nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Génétique

963 résultats triés par date
affichage des articles n° 217 à 235

Une nouvelle forme de leucémie associée à une spécificité génétique

Caducee.net, le 03 décembre 2001 : Une étude américaine a montré, après une analyse génétique d’expression parmi différents enfants atteints de leucémie, que ceux montrant une translocation du groupe de gènes MLL sur le chromosome 11, avaient un profil génétique qui se distinguait des autres formes de leucémie aiguës (lymphoblastiques et myéloïdes). Cette découverte permet d’envisager des thérapies spécifiques adaptées à cette forme particulièrement grave de leucémie. […].

ESPERITE (ESP) valide SERENITY, le test de dépistage du risque de cancer du sein et des ovaires, qui séquence l'intégralité des gènes BRCA1 et BRCA2 et détecte tous les variants.

Esperite N.V., le 14 avril 2015 : SERENITY, détection précoce de la prédisposition génétique au cancer du sein et des ovaires, largement accessible en Europe dés fin mai. […].

Maladie bipolaire : liens entre la clinique et la génétique

Caducee.net, le 19 novembre 2001 : Une équipe américaine de Chicago vient de mettre en évidence un lien génétique fort entre le trouble bipolaire de type II (TBII), qui se manifeste lors du syndrome maniaco dépressif, et une région du bras long du chromosome 18. Cette distinction permet de valider génétiquement parlant le TBII comme étant un sous type de la maladie bipolaire. […].

Anorexie mentale : un locus de susceptibilité identifié sur le chromosome 1

Caducee.net, le 12 mars 2002 : Une équipe internationale vient pour la première fois d'identifier une région du chromosome 1 qui pourrait être impliquée dans la prédisposition génétique à l'anorexie mentale. Ces résultats font l'objet d'une publication dans l'American Journal of Human Genetics du mois de mars. […].

L'institut Curie s'attaque au brevet déposé par la société de biotechnologie Myriad Genetics sur les tests de prédisposition aux cancers du sein et de l'ovaire

Pierre Iniguez, le 06 septembre 2001 : Conférenciers : - Pr Jean-Pierre Camilleri, directeur de l'Hôpital de l'Institut Curie (Paris) - Dr Dominique Stoppa-Lyonnet, chef du service de Génétique Oncologique à l'Institut Curie (Paris) - Pr Gilbert Lenoir, directeur de la recherche à l'Institut Gustave Roussy (IGR, Villejuif) - M Maurice Cassier, sociologue au CNRS/CRM - M Jacques Warcoin, conseil en propriété industrielle, cabinet Regimbeau […].

L'American Journal of Cardiology décrit l'utilisation du LIPOchip de Progenika dans le cadre d'un dépistage à grande échelle

Businesswire, le 03 novembre 2008 : L'étude a conclu que les meilleurs critères de sélection pour le dépistage génétique complet à l'aide du LIPOchip nécessitaient uniquement la connaissance du taux de cholestérol LDL ajusté selon l'âge et de l'historique du xanthome tendineux du sujet. […].

Alexion obtient un avis favorable du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) pour le Soliris® (eculizumab) dans le traitement des patients atteints du syndrome hémolytique et urémique atypique (SHUa) dans l'Union européenne

Businesswire, le 23 septembre 2011 : Il n'existe pas de thérapies approuvées pour le traitement du syndrome hémolytique et urémique atypique (SHUa) en Europe. Le syndrome aHUS est une maladie génétique ultra-rare potentiellement mortelle qui détruit progressivement les organes vitaux, aboutissant à l'AVC, la crise cardiaque, la défaillance rénale et au décès. 1 La morbidité et la mortalité précoce en cas de syndrome hémolytique et urémique atypique sont entraînées par l'activation chronique incontrôlée du complément, conduisant à la formation de caillots sanguins dans les petits vaisseaux sanguins dans tout l'organisme, connus sous le nom de microangiopathie thrombotique ou MAT. 2,3En dépit des soins de support actuels, plus de la moitié des patients atteints de syndrome hémolytique et urémique atypique décèdent, nécessitent une dialyse rénale ou présentent des lésions rénales permanentes au cours de l'année suivant la pose du diagnostic.4 […].

Feu Vert de la Communauté Européenne pour quatre nouvelles cultures.

EUFIC, le 01 janvier 2000 : La Commission Européenne a donné son accord à quatre nouvelles cultures génétiquement modifiées cette année (trois types de maïs et une variété de colza destiné à la fabrication d'huile). La modification génétique est de plus en plus utilisée pour introduire des caractéristiques utiles dans les produits céréaliers. […].

Une pression mécanique accélère les étapes précoces du cancer du côlon

Caducee.net, le 13 octobre 2008 : Tout n'est pas placé sous le joug des gènes dans la cancérogenèse : à l'Institut Curie, l'équipe d'Emmanuel Farge, directeur de recherche Inserm (UMR 168 CNRS/Institut Curie) vient de montrer en collaboration avec l'équipe de Sylvie Robine (UMR144 CNRS/Institut Curie) qu'une pression mécanique pouvait modifier l'expression des gènes et plus particulièrement activer les oncogènes(1) Myc et Twist, deux acteurs précoces du développement des cancers du côlon.Alors que l'inactivation du gène APC reste l'événement génétique nécessaire au développement de ce type de cancer, une pression mécanique au niveau du côlon donne le « coup d'accélérateur » à la cancérogenèse dans leurs modèles animaux. Et si l'essor de la masse tumorale était, elle-même, à l'origine de cette pression ? Cette découverte publiée dans Human Science Frontier Journal entraîne les chercheurs sur le terrain de la mécano-sensibilité du vivant dans le champ tumoral, et ouvre de nouveaux champs d'investigation. […].

Publication dans Retrovirology du mécanisme d'action d’ABX464, l'anti-VIH d'ABIVAX, premier d'une nouvelle classe thérapeutique

ABIVAX, le 13 avril 2015 : La recherche d'avant-garde décrite dans la publication a été menée dans les laboratoires d’ABIVAX et dans six institutions de premier plan en France, au Canada et en Suisse sous la direction du Professeur Jamal Tazi, de l'Institut de Génétique Moléculaire (CNRS - Montpellier France). L'équipe a pu démontrer que : […].

23andMe et mondoBIOTECH s'associent pour l'avancement de la recherche sur les maladies rares

PR Newswire, le 28 janvier 2009 : DAVOS, Suisse, January 28 /PRNewswire/ -- 23andMe, Inc., leader du secteur de la génétique personnelle, et mondoBIOTECH AG, une société de recherche suisse consacrée à la mise au point de traitements contre les maladies rares, ont annoncé aujourd'hui dans le cadre du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, qu'elles avaient conclu un partenariat en vue de faire avancer la recherche sur les maladies rares. Cette annonce marque ainsi le retour des deux sociétés au Forum économique mondial, où elles avaient été désignées Pionniers technologiques en 2008. […].

La Commission européenne autorise la commercialisation de Strensiq™ (asfotase alfa) pour le traitement des patients souffrant d’hypophosphatasie (HPP) depuis l’enfance

Alexion Pharmaceuticals, Inc., le 01 septembre 2015 : « L’hypophosphatasie est une maladie extrêmement rare qui peut avoir des effets dévastateurs sur les patients et leurs familles. En l’absence de traitement, les patients sont confrontés à des problèmes majeurs qui touchent le développement, la croissance et la mobilité, avec un risque de décès extrêmement élevé chez les nourrissons », a déclaré le Dr Christine Hofmann de la section Rhumatologie et Ostéologie pédiatriques de l’Hôpital pour enfants à l’Université de Wurtzbourg, en Allemagne. « Je suis ravie que les patients européens atteints d’HPP depuis l’enfance aient désormais un traitement approuvé qui attaque la cause sous-jacente de leur maladie métabolique génétique pérenne en remplaçant la phosphatase alcaline non-tissu spécifique. » […].

La génomique : quel impact sur les pays en développement ?

Caducee.net, le 07 mai 2002 : Les avancées de la recherche sur le génome doivent aussi pouvoir être utilisées par les pays les plus pauvres. Telle pourrait être la conclusion d'un récent rapport de l'OMS qui dresse un bilan des progrès qui pourraient être associés à la médecine génétique. […].

Le cholestérol et les phytostérols alimentaires contribuent directement aux maladies cardiaques

Le cholestérol et les phytostérols alimentaires contribuent directement aux maladies cardiaques

PRNEWSWIRE, le 06 août 2020 : La variabilité génétique de l'absorption du cholestérol et du phytostérol influence le risque de maladie cardiovasculaire […].

Le parasite du paludisme est plus varié qu’on ne le pensait

Caducee.net, le 18 juillet 2002 : Deux articles publiés aujourd’hui dans la revue scientifique Nature soulignent la diversité génétique de Plasmodium falciparum, le parasite responsable du paludisme. Ils montrent aussi que la résistance à un antipaludéen, la chloroquine, se répand à une vitesse élevée. […].

Identification d’un mécanisme moléculaire commun à la schizophrénie et au trouble bipolaire

Identification d’un mécanisme moléculaire commun à la schizophrénie et au trouble bipolaire

CEA, le 11 octobre 2017 : Une équipe de recherche en psychiatrie au CEA-Neurospin, avec l’Institut Mondor de Recherches Biomédicales (INSERM) et les hôpitaux universitaires Henri-Mondor (AP-HP), a montré qu’un variant génétique associé à de multiples troubles psychiatriques altère un réseau préfronto-limbique, ce qui augmenterait le risque de développer la schizophrénie ou un trouble bipolaire. Les résultats de cette étude sont publiés en ligne le 2 octobre 2017 dans Journal of Neuroscience. […].

La biotechnologie moderne et la qualite des aliments

EUFIC, le 01 janvier 2000 : La première utilisation du génie génétique, il y a vingt ans, a ouvert la voie pour bien d'autres progrès dans le domaine de la phytogénétique comme dans celui de la fermen-tation. Alors que chaque pas en avant peut paraître relativement petit, l'ensemble pourraient bien se traduire par de nouvelles améliorations de la qualité nutritive, de l'aspect, de la saveur, de la commodité, du prix et de la sécurité de consommation des aliments. […].

La coxarthrose aurait une origine génétique

Caducee.net, le 10 novembre 2000 : Les enfants de patients avec une coxarthrose ont plus de risques de développer cette pathologie que des sujets contrôles, selon des chercheurs anglais. Ce risque serait 5 à 6,5 fois plus élevé, ce qui suggère fortement une influence génétique. […].

nuance

Les plus