nuance

Nanobiotix annonce l'obtention d'une « preuve de concept » pour l'utilisation de ses nanoparticules dans le traitement du glioblastome (tumeur du cerveau)

Cofondée par Nanobiotix et le Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes (« CLARA »), l'étude préclinique de « preuve de concept » a été dirigée par l'institut national pour la santé et la recherche médicale français (« INSERM ») sous la responsabilité de l'investigateur principal Jérôme Honnorat, professeur et médecin neuro-oncologue.

Les résultats précliniques démontrent que les nanoparticules —nanoPDT—de la société ciblent de manière sélective les tissus cancéreux et les détruisent après une activation par laser

L'étude, cofondée par Nanobiotix et le Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes (« CLARA »), a été dirigée par l'institut national pour la santé et la recherche médicale français (« INSERM »), sous la responsabilité de l'investigateur principal Jérôme Honnorat, professeur et médecin neuro-oncologue

Nanobiotix, une société émergente spécialisée dans la nanomédecine, a annoncé aujourd'hui qu'une étude indépendante a validé l'applicabilité de l'utilisation de ses nanoparticules —nanoPDT—dans le traitement du glioblastome, l'une des tumeurs du cerveau les plus fréquentes. Nanobiotix espère attirer des entreprises partenaires pour le développement de nanoPDT tandis que la société concentre ses efforts sur le développement de la technologie nanoXray.

Cofondée par Nanobiotix et le Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes (« CLARA »), l'étude préclinique de « preuve de concept » a été dirigée par l'institut national pour la santé et la recherche médicale français (« INSERM ») sous la responsabilité de l'investigateur principal Jérôme Honnorat, professeur et médecin neuro-oncologue.

« Notre nanotechnologie est conçue pour permettre la destruction précise des cellules cancéreuses, par le biais de l'application contrôlée d'une source d'énergie extérieure au corps, et dans ce cas précis, d'un faisceau à laser. Bien entendu, nous avons encore beaucoup à faire, mais ces découvertes précliniques constituent une étape très encourageante. Elles démontrent radicalement l'impact thérapeutique des nanoparticules sur le glioblastome, et laissent entrevoir la possibilité d'une nouvelle arme grâce à laquelle les neuro-oncologues pourront peut-être combattre cette tumeur particulièrement difficile à traiter, » a déclaré Laurent Lévy, Ph.D., président-directeur général de Nanobiotix et co-président de la French Technology Platform on Nanotechnology (FTPN).

« Les particules nanoPDT permettent de provoquer de manière contrôlée des réactions physiques sur des cellules ciblées lorsqu'elles sont déclenchées par l'application d'une source d'énergie externe, et dans ce cas précis, d'un faisceau à laser. Cette méthode pourrait avoir des ramifications importantes pour le traitement du cancer dans un avenir relativement proche » a ajouté Paras N. Prasad, Ph.D., un éminent expert du domaine de la nanotechnologie et l'un des inventeurs de la technologie Nanobiotix. Le Dr. Prasad est l'un des cofondateurs de Nanobiotix et le directeur général de l'Institute for Lasers, Photonics and Biophotonics de SUNY (Buffalo).

À PROPOS DE NANOBIOTIX

Nanobiotix est une société émergente spécialisée dans la nanomédecine qui associe les avancées spectaculaires de la nanotechnologie et de la biologie moléculaire pour développer nanoXray™—, une plateforme technologique prévue pour être sélectivement« activée et désactivée » à l’extérieur du corps, dans le but de traiter une variété de cancers de manière sûre et non invasive. L'utilisation de nanoXray est destinée à résoudre le plus important désavantage de la radiothérapie : la destruction de tissu sain et ses effets secondaires délétères ultérieurs lorsqu’une dose élevée de rayons X s’impose. Au cœur d’une nanoparticule Xray se trouve une substance inactive et inerte—pas un médicament—qui peut par la suite être activée afin d'augmenter localement (intra-tumeur) la dose le rayons X, un procédé qui doit entraîner une efficacité plus élevée. Une fois que les nanoparticules Xray se sont accumulées dans les tissus cibles, un rayon X standard est appliqué dans le but de produire un effet thérapeutique local, conçu pour détruire uniquement les cellules tumorales ciblées. Ce mécanisme suggère un contrôle total de l’effet thérapeutique recherché.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

CONTACT:

Ronald Trahan Associates Inc.Ronald Trahan, APR, 508-359-4005, x108

© 2009 Business Wire - Tous droits réservés

Descripteur MESH : Nanoparticules , Cerveau , Glioblastome , Santé , Recherche , Thérapeutique , Nanotechnologie , Cellules , Tissus , Nanomédecine , Traduction , Précis , Technologie , Rayons X , Tumeurs du cerveau , Tumeurs , Biologie , Radiothérapie , Lasers , Langue , Jurisprudence , Inventeurs , Biologie moléculaire

Recherche scientifique: Les +