nuance

Inauguration du laboratoire de recherche en Diabétologie/métabolisme

La création du département d'endocrinologie s'est faite en deux temps : en 1998 les équipes de François Bertagna, Jean Girard et de Michèle Garabédian se sont regroupées au sein de l'UPR 1524 CNRS et en 2001, c'est Eric Clauser qui a rejoint cette structure, créant ainsi le département d'Endocrinologie au sein de l'ICGM.

 

Les 25 chercheurs se partagent 7 thèmes : la signalisation insulinique, les régulations métaboliques, la physiopathologie de la croissance foetale, l'endocrinologie de l'os, vitamine D et développement, les tumeurs endocrines et signalisation, les bases moléculaires du phénotype corticotrope et modulation de la signalisation des stéroides et, enfin, les récepteurs hormonaux membranaires.

L'endocrinologie est à ce jour un axe prioritaire pour Cochin, de l'avis même des cliniciens du site et, ce, selon une logique à la fois scientifique et stratégique.

Sur le plan scientifique, les équipes du département partagent les mêmes approches expérimentales des récepteurs hormonaux, de la régulation des gènes spécifiques et des confrontations physiopathologiques de l'endocrinologie, du diabète et du développement. Le rôle de la physiopathologie est fondamental à l'heure de la médecine moléculaire et son intérêt est partagé par tous les acteurs. Elle est un relais à l'interface des services cliniques et des laboratoires de recherche fondamentale et elle se prête particulièrement bien à une formation étudiante pour la recherche. En fait, il s'avère également que de nombreuses démarches scientifiques sont communes dans plusieurs projets ( le récepteur V3 de la vasopressine, la signalisation par le récepteur de l'insuline, l'utilisation du differential display, le programme "carte d'identité des tumeurs" des tumeurs du cortex surrénalien).

Sur le plan stratégique, ce département va renforcer l'axe endocrinologique de Cochin car il s'intègre dans l' ICGM et, dans le CHU Cochin- Port Royal - Saint- Vincent de Paul mais aussi parce qu'il va générer des actions hors site.

Au sein de l' ICGM, le département bénéficiera de toutes les infra structures en place, de la compétence physiologique, acquise dans les modèles animaux (souris), mais aussi en biologie cellulaire et moléculaire. Des collaborations vont s'instaurer avec le département de génétique sur les modèles animaux, avec celui travaillant sur la régulation des gènes par les nutriments et physiopathologie du diabète, avec le département de biologie cellulaire s'intéressant aux récepteurs à 7 domaines membranaires, et avec les départements d' étude de la signalisation insulinique et de celle des cytokines.

Des relations étroites exitent et vont se renforcer avec les services d'endocrinologie clinique, adultes et pédiatriques, avec des projets de recherche communs. La collaboration avec les équipes INSERM 342 et 361 va contribuer à l'effort de recherche dans sa globalité.

Ce département d'endocrinologie est le point d'orgue à la mise en place d'un pôle d'excellence en endocrinologie au sein de l'AP-HP et devrait donc permettre de couvrir, à la fois sur le plan de la clinique et de la recherche, la pathologie des tumeurs endocrines, le diabète et les anomalies du métabolisme phosphocalcique, avec des développements plus particuliers dans l'étude des stéroïdes, l'obésité ( comportement alimentaire et biologie de l'adipocyte) et la thyroïde.

Ce département sera, par ailleurs, un lieu dédié à la formation, en collaboration avec Paris V, Paris VI et Paris XI, mais aussi en s'associant avec des sociétés savantes et des programmes de recherche nationaux ou internationaux ( le programme national CIT2 des tumeurs de la surrénale est en cours).

Les axes de recherche annoncés de l'équipe du Professeur Jean Girard au sein de l'Institut Cochin de génétique Moléculaire sont les suivants :

- le mécanisme d'action de l'insuline.

- le régulation du métabolisme des acides gras.

- le rôle de la glukokinase hépatique dans la régulation de l' homéostasie énergétique.

- le rôle physiologique de SREBP-1c dans le muscle squelettique.

- la physiologie de la croissance foetale.

Voir aussi les dossiers de caducee.net sur le diabète

- Le diabète sucré - mise à jour sept. 2001

http://www.caducee.net/DossierSpecialises/endocrinologie/diabete-sucre.asp

- Diabète : les associations - mise à jour sept. 2001

http://www.caducee.net/DossierSpecialises/endocrinologie/diabete-associations.asp

Descripteur MESH : Recherche , Endocrinologie , Temps , Diabète , Tumeurs , Paris , Biologie , Rôle , Biologie cellulaire , Croissance , Animaux , Gènes , Génétique , Insuline , Modèles animaux , Métabolisme , Physiologie , Programmes , Médecine , Sociétés , Sociétés savantes , Stéroïdes , Tumeurs de la surrénale , Vitamine D , Phénotype , Obésité , Médecine moléculaire , Acides , Logique , Laboratoires , Homéostasie , Cytokines , Comportement alimentaire , Comportement , Acides gras

nuance

Actualités professionnelles: Les +