nuance

Campagne nationale d'information sur l'hépatite C et d'incitation au dépistage du VHC

Le dépistage 2000 de l'hépatite C a été évalué à 211 MF. Dans ce budget est inscrit le coût du dépistage biologique complet, y compris la recherche de l'ARN viral, comme le préconisait la conférence de consensus de février 1999.

Les études épidémiologiques font état d'une prévalence de 1,2% ( avec des variations interrégionales) soit entre 500 et 650 000 personnes dont 80% sont porteuses du virus.

La transmission du virus se fait par voie sanguine à partir du sujet contaminé. l'Institut national de la veille sanitaire (InVS) a en charge le suivi épidémiologique de la maladie et son action se fait au travers - d'une surveillance par le biais de 24 pôles de référence hépatite C

- d'un réseau national de laboratoires d'analyses médicales

- d'une enquête cas-témoin sur des séroconversions détectées et d'une cohorte prospective sur des toxicomanes séronégatifs

- d'une enquête hospitalière sur la co-infection VHC-VIH.

Les priorités à venir de l'InVS porteront sur des études de prévalence régionales, la surveillance de l'hépatocarcinome, l'évaluation des conséquences de l'hépatite C à long terme, l'évaluation du risque de transmission VHC lié au piercing et les déterminants des pratiques à risque de transmission VIH-VHC.

L'organisation des soins repose sur une mise en réseau intégrant les services hospitaliers, les structures socio-sanitaires, les CDAG, les CSST, les CCAA et les associations d'usagers.

Il existe actuellement 30 pôles de référence chargés de gérer cette pathologie, ils sont impliqués dans les 34 réseaux Hépatite C mis en place par la circulaire du 21 mai 1999. Ils ont justifié un premier budget de 10,7 MF en 1995 auxquels ont été rajoutés 45 MF entre 1995 et 2000.

Les prescriptions hospitalières en matière de bi thérapie font l'objet d'un suivi centralisé :

10 400 traitements ont été mis en route en 1999, ce chiffre reste identique en 2000.

Les risques liés au tatouage et au piercing sont un des sujets de préoccupation en matière de transmission virale.

Les mesures d'information visent à :

- informer les " praticiens " des risques encourus et leur donner les moyens de les prévenir (guide des BPC d'hygiène)

- informer les clients potentiels des risques encourus, notamment infectieux.

Les usagers de drogues par voie intra-veineuse représentent un groupe particulièrement à risque avec une prévalence de contamination allant jusqu'à 60%. En effet, malgré l'accès facilité aux seringues stériles, ces usagers continuent à partager leur matériel d'injection.

Par ailleurs, la personnalité des toxicomanes ne facilite pas la prévention qui repose à la fois sur la prévention des risques de transmission virale et sur la prise en charge de la toxicomanie.

Les actions de prévention débutent par l'accès au matériel d'injection (Stéribox2, Kit , Kap , vente de seringues à l'unité, programme d'échange de seringues, boutiques) grâce à un large financement de l'Etat mais également de l'Assurance maladie.

La participation des usagers repose sur un large investissement des éducateurs spécialisés, des assistants sociaux, des médecins et des infirmiers participant aux structures précitées. Leur rôle est essentiel.

La mobilisation des pharmaciens est un passage obligatoire pour la réussite du projet, tout comme celle des élus.

La prévention en milieu carcéral ne doit surtout pas être négligée, le taux de prévalence y est 4 à 5 fois supérieur à celui de la population générale.

Pour mémoire, la politique de réduction des risques s'intègre dans un plan triennal adopté en juillet 1999 ; elle repose essentiellement sur le maintien d'un bon niveau d'accessibilité au matériel d'injection.

Le dispositif de communication repose sur trois objectifs :

- faire prendre conscience à la population des risques

- favoriser une démarche de dépistage chez les sujets à risque

- informer sur les progrès thérapeutiques.

Ces objectifs seront menés à bien, pour le grand public, grâce une campagne de presse mi-juin, une campagne radio à l'automne, des documents d'information grand public en juin et en septembre.

Une information pédagogique pour les professionnels de santé se fera par un mémo en juin et une information pratique et pédagogique en septembre.

Les usagers de drogues seront le cœur du dispositif avec distribution de brochures d'information sur les pratiques à risque, en septembre, suivie d'une incitation au dépistage.

Le guide de bonnes pratiques d'hygiène pour les tatoueurs et pierceurs sera distribué aux intéressés et consultable par le biais de lien sur le site du ministère à partir des sites consacrés à ces méthodes.

Enfin, les jeunes seront sensibilisés à ces risques par une campagne radio et sur le web.

Dr Françoise Girard

Descripteur MESH : Hépatite , Hépatite C , ARN viral , ARN , Consensus , Recherche , Risque , Prévalence , Seringues , Virus , VIH Virus de l'Immunodéficience Humaine , Réseau , Radio , Population , Objectifs , Maladie , Hygiène , Études épidémiologiques , Assurance , Assurance maladie , Usagers de drogues , Tatouage , Soins , Services hospitaliers , Brochures , Rôle , Communication , Conscience , Démarche , Laboratoires , Guide de bonnes pratiques , Politique , Personnes , Personnalité , Infection , Méthodes , Mémoire , Médecins , Infirmiers

nuance

Actualités professionnelles: Les +