nuance

Rôle bénéfique des polyphénols et du resvératrol du vin

La spécificité du vin

Le Danemark est un pays digne d'intérêt dans ce domaine : contrairement aux pays anglo-saxons, où la consommation de vin est mineure (moins de 10%), il existe dans la population danoise une bonne répartition entre vin, bière et spiritueux (respectivement 44, 27 et 28 %). Dans une étude récente (3), 13285 sujets ont été classés en cinq catégories suivant leur fréquence de consommation d'alcool : abstinents, 1 verre par mois, 1 par semaine, 1 à 2 par jour et 3 à 5 par jour. Les données montrent clairement que les sujets buvant 3 à 5 verres de vin par jour présentent 50 % de chance en moins de développer une maladie cadio-vasculaire par rapport à ceux qui déclarent ne jamais boire. Les buveurs de bière et de spiritueux ne présentent pas le même avantage. Les buveurs de vins représentent-ils une population spéciale ? Le vin renferme-t-il des substances bénéfiques sur les paramètres cardiovasculaires ? Malgré la complexité du problème, le vin semble bel et bien contenir des composés digne d'intérêt pour la santé…

Un concentré de polyphénols

Le vin provient du raisin, et l'on sait qu'une consommation élevée de fruits et de légumes est associée à une espérance de vie accrue. Parmi les nombreux micronutriments des fruits et des légumes, les polyphénols (dont les acides phénoliques et surtout les flavonoïdes (4)) possèdent des propriétés intéressantes.

Les vins rouges renferment jusqu'à plus de 4 g/l de polyphénols totaux avec une valeur moyenne autour de 2 g/l, c'est à dire environ 5 à 10 fois plus que les vins blancs. La grande diversité de composition en polyphénols du vin reflète la variété des cépages et des pratiques œnologiques. On peut considérer le vin comme un concentré de polyphénols parmi lesquels on retrouve des flavanols, flavanones, anthocyanes, proanthocyanidines et des stilbènes, comme le resvératrol.

De puissants antioxydants

Plusieurs expérimentations (essentiellement in vitro) montrent que les polyphénols limitent les oxydations, en piégeant les radicaux libres, en inhibant l'oxydation des lipides et en réduisant l'activation des plaquettes sanguines.

Les évidences s'accumulent en faveur des rôles antiradicalaires et chélateurs de métaux des flavonoïdes, deux propriétés qui participeraient aux capacités antioxydantes de ces composés. Les expérimentations, in vitro ou chez l'animal, confirment qu'une supplémentation en antioxydants permet de lutter contre la formation des LDL oxydées, réduisant ainsi le développement des lésions athéromateuses (5, 6).

De nombreuses études montrent que la consommation modérée d'alcool, en particulier de vin, contribue à l'augmentation des HDL circulantes. Nous avons également récemment montré que les HDL oxydées ou chargées en lipides oxydés, perdent une grande partie de leur propriété à éliminer le cholestérol cellulaire (7). Ces résultats montrent que les HDL sont, comme les LDL, sensibles à l'oxydation et que les antioxydants peuvent apporter une protection en préservant leurs capacités fonctionnelles.

Une action sur les plaquettes

Des flavonoïdes, comme la quercétine du vin et du thé, inhibent l'agrégation plaquettaire in vitro (8). Les plaquettes participent à la coagulation, aboutissant à la formation d'un caillot en s'agrégeant entre elles, à la fibrine et en adhérant à la paroi vasculaire. Ce processus normal est fortement amplifié chez les sujets présentant des facteurs de risque cardiovasculaires (9). Des effets proches de ceux obtenus avec l'aspirine ont été proposés pour certains polyphénols, comme l'inhibition de la cyclooxygénase qui entraîne une réduction de la production de thromboxane, puissant métabolite pro-agrégant dérivé de l'acide arachidonique. Des inhibitions de l'activité de la lipoxygénase par les flavonoides ont également été publiées, aboutissant à une réduction de la production d'acides gras peroxydés susceptibles d'activer la fonction plaquettaire. Cependant, l'ingestion de grandes quantité de quercétine par des volontaires, sous forme de thé ou de pilules, n'a pas pu mettre en évidence d'effet anti-plaquettaire, malgré la confirmation d'une absorption plasmatique de quercétine (10).

Vin rouge et resvératrol

Le resvératrol (3, 5, 4'-hydroxystilbène) est un polyphénol de la famille des stilbènes. Il est présent dans des plantes comme la vigne et des fruits, comme le raisin, les arachides, les mûres, la rhubarbe. C'est une phytoalexine, participant aux défenses naturelles de la vigne (11, 12). Localisé dans les pellicules des raisins, il se retrouve en quantité significative dans les vins rouges (13) car il est extrait au cours de la macération lors de la fermentation alcoolique. Le resvératrol existe sous forme libre et glycosylée et sous forme de deux isomères (14). La plupart des investigations concernent la forme trans qui est majoritaire.

La concentration en resvératrol d'un vin dépend de son élaboration mais également de son cépage (15, 16). Un groupe canadien a montré que les vins de Bourgogne sont ceux qui renferment le plus de resvératrol, vraisemblablement parce que le Pinot noir en est un bon producteur (17). Il faut signaler que du resvératrol a été identifié comme composant principal de préparations médicinales asiatiques administrées pour prévenir des problèmes cardiovasculaires.




Des propriétés biologiques puissantes

Les publications concernant les propriétés biologiques du resvératrol sont de plus en plus nombreuses. Une activité antioxydante puissante, supérieure à la vitamine E, a d'abord été mise en évidence, sur des modèles utilisant l'inhibition de la lipoperoxydation de liposomes ou de LDL in vitro. A l'aide d'une méthode récemment publiée (18), nous avons également démontré que le resvératrol s'incorpore dans les lipoprotéines et les cellules.

Le resvératrol est également capable d'inhiber l'agrégation plaquettaire en agissant sur la production de thromboxane (19, 20). Dans une étude récente (non encore publiée) effectuée à l'Université de Bourgogne, en partenariat avec les Hospices de Beaune, un vin riche en resvératrol s'est avéré supérieur à un vin pauvre en resvératrol sur les paramètres de l'athéro-thrombogenèse de volontaires ayant ingéré 3 verres par jour pendant deux semaines.

D'autres propriétés intéressantes ont été mises en évidence in vitro. Ainsi, l'expression du facteur tissulaire, impliqué dans la modulation de l'activité pro-coagulante des cellules endothéliales activées, est diminué en présence de resvératrol (21). Des actions inhibitrices de l'activité et de l'expression de la cyclooxygénase 2 ont également été décrites (22).

Enfin, certains travaux tendent à montrer que le resvératrol inhibe l'activité et la transcription de composés de la famille des cytochromes P450, mis en jeu lors de la production de radicaux libres et de l'activation de cancérogènes (23, 24). On trouve de plus en plus d'évidences en faveur de propriétés anti-prolifératives du resvératrol liées à une activité protectrice sur certains modèles de cancer, in vitro ou chez la souris (25, 26).

En définitive, bien que le resvératrol soit un constituant mineur du vin, ses propriétés biologiques puissantes pourraient en faire un composé d'un grand intérêt pour la santé.

L'intérêt d'une consommation régulière

On l'aura compris : les bénéfices de la consommation modérée de vin ne semblent pas uniquement concerner les problèmes cardiovasculaires. Les effets protecteurs des boissons alcoolisées n'apparaissent pas évidents lorsque la comparaison est effectuée en terme d'alcool. Quand on tient compte du type de boisson, seuls les consommateurs de vin présentent une incidence significativement réduite d'accident cérébro-vasculaire par rapport aux sujets consommant de la bière ou des spiritueux (27). En outre, l'examen attentif des données indique également une certaine protection contre le cancer du poumon chez les buveurs modérés de vin (28). Ces résultats sont peut-être à rapprocher de ceux des études épidémiologiques montrant une diminution de l'incidence des cancers dans les populations consommant de grandes quantités de fruits et de légumes (29)… De plus, les habitudes liées au style de vie sont des paramètres difficiles à apprécier mais importants. Une étude australienne a révélé que, lorsque les ingestions sont réparties sur cinq ou six jours, les avantages de la consommation modérée se confirment, alors que la même quantité d'alcool, ingérée sur un ou deux jours est, au contraire, franchement délétère (30). On a également souligné les avantages d'une consommation intervenant au cours des repas, qui tendrait à limiter les pics d'alcoolémie.

Une garantie de santé ?

Afin de mieux comprendre les mécanismes de ces effets protecteurs, on conçoit la nécessité d'études d'intervention contrôlées, utilisant des boissons bien caractérisées. Des travaux portant sur la biodisponibilité des différents éléments présents dans le vin, en interaction avec les autres composants de la ration alimentaire, devraient contribuer à une meilleure connaissance des relations entre vin et santé. A la lumière de ces données, une alimentation respectant les grands équilibres nutritionnels, avec une nourriture de qualité et diversifiée, où le vin en quantité modérée peut trouver sa place parmi les légumes et les fruits, peut être une garantie de santé.

par Denis BLACHE

Directeur de Recherche INSERM - INRA Unité de Nutrition Lipidique - DIJON France Bibliographie

Equation Nutrition n° 16, juin-juillet 2001

1/ Klatsky AL. Epidemiology of coronary heart disease, influence of alcohol. Alcohol Clin Exp Res 1994;18:88-96.

2/ Constant J. Alcohol, ischemic heart disease, and the French paradox. Coronary Artery Disease 1997;8:645-649. 3/ Gronbaek M, Deis A, Sorensen TIA, Becker U, Schnohr P, Jensen G. Mortality associated with moderate intakes of wine, beer, or spirits. Br Med J 1995;310:1165-1169.

4/ Cook NC, Samman S. Flavonoids - Chemistry, metabolism, cardioprotective effects, and dietary sources. J Nutr Biochem 1996;7:66-76.

5/ Steinberg D, Parthasarathy S, Carew TE, Khoo JC, Witztum JL. Beyond cholesterol. Modifications of low-density lipoprotein that increase its atherogenicity. N Engl J Med 1989;320:915-924.

6/ Sasahara M, Raines EW, Chait A, Carew TE , Steinberg D, Wahl PW, Ross R. Inhibition of hypercholesterolemia-induced atherosclerosis in the nonhuman primate by probucol. I. Is the extent of atherosclerosis related to resistance of LDL to oxidation. J Clin Invest 1994;94:155-164.

7/ Gesquière L, Loreau N, Blache D. Impaired cellular cholesterol efflux by oxysterol-enriched high density lipoproteins . Free Radic Biol Med 1997;23:541-547.

8/ Beretz A, Cazenave JP, Anton A. Inhibition of aggregation and secretion of human platelets by quercetin and other flavonoids: Structure-activity relationship. Agents Actions 1982;12:382-387.

9/ Blache D. Structure and function of blood platelets. Arch Intern Physiol Bioch Biophys 1992;100:A17-A24.

10/ Conquer JA, Maiani G, Azzini E, Raguzzini A, Holub BJ. Supplementation with quercetin markedly increases plasma quercetin concentration without effect on selected risk factors for heart disease in healthy subjects. J Nutr 1998;128:593-597.

11/ Langcake P. Disease resistance to Vitis spp and the production of the stress metabolites resveratrol, e-viniferin,a-vineferin and pterostilbene. Physiol Plant Pathol 1981;18:213-226.

12/ Bessis R, Blache D, Adrian M, Breuil AC, Boudon E, Jeandet P. Typicité du pinot noir. Le resvératrol dans les phénomènes de défense naturelle de la vigne et de la santé des consomateurs. Relations avec le terroir de Bourgogne. Revue Française d'Oenologie 1998;170:20-26.

13/ Siemann EH, Creasy LL. Concentration of the phytoalexin resveratrol in wine. Am J Enol Vitic 1992;43:49-52. 14/ Bessis R, Jeandet P, Adrian M, Breuil AC , Blache D, Meunier P, Pirio N. Un polyphénol remarqué: le resvératrol; Pourquoi? In: Azria S, ed. Guide Vin et Santé. Montpellier - France: Les Editions du Voyage; 1998:61-73.

15/ Jeandet P, Bessis R, Maume BF, Sbaghi M. Analysis of resveratrol in Burgundy wines. J Wine Res 1993;4:79-85.

16/ Jeandet P, Bessis R, Maume BF, Meunier P , Peyron D, Trollat P. Effect of enological practices on the resveratrol isomer content of wine. J Agric Food Chem 1995;43:316-319.

17/ Goldberg DM, Yan J, Diamandis EP, Karumanchiri A, Soleas GJ, Waterhouse AL. A global survey of trans-resveratrol concentrations in commercial wines. Am J Enol Vitic 1995;46:159-165.

18/ Blache D, Rustan I, Durand P, Lesgards G , Loreau N. Gas chromatographic analysis of resveratrol in plasma, lipoproteins and cells after in vitro incubations. J Chromatogr 1997;702:103-110.

19/ Pace-Asciak CR, Hahn S, Diamandis EP, Soleas G, Goldberg DM. The red wine phenolics trans-resveratrol and quercetin block human platelet aggregation and eicosanoid synthesis: Implications for protection against coronary heart disease. Clin Chim Acta 1995;235:207-219.

20/ Blache D, Gesquière L, Loreau N, Durand P. Oxidant stress: the role of nutrients in cell-lipoprotein interactions. Proc Nutr Soc 1999;58:559-563.

21/ Pendurthi UR, Williams JT, Rao LVM. Resveratrol, a polyphenolic compound found in wine, inhibits tissue factor expression in vascular cells - A possible mechanism for the cardiovascular benefits associated with moderate consumption of wine. Arterioscler Thomb Vasc Biol 1999;19:419-426.

22/ Subbaramaiah K, Chung WJ, Michaluart P, Telang N, Tanabe T, Inoue H, Jang MS, Pezzuto JM, Dannenberg AJ. Resveratrol inhibits cyclooxygenase-2 transcription and activity in phorbol ester-treated human mammary epithelial cells. J Biol Chem 1998;273:21875-21882.

23/ Chun YJ, Kim MY, Guengerich FP. Resveratrol is a selective human cytochrome P450 1A1 inhibitor. Biochem Biophys Res Commun 1999;262:20-24.

24/ Casper RF, Quesne M, Rogers IM, Shirota T, Jolivet A, Milgrom E, Savouret J-F. Resveratrol has antagonist activity on the aryl hydrocarbon receptor: implication for prevention of dioxin toxicity. Mol Pharmacol 1999;56:784-790.

25/ Jang MS, Cai EN, Udeani GO, Slowing KV , Thomas CF, Beecher CWW, Fong HHS, Farnsworth NR, Kinghorn AD, Mehta RG, Moon RC, Pezzuto JM. Cancer chemopreventive activity of resveratrol, a natural product derived from grapes. Science 1997;275:218-220.

26/ Carbó N, Costelli P, Baccino FM, López-Soriano FJ, Argilés JM. Resveratrol, a natural product present in wine, decreases tumour growth in a rat tumour model. Biochem Biophys Res Commun 1999;254:739-743.

27/ Truelsen T, Gronbaek M, Schnohr P, Boysen G. Intake of beer, wine, and spirits and risk of stroke - The Copenhagen City Heart Study. Stroke 1998;29:2467-2472.

28/ Prescott E, Gronbæk M, Becker U, Sorensen TIA. Alcohol intake and the risk of lung cancer: Influence of type of alcoholic beverage. Am J Epidemiol 1999;149:463-470.

29/ Lampe JW. Health effects of vegetables and fruit: assessing mechanisms of action in human experimental studies. Am J Clin Nutr 1999;70:475S-490S.

30/ McElduf P, Dobson AJ. How much alcohol and how often? Population based case-control study of alcohol consumption and risk of a major event. Br Med J 1997;314:1159-1164.

APRIFEL - Agence pour la Recherche et l'Information en Fruits et Légumes frais

60 rue du Faubourg Poissonnière

75010 PARIS

Tel : 01 49 49 15 15 Fax : 01 49 49 15 16

Email : aprifel@interfel.com

img

Descripteur MESH : Vin , Polyphénols , Rôle , Mortalité , Boissons , Études épidémiologiques , Boissons alcoolisées , In vitro , Santé , Légumes , Bière , Population , Flavonoïdes , Quercétine , Recherche , Plaquettes , Acides , Lipides , Incidence , Radicaux libres , Famille , Antioxydants , Agrégation plaquettaire , Cellules , Stilbènes , Vie , Thé , Style de vie , Absorption , Plantes , Poumon , Proanthocyanidines , Verre , Voyage , Probucol , Propriété , Publications , Science , Vitis , Vitamine E , Risque , Repas , Facteurs de risque , Acide arachidonique , Acides gras , Biodisponibilité , Cancérogènes , Cellules endothéliales , Chélateurs , Cholestérol

nuance

Nutrition: Les +

PUBLICITE