nuance

Gilead annonce cinq ans de données positives démontrant l'effet de Viread® sur la fibrose et la cirrhose du foie causées par l'hépatite B chronique

« Nous avons longtemps formulé l'hypothèse qu'un traitement antiviral à long terme peut non seulement aider les patients atteints d'hépatite B chronique à obtenir et maintenir une suppression virologique, mais aussi améliorer les résultats cliniques, y compris une réduction du risque de fibrose ou de cirrhose », a déclaré le Dr. Patrick Marcellin de l'hôpital Beaujon à Clichy, en France, d'INSERM CRB3 et de l'Université de Paris Denis Diderot, responsable de recherche de l'étude 102. « Ces résultats représentent une avance importante en matière de traitement contre le VHB car ils élucident le potentiel de Viread à réduire ou inverser les signes d'atteinte hépatique chez des patients atteints d'hépatite B chronique ».

-- Les nouvelles données à long terme n'indiquent aucun développement de la résistance --

Gilead Sciences, Inc. (Nasdaq : GILD) a annoncé aujourd'hui de nouvelles données sur cinq ans de la phase ouverte de deux essais cliniques pivots de Phase 3 (Études 102 et 103) évaluant l'efficacité de Viread® (fumarate de ténofovir disoproxil) pour le traitement de l'infection au virus de l'hépatite B chronique (VHB) chez des patients principalement naïfs de traitement. Les résultats indiquent que Viread maintient une suppression virale à long terme du VHB et est lié à une réduction de la fibrose du foie et à une inversion de la cirrhose. Parmi les patients des deux études, la majorité (88 %) présentaient une amélioration de l'histologie hépatique globale. Ensemble, ces deux études représentent un des plus grands ensembles de données évaluant l'impact d'un traitement antiviral oral sur les changements histologiques et affichant une réduction de la fibrose du foie. Ces conclusions seront présentées le lundi 7 novembre à la 62e réunion annuelle de l'American Association for the Study of Liver Diseases (The Liver Meeting 2011) à San Francisco.

« Nous avons longtemps formulé l'hypothèse qu'un traitement antiviral à long terme peut non seulement aider les patients atteints d'hépatite B chronique à obtenir et maintenir une suppression virologique, mais aussi améliorer les résultats cliniques, y compris une réduction du risque de fibrose ou de cirrhose », a déclaré le Dr. Patrick Marcellin de l'hôpital Beaujon à Clichy, en France, d'INSERM CRB3 et de l'Université de Paris Denis Diderot, responsable de recherche de l'étude 102. « Ces résultats représentent une avance importante en matière de traitement contre le VHB car ils élucident le potentiel de Viread à réduire ou inverser les signes d'atteinte hépatique chez des patients atteints d'hépatite B chronique ».

Les études 102 et 103 étaient conçues pour comparer Viread à Hepsera® (adéfovir dipivoxil) en aveugle pendant 48 semaines, chez des patients HBeAg-négatifs (Étude 102) et HBeAg-positifs (Étude 103) atteints d'hépatopathie compensée. Les patients initialement assignés aléatoirement à Hepsera dans les deux études changèrent de médicament pour recevoir Viread en ouvert à 48 semaines et les patients assignés aléatoirement à Viread continuèrent de prendre Viread en ouvert.

Les données indiquent que la majorité des patients recevant continuellement Viread pendant 240 semaines présentèrent une suppression soutenue de niveaux VHB ADN (charge virale) sanguins inférieurs à 400 copies/mL (83 % et 64 % pour les Études 102 et 103, respectivement). Les patients assignés aléatoirement à Hepsera, passant à Viread à la semaine 48, et recevant Viread pendant 192 autres semaines maintinrent leur suppression virale (84 % et 66 % pour les Études 102 et 103, respectivement).

En particulier, parmi les 331 patients qui subirent une double biopsie à la visite initiale et à la semaine 240, 292 (88 %) présentèrent une amélioration de l'histologie globale du foie, tel que mesurée par une amélioration d'au moins deux points du score nécroinflammatoire Knodell sans aggravation du score de fibrose Knodell. Parmi les 94 patients atteints de cirrhose (score de fibrose Ishak ≥ 5) au commencement du traitement, 69 (73 %) présentaient une régression de leur cirrhose et 68 (72 %) présentaient une réduction de deux points de leur score de fibrose Ishak.

Parmi les patients HBeAg-positifs recevant Viread pendant 240 semaines (Étude 103), la probabilité cumulative (estimée par le modèle Two-State Markov) de perte d'antigène « s » et de séroconversion était de 9 % et 7 % respectivement. En outre, aucune résistance à Viread n'a été constatée au cours des 240 semaines de traitement.

« La résistance virale est un enjeu significatif pour les médecins qui traitent des patients atteints d'hépatite B chronique », a déclaré le Dr. Jenny Heathcote, de l'Université de Toronto, au Canada, responsable de recherche de l'Étude 103. « Ces résultats sur cinq ans sont importants car ils démontrent la barrière génétique élevée à la résistance de Viread, essentielle pour le succès à long terme du traitement VHB ».

Viread a été approuvé pour la VHB en 2008 par la U.S. Food and Drug Administration (FDA) et est devenu depuis le médicament le plus prescrit pour le VHB chronique aux États-Unis. Ces données de cinq ans ont été soumises à la FDA et à l'Agence européenne pour les médicaments pour leur examen et leur inclusion éventuelle dans l'étiquette Viread.

Á propos des études 102 et 103

Les études 102 et 103 étaient des essais cliniques de Phase III multicentriques, randomisés, en double aveugle, comparant Viread à Hepsera chez des patients atteints d’hépatite B chronique avec hépatopathie compensée HBeAg négatifs (Étude 102 ; n=375) et HBeAg positifs (Étude 103 ; n=266). Les patients présentaient un VHB ADN supérieur à 100 000 copies/mL et des niveaux élevés d'alanines aminotransférases (ALT, une enzyme qui sert à mesurer l'inflammation hépatique) au début de l'étude. La majorité des patients étaient naïfs de traitement.

Les patients initialement assignés aléatoirement à Hepsera dans les deux études sont passés à un traitement ouvert au Viread (n=196) à la semaine 48, tandis que les patients initialement assignés aléatoirement à Viread ont poursuivi le traitement Viread en ouvert (n=389). On demanda à tous les patients de subir une biopsie du foie à 48 semaines de traitement et une nouvelle fois au bout de cinq années de traitement, et un total de 331 patients furent évalués dans l'analyse histologique.

72 % des patients de l'étude 102 et 50 % des patients de l'étude 103 atteignirent un ALT normalisé à la semaine 240. Viread était bien toléré dans les deux études. Les évènements indésirables observés le plus fréquemment étaient la douleur abdominale, la nasopharyngite, les maux de tête, la grippe, la douleur dorsale et l'hypertension. Dans les deux études, 2,1 % des patients qui reçurent Viread pendant cinq ans abandonnèrent le traitement en raison d'un évènement indésirable et 0,9 % des patients présentèrent une augmentation confirmée de la créatinine sérique d'au moins 0,5 mg/dL ou une clairance de créatinine calculée inférieure à 50 mL/min.

Informations importantes sur Viread pour l'hépatite B chronique

Viread (fumarate de ténofovir disoproxil) est indiqué pour le traitement de l'hépatite B chronique chez les adultes. Les points suivants doivent être considérés avant de commencer un traitement avec Viread pour une infection au VHB : Cette indication est basée essentiellement sur les données d'un traitement portant sur des patients naïfs au traitement nucléosidique, et sur un plus petit nombre de patients qui avaient déjà reçu de la lamivudine ou de l'adéfovir. Les patients étaient des adultes atteints d'hépatite B chronique avec hépatopathie compensée HBeAg positive et HBeAg négative. Viread fut évalué chez un nombre limité de sujets atteints d'hépatite B chronique et d'hépatopathie décompensée. Le nombre de patients en essais cliniques présentant des substitutions associées à la lamivudine ou à l'adéfovir au début de l'étude était trop petit pour atteindre des conclusions en matière d'efficacité.

Des cas d'acidose lactique et d'hépatomégalie grave avec stéatose, y compris des cas mortels, ont été signalés avec l'utilisation d'analogues nucléosidiques, y compris Viread, en association avec d'autres antirétroviraux.

Des exacerbations aiguës graves de l'hépatite ont été signalées chez des patients infectés par le VHB qui ont abandonné le traitement anti-hépatite B, y compris Viread. La fonction hépatique doit être surveillée de près avec un suivi clinique et en laboratoire pendant au moins plusieurs mois chez les patients qui abandonnent le traitement anti-hépatite B, y compris Viread. Le cas échéant, il pourra s'avérer nécessaire de commencer un traitement anti-hépatite B.

Des cas d'insuffisance rénale nouvellement diagnostiqués ou en aggravation, y compris des cas d'insuffisance rénale aiguë et de syndrome de Fanconi, ont été signalés chez des patients prenant du Viread. Il est recommandé que la clairance de la créatinine (CrCl) soit évaluée avant le début du traitement au Viread et que CrCl et le phosphore sérique soient surveillés chez les patients à risque, y compris ceux qui ont déjà présenté des effets indésirables rénaux en prenant Hepsera. L'administration de Viread avec l'emploi simultané ou récent de médicaments néphrotoxiques est à éviter.

Viread ne doit pas être utilisé avec d'autres produits contenant du ténofovir (par ex. Atripla®, Complera®, Truvada®). Viread ne doit pas être administré avec Hepsera.

En raison du risque de développer une résistance au VIH-1, Viread ne doit être utilisé que dans le cadre d'une multithérapie antirétrovirale appropriée chez les patients infectés par le VIH avec ou sans co-infection par le VHB. Des tests d'anticorps VIH doivent être offerts à tous les patients infectés par le VHB avant de commencer un traitement avec Viread.

Des diminutions de la densité minérale osseuse (DMO) ont été constatées chez des patients infectés par le VIH. Il est recommandé qu'une surveillance DMO soit envisagée pour les patients présentant des antécédents de fracture pathologique ou qui sont à risque d'ostéopénie. Les effets osseux de Viread n'ont pas été étudiés chez les patients atteints d'une infection au VHB chronique. Des cas d'ostéomalacie (associée à une tubulopathie rénale proximale et pouvant contribuer à des fractures) ont été signalés en association avec l'emploi de Viread.

Dans des essais cliniques contrôlés sur des patients atteints d'hépatite chronique B avec hépatopathie compensée, la réaction indésirable la plus fréquente (tous les niveaux) était la nausée, observée chez 9 % des patients prenant du Viread à la semaine 48. Parmi les autres réactions indésirables observées à la semaine 48 chez plus de 5 % des patients traités avec du Viread étaient la douleur abdominale, la diarrhée, les maux de tête, les étourdissements, la fatigue, la nasopharyngite, la douleur dorsale et l'érythème.

Chez les patients infectés au VHB avec hépatopathie décompensée, les réactions indésirables les plus fréquentes (tous les niveaux) signalées chez 10 % des patients traités avec du Viread étaient la douleur abdominale (22 %), la nausée (20 %), l'insomnie (18 %), le prurit (16 %), les vomissements (13 %), le vertige (13 %), et la pyrexie (11 %).

L'administration concomitante de Viread avec la didanosine augmente les concentrations de didanosine. Utiliser avec prudence et surveiller les signes de toxicité à la didanosine (par ex. pancréatite, neuropathie). La didanosine doit être arrêtée chez les patients présentant des réactions adverses associées à la didanosine. Chez les adultes pesant >60 kg, la dose de didanosine doit être réduite à 250 mg quand elle est co-administrée avec Viread. Les données permettant de recommander un ajustement de dose de la didanosine pour les patients pesant <60 kg ne sont pas disponibles>

La dose recommandée pour le traitement de l’hépatite chronique B est de 300 mg une fois par jour à prise orale avec ou sans nourriture. L’intervalle de dosage de Viread doit être ajusté et la fonction rénale surveillée de près chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée et sévère.

La molécule parente du Viread a été découverte dans le cadre d'une recherche collaborative entre le Dr Antonin Holy, de l’Institut de chimie organique et biochimie de l’Académie des sciences de la République tchèque (IOCB) à Prague et le Dr Erik DeClercq, de l’Institut Rega de recherche médicale de l’Université catholique de Louvain en Belgique.

Veuillez consulter les informations posologiques complètes pour Viread, Complera, Truvada et Hepsera (y compris l'ÉTIQUETAGE).

À propos de Gilead Sciences

Gilead Sciences est un laboratoire de biotechnologie, spécialisé dans la découverte, le développement et la commercialisation de médicaments innovants dans des domaines thérapeutiques insuffisamment pourvus en traitement. L’objectif de la société est de faire progresser à travers le monde le traitement des patients souffrant de maladies engageant le pronostic vital. La société Gilead, dont le siège est situé à Foster City, en Californie, est présente en Amérique du Nord, en Europe et en Asie-Pacifique.

Déclarations prévisionnelles

Ce communiqué de presse contient des énoncés prévisionnels au sens de la loi de 1995 Private Securities Litigation Reform Act, qui sont sujets à des risques, incertitudes et autres facteurs, notamment le risque que la FDA et l'Agence européenne des médicaments n'approuvent pas l'inclusion des données de cinq ans dans l'étiquette Viread. En outre, les données risquent de ne pas influencer les décisions des médecins de prescrire Viread de préférence aux autres médicaments VHB existants ou futurs. En outre, comme Viread est utilisé pendant des périodes de temps prolongées par de nombreux patients présentant des problèmes de santé sous-jacents, la prise de nombreux autres médicaments, l'innocuité, la résistance, l'interaction médicamenteuse ou d'autre problèmes pourront se présenter et réduire éventuellement l'acceptation de Viread sur le marché. Ces risques, incertitudes et autres facteurs sont susceptibles de faire varier les résultats réels de façon substantielle par rapport à ceux auxquels il est fait référence dans les déclarations prévisionnelles. Le lecteur est avisé de ne pas se fier à ces déclarations prévisionnelles. Ces risques, parmi d'autres, sont décrits en détail dans le rapport trimestriel de Gilead sur formulaire 10-Q pour le trimestre clos le 30 juin 2011 déposé auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis. Toutes les déclarations prévisionnelles sont basées sur des informations dont Gilead dispose actuellement, et la société rejette toute obligation de mise à jour de ces déclarations prévisionnelles quelles qu’elles soient.

Pour de plus amples renseignements concernant les posologiques complètes de Viread aux États-Unis, veuillez consulterwww.Viread.com.

Pour obtenir des informations posologiques complètes sur Hepsera aux États-Unis, consulter www.Hepsera.com.

Complera, Hepsera, Truvada et Viread sont des marques déposées de Gilead Sciences, Inc. ou de ses sociétés affiliées.

Atripla est une marque déposée de Bristol-Myers Squibb & Gilead Sciences, LLC.

Pour de plus amples renseignements concernant Gilead Sciences, veuillez consulter le site Web de la société à l’adresse www.gilead.com ou appeler le service relations publiques de Gilead au 1-800-GILEAD-5 ou au 1-650-574-3000.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

CONTACT:

Gilead Sciences, Inc.Susan Hubbard, 650-522-5715 (Investisseurs)Soleil Harrison, 650-522-5283 (Médias)

© 2011 Business Wire - Tous droits réservés

Descripteur MESH : Hépatite , Hépatite B , Patients , Fibrose , Foie , Cirrhose du foie , Risque , Recherche , Paris , France , Douleur , VIH Virus de l'Immunodéficience Humaine , Infection , Hépatite B chronique , Essais , Insuffisance rénale , Créatinine , Association , Lamivudine , ADN , Nausée , Traduction , Tête , Histologie , Emploi , Douleur abdominale , Médecins , Biopsie , Prurit , Pronostic , Probabilité , Phosphore , Réunion , Relations publiques , République tchèque , Virus , Ritonavir , San Francisco , Santé , Sociétés , Stéatose , Syndrome , Syndrome de Fanconi , Temps , Vertige , Acidose , Chimie organique , Acidose lactique , Amérique du Nord , Anticorps

nuance

Médicaments: Les +