nuance

La médecine de demain

Les thérapies cellulaire et génique constituent la médecine de demain : une perspective fascinante qui fait naître de grands espoirs. Des avancées décisives ont déjà été obtenues en neurologie, cardiologie, immunologie... cependant nous ne sommes qu'à l'aube de la médecine régénérative, ses champs d'application sont encore peu nombreux et sa déontologie reste à préciser. Témoignages des Professeurs Yves AGID et Pierre CORVOL* et de Joëlle FINIDORI, Directrice Scientifique de la Fondaiton pour la Recherche Médicale.

*Yves AGID est chef du service de neurologie de l'Hôpital de la Salpêtrière et Président du Conseil Scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale, Pierre CORVOL est Professeur au Collège de France, intervenant au pôle cardio-vasculaire de l'Hôpital Européen Georges Pompidou et ancien Président du Conseil Scientifique et du Conseil de la Recherche de la Fondation pour la Recherche Médicale.

Vers un nouveau rôle de la médecine : des cellules et des gènes "médicaments"

La thérapie cellulaire consiste à apporter des cellules saines à un organisme malade ; la thérapie génique vise à "réparer" les cellules défectueuses d'un organisme ou plus exactement à palier leurs déficiences. " Dans les 10 ans à venir, toutes les maladies liées à l'anomalie d'un seul gène seront élucidées, et beaucoup pourront être guéries, se réjouit le Professeur Pierre CORVOL. Au moment où la communauté scientifique commençait à douter de la thérapie génique, une équipe française, celle du Professeur Alain FISCHER, a fait la démonstration de A à Z que cela était possible, avec une démarche scientifique extrêmement rigoureuse". Cette découverte offre un nouvel espoir de guérison notamment aux "enfants bulles" condamnés jusqu'à présent à vivre en milieu stérile en raison de leur immunité déficiente. Grâce aux découvertes de la thérapie cellulaire et génique, la médecine du XXIème siècle sera aussi une médecine de prévention et de prédiction. Elle parviendra à dépister plus tôt et plus efficacement et même à éviter grâce à une prévention ciblée, l'apparition de maladies chez des sujets à risques. Elle permettra de pallier aux défauts cellulaires générés par diverses maladies génétiques ou acquises, y compris en cancérologie où les médecins corrigeront les défauts moléculaires des cellules tumorales au lieu de les détruire.

Des petits pas de géant : Parkinson, un modèle à suivre

La maladie de Parkinson est une maladie très fréquente qui altère progressivement les fonctions motrices, tout en préservant les fonctions intellectuelles. Cette maladie est due à la dégénérescence progressive d'un petit groupe de neurones, qui sécrètent habituellement un neuromédiateur, la dopamine, et le déversent au sein des structures sous-corticales impliquées dans le contrôle des mouvements. La maladie touche surtout les personnes âgées et un traitement à la L-Dopa (qui une fois parvenue dans le cerveau se transforme en dopamine) suffit généralement. Mais dans certains cas, la L-Dopa devient insuffisante malgré des doses croissantes d'année en année qui entraînent des effets secondaires très gênants.

Deux découvertes apportent un espoir très important pour comprendre et traiter la maladie de Parkinson. La première est la mise en évidence par l'équipe du Professeur Yves AGID, de l'existence de mutations d'un gène baptisé Parkin chez des malades atteints d'une forme précoce, plus répandue que prévue, de la maladie. La mise en évidence de ce gène et de ces altérations va permettre de mieux comprendre ce qui se passe chez l'ensemble des patients atteints de Parkinson et donc de pouvoir proposer de nouveaux traitements. L'autre découverte est la mise au point, au CHU de Grenoble, d'une technique révolutionnaire : la neuro-stimulation qui permet d'améliorer nettement le quotidien de ces malades. Cet exemple démontre bien que les avancées seront le fruit de la collaboration de chercheurs dans de multiples disciplines : physiologie, pharmacologie, génétique, chirurgie…

La Fondation pour la Recherche Médicale subventionne une évaluation clinique et économique du protocole neurochirurgical mis au point à Grenoble. Cette étude porte sur 110 patients sévèrement atteints et opérés dans quatre centres français (Grenoble, Paris, Lille Bordeaux). " Le rôle de la Fondation pour la Recherche Médicale a été considérable dans le domaine des recherches sur la maladie de Parkinson, explique le Professeur Yves AGID, Il faut maintenant appliquer les mêmes méthodologies à l'ensemble des maladies neuro-dégénératives. Cela est vrai pour la maladie d'Alzheimer, mais aussi pour la prévention et le traitement des troubles de l'équilibre et de la marche chez les sujets âgés. C'est un nouveau très grand chapitre qui s'ouvre dans la recherche sur les pathologies du système nerveux. "

Des découvertes en chaîne

C'est toujours quand on ne cherche pas qu'on trouve, et vice versa... Depuis le début de l'année, la recherche médicale a pris un tournant décisif avec la découverte de "L'interférence de l'ARN" (Acide Ribo Nucléique). "Cela fait plusieurs années que l'on cherche un moyen d'inhiber l'effet de molécules délétères produites par une cellule tumorale ou infectée par un virus, confie Joëlle FINIDORI, mais on utilisait jusqu'à présent des techniques non spécifiques de l'anomalie en cause". En fait, on ne cherchait pas dans le bon sens. "L'interférence de l'ARN" est une approche potentiellement très efficace et de nombreux scientifiques attendent aujourd'hui beaucoup de cette technique.

Le principe est d'utiliser un petit fragment d'ARN ou siRNA (small inhibitor RNA), copie d'une partie de la seule espèce d'ARN qui contrôle la production d'une protéine toxique que l'on veut supprimer. Le siRNA et l'ARN " désigné " s'apparient, entraînant la destruction par clivage de l'ARN, donc supprimant ainsi la possibilité de fabrication de la protéine toxique. Cet siRNA agit comme un " missile " qui va spécifiquement détruire une seule cible, l'ARN qui contient sa propre copie et qui est le modèle de fabrique de la protéine à éliminer.

"Cela ne pourra pas s'appliquer aux maladies dans lesquelles une cellule est malade parce que certains gènes ne fonctionnent plus précise Joëlle FINIDORI. Par contre, elle sera révolutionnaire dans le cas des maladies virales, où les cellules infectées ne peuvent plus fabriquer leurs propres protéines car elles fabriquent uniquement celles du virus qui les infecte et dans le cas des cancers où il y a une surproduction de molécules anormales. "

Révolutionnaire. Oui, mais pour quand ? "Le problème qu'il reste à résoudre est de trouver comment faire entrer ces molécules dans les cellules et de façon ciblée, juste dans la cellule malade" conclut-elle.

Du 24 septembre au 3 octobre, la Fondation pour la Recherche Médicale organise dans neuf villes françaises la 1ère édition des "Journées de la Recherche Médicale". Pendant 10 jours, les Français seront invités à participer à de nombreux débats et à soutenir les chercheurs en adressant un don à la Fondation pour la Recherche Médicale (numéro Indigo " Allô Recherche Médicale " : 0820 09 10 11, à partir du 1er septembre). Parmi les nombreux chercheurs présents, les Professeurs Pierre CORVOL et Yves AGID participeront à des rencontres, respectivement le mardi 24 septembre (de 18h30 à 20h30, au cinéma Elysée-Biarritz à Paris) sur les maladies du cœur et des vaisseaux et le lundi 30 septembre (de 18h30 à 20h30, au Théâtre des Bouffes Parisiens) sur le vieillissement du cerveau.

Entièrement financée par l'aide privée, la Fondation pour la Recherche Médicale a pour mission de promouvoir la recherche sur les sciences de la vie et de la santé se rapportant à la médecine. Depuis sa création en 1947, la Fondation pour la Recherche Médicale a soutenu au moins un chercheur sur trois en France pour un montant global de plus de 150 millions d'euros.

Descripteur MESH : Médecine , Recherche , Neurologie , Cardiologie , Déontologie , Médecine régénérative , Maladie de Parkinson , Maladie , ARN , Cellules , Conseil , Virus , Rôle , Patients , Paris , Cerveau , Gènes , France , Dopamine , Dopa , Personnes , Villes , Vieillissement , Vie , Système nerveux , Santé , Démarche , Don , Protéines , Physiologie , Pharmacologie , Immunité , Neurones , Édition , Médecins , Fruit , Maladies virales , Maladie d'Alzheimer , Génétique

nuance

Recherche scientifique: Les +