

En entrant ainsi dans le bâtiment, les membres de l'UIES, alors rejoints par les membres de l'UIES présents à l'intérieur du bâtiment, ont agressé physiquement un groupe de syndicalistes et de militants qui se trouvaient à l'entrée.

Au moins une femme, ouvrière automobile à la retraite et ancienne directrice commerciale de Labor Notes, a été blessée et s'est rendue à l'hôpital après avoir été jetée à terre et s'être cogné la tête contre une table.

Avec l'irruption des membres de l'UIES dans la salle, quelque trois douzaines d'infirmières et de responsables du CNA/NNOC, présents pour la conférence, dont Malinda Markowitz, infirmière autorisée et membre du comité de direction du CNA/NNOC, qui devait prendre la parole à la place de Mme DeMoro, ont été brutalement évacués par le fond la salle pour leur sécurité et sont partis dans des fourgons. L'atmosphère était tellement tendue que des cuisiniers de l'hôtel ont essayé de monter dans les fourgons pour partir avec eux, craignant pour leur propre sécurité.

L'agression nocturne contre Labor Notes suivait une journée de perturbations par les membres de l'UIES lors de divers ateliers auxquels des membres du CNA/NNOC étaient en table ronde ou participaient.

« Je suis écoeurée par les tactiques de l'UIES et par leur mépris total pour ce qui se passait ici, à savoir des membres de plusieurs syndicats qui discutaient d'un programme de lutte contre l'augmentation des attaques des entreprises contre le personnel », a déclaré Malinda Markowitz. « Il est clair que leur seul ordre du jour était d'essayer de perturber et de diviser les syndicats et les travailleurs. La violence physique est absolument inacceptable. »

« Je suis tout à fait consternée par le fait qu'un syndicat vienne ici avec des tonnes de gens et enfonce les portes. S'ils ont ce genre de ressources, pourquoi ne les utilisent-ils pas pour aider les gens dans les tranchées, plutôt que d'attaquer les infirmières et les autres travailleurs », a déclaré Danielle Magana, infirmière autorisée et membre du NNOC de San Antonio au Texas.

« Si j'étais infirmière ici, je ne voudrais pas adhérer à un tel syndicat agressif », a déclaré Prudencia Mweemba, une infirmière autorisée de la Zambie, qui prépare un doctorat à l'université Kent State et qui assistait à la conférence. « Ce qu'ils ont fait aujourd'hui m'a montré qu'ils sont irresponsables. Je ne vois pas comment ils peuvent représenter les gens avec une telle attitude. »

« Si je n'avais pas vu cela de mes propres yeux, je ne l'aurais pas cru », a déclaré Kimberly Helmick, une infirmière autorisée de l'Ohio. « L'UIES a commis une grosse injustice à tous les membres de mouvements syndicaux présents ici. »

Mme DeMoro a fait remarquer que l'ironie de l'attaque contre la conférence, où la démocratie syndicale était un thème majeur, est qu'elle coïncide avec les efforts croissants déployés par M. Stern et par l'UIES internationale pour réprimer les différences d'opinion au sein de son propre syndicat et pour signer des contrats avec les employeurs qui limitent la voix des membres de l'UIES sur le lieu de travail.

Les contrats de l'UIES avec des chaînes de maisons de santé, par exemple, ont limité la capacité des soignants à protester et à signaler les conditions dangereuses. Au sein de l'UIES, M. Stern s'est engagé à cibler les opposants et à chercher à limiter la participation lors de la convention internationale en juin.

Un autre exemple, fait-elle remarquer, était que le pacte de l'UIES avec une chaîne d'hôpitaux catholiques dans l'Ohio, où l'UIES a obtenu de l'employeur qu'il fasse une demande d'élection pour imposer l'UIES comme le syndicat de son choix pour les infirmières et les autres membres du personnel. L'entente a également empêché les employés de discuter de l'élection ou du syndicat. En fin de compte, M. Stern et l'employeur ont annulé l'élection lorsque l'affaire a été exposée, en partie à cause des critiques du CNA/NNOC sur l'affaire, ce qui était le prétexte de l'attaque lancée samedi soir au Michigan.

Pour plus d'informations sur les efforts de l'UIES en faveur des employeurs, veuillez consulter le site Web à l'adresse http://www.ServingEmployersInsteadofUs.org.

©2008 - PR Newswire - Touts droits réservés

Descripteur MESH : Membres , Michigan , Santé , Réforme des soins de santé , Violence , Physique , Personnes , Contrats , Parole , Syndicats , Soins , Ohio , Sécurité , Zambie , Tête , Texas , Travail , Atmosphère , Retraite , Main , Lutte , Lieu de travail , Hôpitaux , Démocratie , Conseil , Conférences , Californie , Attitude

nuance

Actualités professionnelles: Les +