nuance

Un nouveau plateau technique d’Imagerie de coupe « Jean Tavernier* » au CHU de Bordeaux

Sous l’impulsion du Pr Vincent Dousset, responsable du pôle imagerie médicale, le plateau technique d’imagerie de coupe du CHU de Bordeaux, implanté au sein de l’hôpital cardiologique sur le site du groupe hospitalier Sud, vient d’être doté d’une IRM et d’un scanner bénéficiant des derniers développements technologiques.

En lien direct avec le SAU (Service Accueil Urgences) cardio-vasculaire, le plateau technique d’imagerie de coupe reçoit les patients hospitalisés du Groupe Hospitalier Sud ainsi que des consultants externes. Il regroupe aujourd’hui deux scanners et une IRM et bénéficie dans le cadre d’une démarche qualité, d’une organisation optimisée autour de la prise en charge du patient.Tant dans l’aménagement des locaux que dans l’organisation médicale, tout a été pensé pour que le patient bénéficie du meilleur circuit de prise en charge.
Organisation du nouveau plateauLa conception du plateau d’imagerie de coupe s’articule autour de deux secteurs différenciés, installés sur le même niveau : scanographie et IRM et de trois zones distinctes pour chaque secteur.-    Le secteur IRM volontairement positionné dans un milieu sécurisé pour prévenir tout risque inhérent au champ magnétique pour les patients porteurs de pace maker par exemple.-    Le secteur Scanner regroupant 2 salles d’examen, de commande, d’interprétation.La spécificité de ce nouveau plateau d’imagerie de coupe, en lien avec le SAU cardio-vasculaire, a conduit à identifier une salle « urgence » entre les 2 secteurs, permettant la prise en charge en urgence (réanimation cardiaque, respiratoire, défibrillation…) des complications des pathologies cardiovasculaires durant les explorations.Outre les secteurs logistiques communs, la conceptualisation de ce plateau s’est faite sur la base du circuit du patient pour les 2 secteurs, avec identification dans chacun de 4 zones distinctes : zone d’accueil et d’attente, zone de consultation, zone de préparation et de suivi, zone de réalisation médico-technique des examens.Ä 8 radiologues seniors, 34 manipulateurs, 2 infirmières et 5 secrétaires assurent le fonctionnement des 3 équipements sur une amplitude horaire de 13 heures par jour.Circuit patientL’accueil du patient, qu’il soit externe ou hospitalisé, s’effectue sur un lieu unique. Les patients valides sont dirigés vers une salle d’attente appropriée. Les patients couchés sont conduits directement en salle de préparation par les ambulanciers ou les brancardiers permettant ainsi la continuité des soins.Le dossier radiologique informatisé, génère l’accès au dossier d’imagerie médicale antérieur puis est complété à chaque étape de la prise en charge du patient par les différents intervenants.Chaque patient accueilli fait l’objet d’une prise en charge personnalisée par un soignant (manipulateur ou IDE). En salle de préparation, ce professionnel soignant, en collaboration avec le médecin radiologue, assure l’information du patient et recueille son consentement. Après contrôle du dossier médical et de la faisabilité de l’acte, il procède à la réalisation de l’acquisition.Après l’exploration, pendant la phase de surveillance du suivi de l’acte, les données acquises sont traitées avec les logiciels adaptés sur les stations de travail et de post-traitement : reconstruction 3D (cœur, coronaires …), quantification des flux, coloscopie virtuelle par TDM, quantification en oncologie (volume tumoral et ganglionnaire, perfusion tissulaire), indispensable à la caractérisation tumorale et à l’évaluation de l’efficacité thérapeutique. Puis le médecin radiologue communique au patient les résultats de l’examen. L’ensemble du dossier radiologique et le compte-rendu sont diffusés via le réseau d’images du CHU de Bordeaux. Le patient consultant externe bénéficie d’un compte rendu écrit accompagné d’un CD-ROM et d’un relevé des images significatives.Les pathologies diagnostiquéesCe plateau d’imagerie de coupe a une spécificité liée aux thématiques des services médicaux et chirurgicaux du site, que sont la cardiologie, la gastro-entérologie, la pneumologie, l’hématologie et la médecine interne. Deux équipes médicales d’imageurs spécialisées utilisent ces équipements pour l’exploration des maladies du cœur et des vaisseaux, des poumons, du tube digestif etc. Leur rôle est déterminant dans la prise en charge de ces affections en collaboration étroite avec les équipes médicales spécialisées du groupe hospitalier Sud. Les performances techniques des nouveaux équipements (IRM et scanner) permettent au Service d’Imagerie Médicale – Radiologie Diagnostique et Thérapeutique du Groupe hospitalier Sud d’être impliqué dans de nombreux axes de recherche clinique, soutenus par l’INCA (Institut National du Cancer), le Ministère de la Santé, l’université de Bordeaux 2 et le Conseil Régional d’Aquitaine.
Performances du matériel1 IRM AvantoInstallée en juin 2008, cette IRM a la particularité d’offrir un confort pour les patients et pour les utilisateurs dans une sécurité totale, l’IRM ne délivrant aucun rayonnement. Cette technologie utilise des antennes souples ultra légères. Elle offre la possibilité de connecter toutes les antennes sur la table d’examen, de les sélectionner et de les combiner entre elles. 76 éléments sont mis à disposition pour une couverture anatomique du corps entier et une exploration d’image à très haute résolution. Cette IRM est particulièrement adaptée à l’imagerie cardiaque dont les performances sont aujourd’hui de plus en plus reconnues dans l’exploration des maladies cardiaques.
 2 SCANNERS- 1 scanner Définition, bi-tube : installé depuis juin 2008, c’est la 1ère technologie scanner à double tube à rayons X. Il ouvre une nouvelle ère technologique en imagerie scanographique car les progrès sont fonction de la rapidité d’acquisition des images et des capacités de détection de structures anatomiques de très petites dimensions. Ce scanner est actuellement le plus performant du marché ce qui lui confère des capacités inégalées dans l’imagerie du cœur et de ses artères. Ce scanner est aussi économe en rayonnements X, ce qui permet son utilisation chez l’enfant.-1 scanner Sensation 16 : ce scanner équipé de 16 barrettes permet de nombreuses explorations courantes et est installé dans un environnement adapté à des gestes interventionnels diagnostiques et thérapeutiques avec ou sans anesthésie générale. Des biopsies ciblées, des drainages de collection, des ablations tumorales (foie, poumon) par radiofréquence se substituent à une chirurgie invasive difficile et à risque.Les salles sont équipées pour la pratique de l’anesthésie générale et notamment des enfants pour le diagnostic des cardiopathies congénitales.
Quelques chiffres (2007)IRM – 4 000 actes réalisés pour 3 500 patients accueillis (hospitalisés 57 %, externes 43 %)Scanner - 12 000 actes réalisés pour 7 400 patients accueillis sur 1 scanner (hospitalisés 70 %, externes 30 %)Prévisions 2009 pour ces 3 équipements : 25 000 actes avec un net accroissement de l’activité en imagerie cardiaque (coro-scanner) et colique (colo-scanner).(*) Jean Tavernier : Président du Conseil d’Administration du CHU de Bordeaux d’avril 1997 à juillet 2006, Président du Conseil Régional d’Aquitaine de 1988 à 1992, Président de l’Université Victor Segalen Bordeaux 2 de 1982 à 1988, Chef du service d’électroradiologie à Haut-Lévêque de 1974 à 1990.

Descripteur MESH : Patients , Conseil , Thérapeutique , Technologie , Risque , Rôle , Pneumologie , Poumon , Radiologie , Rayonnement , Rayons X , Réanimation , Recherche , Réseau , Patients hospitalisés , Santé , Sécurité , Sensation , Soins , Travail , Tube digestif , Urgences , Démarche , Anesthésie générale , Artères , Cardiologie , Cardiopathies , Cardiopathies congénitales , Colique , Coloscopie , Consultants , Continuité des soins , Perfusion , Diagnostic , Éléments , Environnement , Foie , Gestes , Médecine , Médecine interne , Anesthésie

nuance

Hôpital: Les +