nuance

Le virus de la maladie de Borna (BDV) est-il lié à certaines maladies neuropsychiatriques ?

Le débat très controversé sur la contribution du BDV à la pathogénie de certains troubles mentaux chez l'homme est loin d'être clos. Lors d'une conférence européenne qui se tient actuellement à Londres, le professeur Nowotny (Université de Vienne) a rappelé que plusieurs données laissent entendre que le bornavirus pourrait être associé à la dépression ou à la schizophrénie.

"Des recherches récentes ont encore alimenté des discussions très controversées sur la capacité du virus de la maladie de Borna à infecter l'homme et à causer des troubles psychiatriques", a déclaré Norbert Nowotny, professeur à l'Université des sciences vétérinaires à Vienne. Le scientifique a présenté son exposé à Londres lors d'une réunion des Sociétés européennes de virologie clinique et vétérinaire auxquelles était associée la Société de microbiologie générale.

Le bornavirus est un virus à ARN qui touche principalement les chevaux et les moutons (l'infection est le plus souvent mortelle chez ces animaux) mais son spectre d'hôte est assez large puisque des anticorps dirigés contre le virus ont été retrouvés chez l'homme. Sa transmission est nasale et le virus se multiplie préférentiellement des régions du système nerveux central impliquées dans le comportement. Les données actuelles suggèrent par ailleurs que l'infection peut modifier la régulation de la dopamine.

La contribution éventuelle du BDV à certains troubles mentaux s'explique notamment par l'observation d'un comportement anormal chez les animaux infectés.

"Alors que l'infection par le BDV conduit à une encéphalite grave et souvent fatale chez l'animal, une telle inflammation n'a jamais été décrite chez l'homme", concède le professeur Nowotny. "Chez l'homme, on suspecte seulement des changements subtils qui pourraient interférer avec l'activité des neurotransmetteurs pour conduire à des troubles psychiatriques. Nous avons par exemple détecté le BDV chez des patients souffrant de syndrome de fatigue chronique".

D'autres études séro-épidémiologiques on mis en avant la présence d'anticorps dirigés contre le BDV chez des schizophrènes ou souffrant de dépression majeure. On note néanmoins une grande hétérogénéité de résultats dans ce domaine et aucune étude ne permet d'affirmer irréfutablement un lien (et encore moins une cause) entre le BDV et ces troubles psychiatriques. Le professeur Nowotny a rappelé à ce propos la difficulté d'établir ou de réfuter définitivement cette hypothèse.

Source : Society for General Microbiology.

Descripteur MESH : Virus , Virus de la maladie de Borna , Maladie de Borna , Maladie , Troubles mentaux , Dépression , Londres , Schizophrénie , Infection , Anticorps , Animaux , Comportement , Syndrome , Virus à ARN , ARN , Virologie , Vétérinaires , Système nerveux central , Système nerveux , Syndrome de fatigue chronique , Inflammation , Sociétés , Dopamine , Réunion , Patients , Observation , Microbiologie , Encéphalite , Fatigue

nuance

Recherche scientifique: Les +