nuance

Premier cas mondial de greffe des deux mains à Lyon

Une greffe des deux mains et de la partie distale des deux avant-bras a été pratiquée à partir d’un donneur en état de mort cérébrale jeudi soir à l’Hôpital Edouard-Herriot de Lyon par une équipe internationale dirigée par le professeur Jean-Michel Dubernard.

Originaire de l’Ouest de la France et père de deux enfants, le patient transplanté est âgé de 33 ans. Il exerçait le métier de peintre en bâtiment. Il avait été amputé des deux mains près des poignets en 1996 à la suite d’une explosion d’une fusée artisanale. Selon le communiqué diffusé jeudi en début de matinée par les Hospices Civils de Lyon, " le patient et les greffons sont dans un état stable et satisfaisant ".

Composée de cinquante personnes, l’équipe qui a réalisé cette transplantation des deux mains comptait 3 anesthésistes et 18 chirurgiens. Originaires de Lyon, Chambéry, Londres, Monza et Vicence (Italie), Sydney (Australie), ces derniers sont spécialisés en chirurgie de la transplantation, orthopédie et microchirurgie.

Les greffons ont été prélevés sur un même donneur multi-organes anonyme dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 janvier. L’opération a consisté à sectionner les bras du donneur au-dessus du coude, à isoler les principales artères et à les perfuser avec une solution de préservation UW à 4°C. Après le double prélèvement, l’aspect extérieur du corps du donneur a été restauré par la mise en place de prothèses esthétiques. La durée totale de l'ischémie depuis l'arrêt cardiaque chez le donneur a été pour les deux avant-bras de 13h20 et 14h.

Les greffons ont été implantés lors d’une intervention qui a duré 17 heures. Elle a débuté jeudi à 6 h du matin et s’est terminée à 23h. Dans un premier temps, l'ostéosynthèse des avant-bras du greffon à ceux du receveur a été réalisée par des plaques et des vis. La circulation sanguine a ensuité été rétablie en suturant les artères radiale et cubitale du receveur à celle du greffon et en raccordant les principales veines. Les avants-bras ont alors repris un aspect normal. Les tendons et les muscles ont alors été mis bout à bout avant de réaliser la suture des principaux nerfs de l'avant-bras. La peau a été soigneusement refermée en intercalant les lambeaux cutanés du receveur pour faire face à l'oedème post-opératoire.

Le traitement immunosuppresseur administré au patient transplanté des deux mains est composé de quatre produits : anticorps monoclonaux et polyclonaux anti-lymphocytes (anticorps anti-CD25 et thymoglobulines), tacrolimus, mycophénolate mofetil et prednisone.

Ce même protocole avait été administré à Clint Hallam. Ce patient néo-zélandais, âgé de 48 ans, avait été transplanté par cette même équipe internationale le 23 septembre 1998. Victime huit ans plus tôt d'une section du tiers distal de son avant-bras droit après accident de scie circulaire, il avait reçu une allogreffe de main.

Des signes cliniques et histologiques mineurs étaient survenus 9 semaines après l'intervention. Ils avaient nécessité un ajustement des doses d'immunosuppresseurs. Pour les deux patients receveurs d’allogreffe de main, le traitement immunosuppresseur doit être maintenu à vie.

La main greffée de Clint Hallam n'a toujours pas retrouvé sa dextérité motrice, bien que toutes les articulations soient souples. Une flexion et une extension modérée des doigts et du poignet sont possibles. La sensibilité a cependant progressé rapidement atteignant l’extrémité des doigts.

Plus précisément, indiquaient récemment les chirurgiens dans la revue Chirurgie, " le patient a retrouvé une sensibilité au niveau de la face antérieure et postérieure de l’extrémité de tous les doigts (superficielle et profonde, au chaud et au froid et à la piqûre). Cependant, le territoire dépendant du nerf radial était insensible. La couleur, la température, la texture cutanée sont normales. Les poils ont repoussé ". Pour le Pr Dubernard et son équipe, une évolution à plus long terme est nécessaire pour juger du résultat définitif.

Source : Hospices Civils de Lyon et Chirurgie, septembre 1999, 124 : 358-67.

Descripteur MESH : Bras , Mort cérébrale , Mort , Main , Doigts , Artères , Transplantation , Anticorps , Face , Prednisone , Oedème , Orthopédie , Ostéosynthèse , Patients , Peau , Personnes , Poignet , Mineurs , Tacrolimus , Température , Temps , Tendons , Veines , Vie , Nerf radial , Muscles , Microchirurgie , Lymphocytes , Londres , Italie , Ischémie , Immunosuppresseurs , France , Couleur , Coude , Circulation sanguine , Australie , Articulations , Arrêt cardiaque , Anticorps monoclonaux

nuance

Recherche scientifique: Les +