nuance

#COVID19 : un syndicat de médecins poursuit l’État en référé pour la généralisation du dépistage et du traitement à la #chloroquine du Pr Raoult

illustrationLe syndicat des médecins d’Aix et région (SMAER) en a assez. « Assez des contradictions, des mensonges d’État » et de son incapacité à protéger les soignants et les patients. Il poursuit donc l’État en référé afin d’obtenir des masques FFP2 ainsi que la généralisation du dépistage et du traitement préconisé par le Pr Raoult. Le recours a été déposé mercredi devant le Conseil d’État et a été plaidé jeudi.

Pour le SMAER il est clair que :

  • seuls les masques FFP2 et FFP3 sont de nature à protéger les soignants d’une contamination et d’être vecteur à leur tour de contagion
  • les masques chirurgicaux portés par les patients limitent les risques de contagion vers les soignants
  • l’étude du Pr Raoult « présente des espoirs indéniables et concrets dans le traitement de la maladie et semble pouvoir être généralisée »

Partant de ces constats et se fondant sur le droit à la vie, le droit de recevoir les traitements et les soins appropriés à son état de santé, ainsi que sur le principe de précaution, le SMAER sollicite le Conseil d’État pour enjoindre le gouvernement aux mesures suivantes. 

  • Fournir des masques FFP2 ou FFP3 aux médecins et professionnels de santé
  • Fournir des masques chirurgicaux non seulement aux malades, mais aussi à la population générale
  • Informer les professionnels de santé sur les modalités logistiques de la fourniture des masques
  • Donner des moyens de dépistage massif aux professionnels de santé
  • « Compte tenu des données actuelles et acquises de la science notamment rassemblées par les autorités sanitaires chinoises, et par la Corée du Sud, et également par l’IHU de l’APHM dirigé par le Professeur D. RAOULT à l’effet de fournir et autoriser les médecins et hôpitaux à prescrire et administrer aux patients à risque l’association de l’Hydroxychloroquine et de l’Azithromycine en respectant les précautions d’emploi de cette association. »

 

« Nous souhaitons que ce recours fasse l’effet d’un électrochoc pour nos dirigeants, et mène à une prise de conscience. Car nous ne sommes pas entendus. Une bonne partie des soignants prend encore d’énormes risques en pratiquant », explique le Dr Daniel Latil d’Albertas, président du SMAER à France3.

« Nous réclamons des masques, un dépistage généralisé et l’application du traitement préconisé par le professeur Raoult aux malades du Covid-19 », poursuit le médecin.

 

La décision du Conseil d’État est attendue ce jour, samedi 28 dans l’après-midi.

Sur le sujet :

Encadrement des prescriptions du traitement à la #chloroquine du Pr Raoult, un scandale d’état ?

#COVID19 : Le conseil scientifique du CNGE recommande aux médecins généralistes de ne pas prescrire l’hydroxychloroquine (Plaquenil®) en ambulatoire

#COVID-19 : l’équipe du Pr Raoult généralise le traitement à base de chloroquine à tous les patients positifs au coronavirus

#coronavirus : le traitement à la #chloroquine réduit la charge virale à 6 jours pour 75 % des patients selon le Pr Raoult

Les pharmacies d’officine ne peuvent plus délivrer du Plaquenil sur la base d’une prescription d’un médecin généraliste

 

Descripteur MESH : Masques , Conseil , Patients , Médecins , Santé , État de santé , Corée , Hôpitaux , Population , Vie , Nature , Gouvernement , Maladie , Soins , Science , Association , Conscience , Électrochoc , Risque

nuance

Actualités professionnelles: Les +