nuance

La FHF au bord de la crise de nerfs ?

La Fédération des hôpitaux publics (FHF) perdrait-elle son sang-froid ? A la veille de son salon annuel Santé Autonomie 2015, la FHF a cru bon de rendre public une brochure destinée à« rétablir la vérité » face « aux discours véhiculés par certains médias qui diffusent progressivement une image négative des hôpitaux publics ».

En réalité, il s'agit d'un pamphlet entièrement dirigé contre l'hospitalisation privée, que chacune de ses pages attaque. Prétendant montrer que l'hôpital public ne coûterait pas plus cher que les cliniques, ce document, digne d'une campagne d'agit-prop d'une époque que l'on croyait révolue, est un tissu d'assertions biaisées, de chiffres trompeurs, d'approximations mensongères, sans parler bien entendu d'omissions qui ne trompent personne.

La Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) s'étonne d'une telle attaque, indigne d'une grande fédération, et qui donnera lieu à une réponse circonstanciée point par point.

« Alors que tous les grands corps de l'Etat, du ministère de la Santé lui-même à la Cour des Comptes et à l'IGAS, sans parler des think tanks et des experts de tous bords, s'accordent depuis des années à diagnostiquer que le secteur hospitalier public en France souffre d'hypertrophie, de rigidité organisationnelle et qu'il coûte cher à la collectivité, il est curieux de voir la fédération des hôpitaux publics diffuser un tel monceau de contre-vérités, qui plus est la veille d'un salon qui est traditionnellement pour l'ensemble des acteurs hospitaliers l'occasion de se retrouver sur les missions qui nous rassemblent », déclare Lamine Gharbi, président de la FHP, qui regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés.

Ceci est d'autant plus surprenant qu'en septembre 2014, réagissant à des propositions de la FHP pour améliorer l'efficience du système de soins, M. Valletoux déclarait : « Conformément à sa tradition d'organisation républicaine et responsable, la FHF porte une toute autre vision stratégique des réformes structurelles de notre système de santé et refuse de dénoncer tel ou tel acteur comme cause unique des difficultés d'un secteur ».

Prenant acte que la FHF ait décidé de placer le salon 2015 sous le signe de la division, la FHP annonce qu'elle ne sera donc présente à aucune des manifestations officielles auxquelles pourtant elle se trouve associée.

Dans un courrier adressé lundi au président de la FHF, Frédéric Valletoux, Lamine Gharbi souligne que « le seul combat qui vaille est celui d'une santé optimale... au meilleur coût » pour le pays, rappelant que si les cliniques privées représentent 25% de l'offre de soins en France, elles réalisent 34% de l'activité de soins en accueillant 9 millions de patients chaque année, en ne recevant pour cela que seulement... 17% des financements hospitaliers.

Pour ne donner qu'un exemple parmi les plus récents, l'Agence technique de l'information sur l'hospitalisation (ATIH), qui dépend du ministère de la Santé, a établi que les cliniques étaient plus efficientes et plus économes pour la collectivité que les hôpitaux publics. Dans un rapport publié en juillet 2014 sur les coûts des prises en charge à l'hôpital en MCO (médecine, chirurgie, obstétrique), elle indique que le coût moyen d'une prise en charge hospitalière est de 1.204 € dans le secteur privé et de 2.115 € dans le secteur public.

Alors que l'assurance maladie fait face à des déficits cumulés abyssaux depuis près de 30 ans, alors que les hôpitaux publics ont cumulé plus de 4 milliards d'euros de déficit depuis 2007, en dépit du versement de milliards d'euros de subventions de retour à l'équilibre, et alors que leur dette atteint 30 milliards d'euros, la question de l'efficience médico-économique du système de soins ne pourra plus longtemps être éludée.

« La question de l'efficience du système hospitalier est posée et ni vous ni nous, ni aucun acteur hospitalier, n'a durablement les moyens de s'y soustraire. Il n'y a pas d'Etat dans l'Etat et le secteur public que vous représentez ne peut pas échapper à cette question », conclut Lamine Gharbi dans son courrier.

 

A propos de la FHP

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés qui assurent chaque année la prise en charge de 9 millions de patients. 154.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et plus de 42.000 médecins y exercent. Les cliniques et hôpitaux privés prennent en charge :

·        54% des interventions chirurgicales

·        près de 66 % de la chirurgie ambulatoire

·        2,3 millions de passages dans 130 services d'urgences

·        Un accouchement sur quatre

·        Près d'un tiers des soins de suite et de réadaptation

·        Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques

·        15% de l'activité d'Hospitalisation à domicile (HAD).

Descripteur MESH : Hôpitaux , Hôpitaux publics , Santé , Face , Discours , Sang , Soins , Hôpitaux privés , Hospitalisation , Secteur public , Patients , Hypertrophie , Secteur privé , Obstétrique , Médecins , Médecine , Maladie , Assurance , Hospitalisation à domicile , France , Établissements de santé , Assurance maladie

nuance

Actualités professionnelles: Les +