nuance

FIRMAGON® (dégarélix) est non inférieur à la goséréline et bicalutamide sur la réduction du volume prostatique dans le cancer de la prostate et offre un meilleur soulagement des symptômes de l’appareil urinaire inférieur

L’essai de phase IIIb CS30 évaluait FIRMAGON® en tant qu’hormonothérapie néoadjuvante chez les hommes présentant un cancer de la prostate à risque intermédiaire ou élevé. En effet, une analyse récemment publiée montre que chez les patients présentant un cancer de la prostate localisé à haut risque ou localement avancé, une suppression androgénique avant la radiothérapie peut améliorer la mortalité spécifique liée à la maladie ainsi que la survie globale par rapport à la radiothérapie seule5. Les résultats à 12 semaines de l’essai CS30 ont montré la non-infériorité de FIRMAGON® par rapport à l’association goséréline et bicalutamide sur la réduction du volume prostatique (variation moyenne du volume prostatique : -36 % sous FIRMAGON® contre -35,3 % sous goséréline plus bicalutamide). Par ailleurs, FIRMAGON® a montré un soulagement supérieur des LUTS par rapport à la goséréline plus bicalutamide. L’incidence globale des événements indésirables (EI) était similaire dans les deux groupes ; les EI les plus fréquents correspondaient aux effets prévisibles de la suppression androgénique1.

Dans le cadre du 27ème congrès annuel de l’EAU (European Association of Urology), deux nouvelles études ont été présentées concernant FIRMAGON® (dégarélix), un antagoniste des récepteurs de la gonadotrophine (GnRH). Les résultats de ces études montrent qu’en termes de réduction du volume prostatique total chez les hommes présentant un cancer de la prostate hormono-dépendant avancé, FIRMAGON® donne des résultats similaires à l’association goséréline (un agoniste de la gonadotrophine (LHRH)) et bicalutamide. Par ailleurs, FIRMAGON permet un meilleur contrôle des symptômes de l’appareil urinaire inférieur (LUTS)1,2, comme la pollakiurie, l’impériosité urinaire et la miction hésitante, qui peuvent avoir un impact considérable sur la qualité de vie3,4 des patients atteints d’un cancer de la prostate.

L’essai de phase IIIb CS30 évaluait FIRMAGON® en tant qu’hormonothérapie néoadjuvante chez les hommes présentant un cancer de la prostate à risque intermédiaire ou élevé. En effet, une analyse récemment publiée montre que chez les patients présentant un cancer de la prostate localisé à haut risque ou localement avancé, une suppression androgénique avant la radiothérapie peut améliorer la mortalité spécifique liée à la maladie ainsi que la survie globale par rapport à la radiothérapie seule5. Les résultats à 12 semaines de l’essai CS30 ont montré la non-infériorité de FIRMAGON® par rapport à l’association goséréline et bicalutamide sur la réduction du volume prostatique (variation moyenne du volume prostatique : -36 % sous FIRMAGON® contre -35,3 % sous goséréline plus bicalutamide). Par ailleurs, FIRMAGON® a montré un soulagement supérieur des LUTS par rapport à la goséréline plus bicalutamide. L’incidence globale des événements indésirables (EI) était similaire dans les deux groupes ; les EI les plus fréquents correspondaient aux effets prévisibles de la suppression androgénique1.

L’essai de phase IIIb CS31 évaluait l’efficacité de FIRMAGON® sur la réduction du volume prostatique chez différents groupes de patients présentant un cancer de la prostate. Là encore, les résultats à 12 semaines ont montré une réduction du volume prostatique obtenue sous FIRMAGON® similaire à celle obtenue par l’association goséréline et bicalutamide. Par ailleurs, FIRMAGON® a montré une amélioration significative des LUTS chez les patients symptomatiques2.

« Ces nouvelles données montrent que FIRMAGON® est non inférieur à l’association goséréline et bicalutamide sur la réduction du volume prostatique, et apporte un bénéfice supplémentaire grâce à un meilleur contrôle des LUTS, » a expliqué le professeur Malcolm Mason, de l’université de Cardiff, Institute of Cancer & Genetics, Velindre Hospital, Cardiff, Royaume-Uni. « Les LUTS peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de vie des patients. Par conséquent, le soulagement de ces symptômes est très important chez les patients atteints d’un cancer de la prostate. »

La suppression androgénique a pour objectif de réduire rapidement et durablement les niveaux de testostérone afin de ralentir la croissance des cellules cancéreuses. Or l’administration d’agonistes de la LHRH est associée à une libération initiale rapide (flare-up) d’androgènes qui ralentit l’effet de la suppression androgénique et peut entraîner des complications6. Pour éviter ces complications, les agonistes de la LHRH doivent être associés à un anti-androgène dès le début du traitement7.

En revanche, FIRMAGON® est un antagoniste des récepteurs de la LHRH qui inhibe rapidement la production de testostérone, contrairement aux agonistes de la LHRH. Par conséquent, FIRMAGON permet d’éviter les pics initiaux de testostérone, et ne nécessite pas l’administration simultanément des anti-androgènes. Lors de l’étude pivot qui a démontré la non-infériorité de FIRMAGON par rapport à la leuproréline, FIRMAGON® réduit très rapidement le taux de testostérone sous le seuil de castration chez plus de 97 % des patients8,9. Par ailleurs, une analyse complémentaire de cette étude pivot a montré que FIRMAGON réduisait également le risque de progression du PSA (antigène spécifique de la prostate)ou de décès de 34 % (HR = 0,664 – IC 95 % : 0,385-1,146). Des essais supplémentaires sont toutefois nécessaires pour confirmer ces résultats.10 Lors d’une extension de cette étude pivot, FIRMAGON® a permis le maintien du contrôle du PSA à trois ans11. Or, retarder la progression du PSA est souhaitable, car cela permettrait de retarder l’administration des traitements de deuxième ligne, parmi lesquels la chimiothérapie12. Enfin, de nouvelles données suggèrent que FIRMAGON® apporte aux patients atteints d’un cancer de la prostate un meilleur soulagement des LUTS.

- Fin -

À propos de FIRMAGON®

FIRMAGON® se distingue des hormonothérapies traditionnelles par ses caractéristiques chimiques uniques et par son mode d’action novateur. Administré en injection sous-cutanée, FIRMAGON® réduit rapidement les niveaux de testostérone en inhibant immédiatement les récepteurs hypophysaires de la gonadotrophine. Or l’inhibition de ces récepteurs empêche la libération de la LH (hormone lutéinisante) et de la FSH (hormone folliculo-stimulante), ce qui réduit la production de testostérone au niveau des testicules. Grâce à ce traitement, la testostérone atteint des taux similaires à la castration dans un délai de trois jours, ce qui limite la croissance des cellules cancéreuses qui, dans le cancer de la prostate, repose précisément sur la testostérone.

Lors des essais cliniques, FIRMAGON® a très rapidement réduit la production de testostérone, de manière profonde et durable8,10. FIRMAGON® permet également de contrôler le PSA au long cours et réduit le risque de progression biologique11.

Lors des essais cliniques, FIRMAGON® a été globalement bien toléré. Les effets indésirables fréquents sont les bouffées de chaleur, les douleurs et les érythèmes au niveau du site d’injection, la prise de poids, la rhinopharyngite, la fatigue et les lombalgies8,13.

À propos du cancer de la prostate

Il s’agit du cancer masculin le plus fréquent dans les pays occidentaux14. Dans certains pays, c’est également la deuxième cause de décès par cancer 15. Chaque année, quelque 300 000 nouveaux cas de cancer de la prostate sont diagnostiqués en Europe16. À l’échelle mondiale, ce chiffre atteint 670 000 nouveaux cas16. Pour plus d’actualités concernant le cancer de la prostate et pour plus de renseignements à destination des médias, rendez-vous sur le site d’informations de Ferring : www.ProstateCancerLiving.com.

À propos de Ferring

Ferring Pharmaceuticals est un laboratoire de spécialités biopharmaceutiques axé sur la recherche. Basé en Suisse et présent sur les marchés du monde entier, ce groupe identifie, développe et commercialise des produits innovants dans les domaines suivants : médecine de la reproduction, urologie, gastroentérologie et endocrinologie. Doté de 50 filiales nationales, Ferring commercialise ses produits dans plus de 90 pays. Pour en savoir plus sur Ferring ou ses produits, rendez-vous sur www.ferring.com.

Références

1 Mason M, et al. Degarelix as neoadjuvant hormone therapy in patients with prostate cancer: Results from a phase IIIb randomised, comparative trial versus goserelin plus bicalutamide. Abstract presented at the 27th EAU Congress, 2012

2 Axcrona K., et al. Androgen deprivation therapy for volume reduction, LUTS relief and quality of life improvement in men with prostate cancer: Degarelix versus goserelin plus bicalutamide. Abstract presented at the 27th EAU Congress, 2012.

3 Welch G, et al. Urology. 2002 Feb;59(2):245-50.

4 Monzón JA, et al. Arch Esp Urol. 2005 Mar;58(2):109-13.

5 Payne, H & Mason, M. British Journal of Cancer. 2011; 105:1628–1634. www.bjcancer.com [Accessed 15 Feb 2012]

6 Sugiono M et al Prostate Cancer Prostatic Dis. 2005;8:91-4.

7 Gittelman M et al; Degarelix Study Group. J Urol. 2008;180:1986-92.

8 Klotz L, et al. BJU Int 2008; 102:1531–1538.

9 Firmagon (degarelix). Summary of Product Characteristics. July 2010

10 Tombal B, et al. Eur Urol 2010;57:836-42

11 Crawford ED, et al. The Journal of Urology September 2011;186(3):889-897

12 Mahon KL, et al. Endocr Relat Cancer 2011;18:R103–R123.

13 Van Poppel H et al. Abstract (23.) Euro Urol Suppl 2007;6(2):28

14 University of Iowa Hospitals and Clinics. Available at: http://www.uihealthcare.com/topics/medicaldepartments/urology/prostatecancer/index.html [Accessed 15 Feb 2012]

15 American Cancer Society. Available at: http://www.cancer.org/docroot/cri/content/cri_2_4_1x_what_are_the_key_statistics_for_prostate_cancer_36.asp</a> [Accessed 15 Feb 2012]

16 Cancer Research UK. Available at: http://info.cancerresearchuk.org/cancerstats/types/prostate/index.html [Accessed 25 May 2010]

CONTACT:

Tonic Life CommunicationsJo HussonTél. : +44 (0) 207 798 9913Jo.husson@toniclc.comouFerring PharmaceuticalsPatrick GormanTél. : +41 (0) 58 301 00 53patrick.gorman@ferring.com

© 2012 Business Wire - Tous droits réservés

Descripteur MESH : Goséréline , Prostate , Tumeurs de la prostate , Risque , Radiothérapie , Patients , Hommes , Mortalité , Maladie , Survie , Testostérone , Essais , Eau , Croissance , Cellules , Castration , Suisse , Médecine , Urologie , Rhinopharyngite , Reproduction , Recherche , Qualité de vie , Vie , Miction , Médecine de la reproduction , Androgènes , Iowa , Hormone lutéinisante , Gastroentérologie , Fatigue , Endocrinologie , Cause de décès , Bouffées de chaleur , Association , Antigène spécifique de la prostate

nuance

Médicaments: Les +