nuance

ALIMTA(R) (pemetrexed pour injection) reçoit l'aval des autorités européennes pour une utilisation en fonction de l'histologie dans le traitement de première intention de la forme la plus courante de cancer bronchique

INDIANAPOLIS, April 14 /PRNewswire/ -- Eli Lilly and Company (NYSE : LLY) a annoncé ce jour que les autorités sanitaires européennes avaient donné leur feu vert à une utilisation d'ALIMTA(R) (pemetrexed pour injection) en fonction de l'histologie pour le traitement de première intention du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avancé, la forme la plus courante de cancer du poumon. Cette approbation - la troisième obtenue par le pemetrexed en Europe - intervient suite à l'avis positif initial émis le 21 février 2008 par le Comité pour les produits médicaux à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne du médicament (European Medicines Agency, EMEA).

L'EMEA a spécifiquement approuvé le pemetrexed administré en association avec le cisplatine en tant que traitement de première ligne chez les patients atteints d'un CBNPC d'histologie autre qu'à cellules squameuses prédominantes. L'histologie est l'étude microscopique des tissus, et le CBNPC est classifié selon son histologie. Précédemment, toutes les histologies étaient traitées de la même manière.

« Cette autorisation ouvre la voie à une nouvelle approche taillée sur mesure, fondée sur l'histologie ou le type de tissu impliqué », a déclaré Richard Gaynor, M.D., vice-président, responsable de la recherche sur le cancer et directeur de la plate-forme mondiale d'oncologie de Lilly. « Nous espérons que cette étude fournira aux médecins un outil puissant leur permettant de choisir le bon médicament pour le bon patient, et ainsi d'obtenir les meilleurs résultats thérapeutiques possibles ».

Cette autorisation pour le traitement de première intention du CBNPC se fonde sur une étude clinique randomisée de phase III, qui a évalué l'association pemetrexed plus cisplatine contre l'association GEMZAR(R) (chlorhydrate de gemcitabine pour injection) plus cisplatine. Réalisée auprès de 1 725 patients, cette étude, qui est la plus importante étude clinique de phase III jamais entreprise dans le traitement de première intention du CBNPC, a atteint son objectif d'efficacité principal, à savoir la non-infériorité en termes de survie globale(1).

Toutefois, en ce qui concerne la survie en fonction de l'histologie, l'étude a mis en évidence, dans une analyse histologique préprogrammée, une amélioration cliniquement significative de la survie globale chez les patients présentant un adénocarcinome ou un carcinome à grosses cellules et ayant reçu du pemetrexed en première ligne de traitement. Par comparaison, la survie globale s'est révélée plus favorable chez les patients chez lesquels l'analyse histologique avait révélé la présence de cellules squameuses et qui avaient reçu un traitement à base de gemcitabine.

Selon le chercheur principal de cette étude, Giorgio Scagliotti, M.D., Département de sciences cliniques et biologiques, Unité d'oncologie thoracique, Université de Turin, Orbassano, Italie, l'autorisation de l'association pemetrexed plus cisplatine en tant que traitement de première intention constitue un pas supplémentaire important dans le traitement du type de cancer à l'origine du plus grand nombre de décès dans le monde.

« Cette étude fournit des preuves supplémentaires de la nécessité de recourir à une approche personnalisée pour le traitement des patients présentant un cancer bronchique, plutôt que de se contenter d'utiliser un médicament donné, choisi en fonction du stade de traitement », a déclaré le Dr Scagliotti.

Les données issues de l'étude sur le traitement de première intention du CBNPC ont été présentées à l'occasion du Symposium Présidentiel de la 12e Conférence mondiale sur le cancer bronchique (WCLC, World Conference on Lung Cancer) tenu à Séoul, en Corée, le 5 septembre 2007, et du IIIe Symposium Présidentiel de la 14e Conférence européenne annuelle sur le cancer (ECCO, European Cancer Conference) tenue le 24 septembre 2007 à Barcelone, en Espagne.

L'approbation des autorités réglementaires ouvre la voie à de nouveaux lancements en Europe et s'applique à l'ensemble des 27 pays membres de l'Union européenne, ainsi qu'à la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein.

Le pemetrexed en tant que traitement de deuxième intention du CBNPC

En ce qui concerne l'indication du pemetrexed en traitement de deuxième intention dans le CBNPC, l'EMEA a approuvé la modification apportée à l'indication pour les patients atteints d'un CBNPC d'histologie autre qu'à cellules squameuses prédominantes. Cette décision était fondée sur une analyse rétrospective de données de phase III chez les patients recevant un traitement de deuxième intention à base soit de pemetrexed, soit de docétaxel, qui avait mis en évidence que le pemetrexed avait permis d'améliorer la survie des patients atteints d'un CBNPC d'histologie autre qu'à cellules squameuses prédominantes par rapport au traitement par docétaxel, tandis que le docétaxel avait permis d'améliorer la survie des patients présentant un CBNPC d'histologie à cellules squameuses par rapport au traitement par pemetrexed. Les données issues de cette étude avaient été présentées à l'occasion de la Conférence ECCO qui s'était tenue le 25 septembre 2007 à Barcelone(2).

Notes aux rédacteurs

À propos d'ALIMTA (pemetrexed pour injection)

Le pemetrexed est actuellement indiqué en association avec le cisplatine dans plus de 85 pays, pour le traitement des patients présentant un mésothéliome pleural malin (MPM) non résécable, ou qui ne peuvent prétendre, pour d'autres raisons, à une intervention chirurgicale curative. Le pemetrexed est également autorisé en tant que monothérapie pour le traitement de deuxième intention des patients présentant un CBNPC localement avancé ou métastasique après une chimiothérapie antérieure. Cette dernière indication vaut pour le pemetrexed administré en association avec le cisplatine en première ligne de traitement chez les patients atteints d'un CBNPC d'histologie autre qu'à cellules squameuses prédominantes.

À propos du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC)

Le CBNPC est la forme de cancer bronchique la plus courante, et représente 85 à 90 % de l'ensemble des cancers bronchiques(3). Le CBNPC est associé à une stadification à cinq niveaux, du grade 0 au grade IV(4). Le CBNPC peut s'étendre à l'ensemble du système lymphatique, pénétrer la paroi thoracique ainsi que les côtes, les nerfs et les vaisseaux sanguins reliés aux bras. Le foie, les os et le cerveau sont également des cibles potentielles des cellules cancéreuses si ces dernières atteignent le flux sanguin.

Selon le Rapport sur le cancer de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le cancer bronchique est la forme de cancer la plus courante dans le monde, et la principale cause de décès dû au cancer pour les hommes comme pour les femmes. Plus de 1 million de personnes meurent chaque année du cancer bronchique(5).

Le CBNPC est défini comme un groupe d'histologies, c'est-à-dire des types de tumeur différenciés par leur structure cellulaire. Les types histologiques les plus courants du CBNPC sont le carcinome squameux (ou épidermoïde), l'adénocarcinome, et le carcinome à grosses cellules. Ces histologies sont souvent regroupées au sein d'une même classification parce que les approches utilisées à leur égard en termes de diagnostic, de stadification, de pronostic et de traitement étaient jusqu'à ce jour les mêmes(6).

À propos de Lilly Oncology, une division d'Eli Lilly and Company

Voici plus de quatre décennies que Lilly Oncology collabore avec des chercheurs en cancérologie dans le but d'offrir des choix thérapeutiques innovants et des programmes de valeur aux patients et à leurs médecins. Inspirée par le courage des patients vivant avec le cancer, Lilly Oncology offre des traitements considérés comme des références à l'échelle internationale, et se constitue un important portefeuille de thérapies novatrices ciblées en vue d'accélérer le rythme et les avancées des soins anticancéreux.

À propos d'Eli Lilly and Company

Lilly, une société de premier plan tournée vers l'innovation, développe un portefeuille croissant de produits pharmaceutiques premiers de leur classe thérapeutique ou meilleurs de leur classe thérapeutique, en s'appuyant sur les travaux de recherche les plus avancés menés dans ses divers centres de recherche à travers le monde, ou en créant des collaborations avec d'éminentes organisations scientifiques. Lilly, dont le siège social se situe à Indianapolis, dans l'état de l'Indiana, offre des réponses, par le biais de médicaments et d'informations, à certains des besoins médicaux les plus criants dans le monde.

P-LLY

ALIMTA(R) (pemetrexed pour injection), Lilly

GEMZAR(R) (chlorhydrate de gemcitabine pour injection), Lilly

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs relatifs au potentiel d'ALIMTA et de GEMZAR pour le traitement du cancer bronchique non à petites cellules, et reflète les convictions actuelles de Lilly. Toutefois, comme pour tout composé pharmaceutique en cours de développement, le processus de développement, de commercialisation et d'examen réglementaire comporte d'importants risques et incertitudes. Aucune garantie ne peut être faite que le composé recevra des approbations réglementaires supplémentaires. Par ailleurs, la poursuite de la réussite commerciale du composé ne peut non plus être garantie. Pour obtenir de plus amples renseignements sur ces risques et incertitudes ainsi que sur d'autres risques et incertitudes, veuillez consulter les dossiers déposés par Lilly auprès de la Securities and Exchange Commission. Lilly décline toute obligation de mettre à jour ces énoncés prospectifs.

Informations importantes relatives à la tolérance d'ALIMTA

La myélosuppression constitue généralement l'effet toxique dose-limitant observé dans le cadre du traitement par ALIMTA.

Contre-indication

ALIMTA est contre-indiqué chez les patients présentant des antécédents de réaction grave d'hypersensibilité au pemetrexed ou à tout autre ingrédient utilisé dans la formulation d'ALIMTA.

Mises en garde

ALIMTA ne doit pas être administré aux patients présentant une clairance de la créatinine < 45 mL/min. Un patient présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine égale à 19 mL/min) n'ayant reçu ni acide folique ni vitamine B12 est décédé d'une toxicité liée au médicament suite à l'administration d'ALIMTA en monothérapie.

ALIMTA peut entraîner une suppression de la fonction médullaire (myélosuppression), qui se manifeste par une neutropénie, une thrombocytopénie, et une anémie (ou une pancytopénie).

Il convient de prescrire à titre préventif de l'acide folique et de la vitamine B12 aux patients pendant le traitement par ALIMTA, de manière à réduire les toxicités hématologiques et gastro-intestinales liées au traitement.

Grossesse : Catégorie D - En cas d'administration pendant la grossesse, ALIMTA peut se révéler nuisible pour le foetus.

Précautions d'emploi

Une numération formule sanguine complète, comprenant une numération plaquettaire et une détermination régulière des paramètres chimiques du sang, doit être réalisée chez tous les patients recevant ALIMTA.

Les patients ne doivent pas commencer de nouveau cycle de traitement tant qu'ils présentent un nombre absolu de neutrophiles (NAN) > ou = 1 500 cellules/mm(3), un nombre de plaquettes > ou = 100 000 cellules/mm(3) et une clairance de la créatinine > ou = 45 mL/min.

L'administration d'un prétraitement à base de dexaméthasone ou de son équivalent permettrait de réduire l'incidence et la gravité de l'éruption cutanée.

L'effet sur ALIMTA de la présence d'un troisième secteur liquidien, tel qu'un épanchement pleural ou une ascite, est inconnu.

Chez les patients présentant un troisième secteur liquidien cliniquement significatif, une ponction à visée évacuatrice devrait être envisagée avant l'administration d'ALIMTA.

L'administration concomitante de médicaments néphrotoxiques ou de substances produites par sécrétion tubulaire est susceptible de ralentir la clairance d'ALIMTA.

Il convient de faire preuve de prudence lors de l'administration concomitante d'ibuprofène et d'ALIMTA chez des patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (clairance de la créatinine comprise entre 45 et 79 mL/min). Les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée doivent éviter de prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) à courte demi-vie d'élimination pendant les 2 jours avant, le jour même et les 2 jours suivant l'administration d'ALIMTA. En l'absence de données sur les interactions potentielles entre ALIMTA et les AINS à demi-vie plus longue, tous les patients prenant ces AINS devraient suspendre leur traitement au moins 5 jours avant, le jour même et les 2 jours suivant l'administration d'ALIMTA. Si l'administration concomitante d'un AINS est nécessaire, les patients devront faire l'objet d'une étroite surveillance visant à déceler la survenue de tout effet toxique, notamment myélosuppression et toxicités rénales et gastro-intestinales.

Il est recommandé d'interrompre l'allaitement au cours du traitement par ALIMTA.

ALIMTA doit être administré sous la surveillance d'un médecin qualifié, expérimenté dans l'utilisation d'agents antinéoplasiques.

Des ajustements de dose peuvent se révéler nécessaires chez les patients présentant une insuffisance hépatique.

Recommandations relatives à la posologie et aux ajustements posologiques

Les ajustements posologiques effectués au début d'un nouveau cycle s'appuieront sur la numération formule sanguine au nadir ou sur la toxicité non hématologique maximale observée au cours du cycle précédent. Le traitement pourra être modifié ou interrompu conformément aux recommandations relatives aux réductions posologiques figurant dans l'information posologique complète.

Abrégé des événements indésirables (incidence en %)

Les événements indésirables les plus fréquents (de grade 3/4) observés avec ALIMTA contre les EI observés avec le docétaxel, pour le traitement des patients présentant un CBNPC, étaient respectivement les suivants : anémie (8 contre 7) ; leucopénie (5 contre 28) ; neutropénie (5 contre 40) ; thrombocytopénie (2 contre 1) ; élévation des ALAT (3 contre 1) ; neutropénie fébrile (2 contre 13) ; infection sans neutropénie (6 contre 4) ; infection / neutropénie fébrile - autre (2 contre 1) ; fatigue (16 contre 17) ; thrombose / embolie (3 contre 3) ; ischémie cardiaque (3 contre 1) ; anorexie (5 contre 8) ; dyspnée (18 contre 26) ; et douleur thoracique (7 contre 8). Les événements indésirables cliniquement pertinents les plus fréquents (tous grades confondus) observés avec ALIMTA contre les EI observés avec le docétaxel étaient respectivement les suivants : fatigue (87 contre 81) ; anorexie (62 contre 58) ; nausées (39 contre 25) ; constipation (30 contre 23) ; vomissements (25 contre 19) ; diarrhée (21 contre 34) ; stomatite / pharyngite (20 contre 23) ; oedème (19 contre 24) ; dyspnée (72 contre 74) ; douleur thoracique (38 contre 32) ; neuropathie sensorielle (29 contre 32) ; infection sans neutropénie (23 contre 17) ; anémie (33 contre 33) ; fièvre (26 contre 19) ; et éruption cutanée (17 contre 9).

Les événements indésirables les plus fréquents (de grade 3/4) observés avec ALIMTA administré en association avec le cisplatine contre les EI observés avec le cisplatine administré en monothérapie, pour le traitement des patients présentant un MPM, étaient respectivement les suivants : neutropénie (24 contre 4) ; leucopénie (16 contre 1) ; anémie (6 contre 0) ; thrombocytopénie (5 contre 0) ; infection sans neutropénie (2 contre 0) ; infection avec neutropénie de grade 3/4 (1 contre 0) ; infection / neutropénie fébrile - autre (1 contre 0) ; neutropénie fébrile (1 contre 0) ; fatigue (17 contre 13) ; thrombose / embolie (6 contre 4) ; nausées (12 contre 6) ; vomissements (11 contre 5) ; dyspnée (11 contre 7) ; et douleur thoracique (9 contre 6). Les événements indésirables cliniquement pertinents les plus fréquents (tous grades confondus) observés avec ALIMTA administré en association avec le cisplatine contre les EI observés avec le cisplatine administré en monothérapie étaient respectivement les suivants : neutropénie (58 contre 16) ; leucopénie (55 contre 20) ; anémie (33 contre 14) ; thrombocytopénie (27 contre 10) ; fatigue (80 contre 74) ; thrombose / embolie (7 contre 4) ; nausées (84 contre 79) ; vomissements (58 contre 52) ; constipation (44 contre 39) ; anorexie (35 contre 25) ; stomatite / pharyngite (28 contre 9) ; diarrhée (26 contre 16) ; dyspnée (66 contre 62) ; douleur thoracique (40 contre 30) ; et éruption cutanée (22 contre 9).

Veuillez consulter l'intégralité des sections mises en garde, précautions d'emploi, réactions indésirables, et posologie et administration figurant dans l'information posologique complète pour connaître les recommandations de dosage et de tolérance.

Informations importantes relatives à la tolérance GEMZAR

La myélosuppression constitue généralement l'effet toxique dose-limitant observé dans le cadre du traitement par GEMZAR.

Contre-indication

Hypersensibilité connue à GEMZAR.

Mises en garde

Une toxicité accrue a été mise en évidence en cas d'allongement de la durée de perfusion avec GEMZAR à plus de 60 minutes, et d'augmentation de la fréquence d'administration à plus d'une fois par semaine.

Des cas de toxicité pulmonaire ont été rapportés. En cas de toxicité pulmonaire grave, le traitement par GEMZAR doit être immédiatement interrompu et des mesures de soins de soutien appropriées doivent être mises en place.

Des cas de syndrome hémolytique et urémique (SHU) et/ou d'insuffisance rénale ont été rapportés suite à l'administration d'une ou de plusieurs doses de GEMZAR. De rares cas d'insuffisance rénale ayant entraîné le décès du patient ou nécessité une dialyse malgré l'interruption du traitement ont été signalés. La plupart des cas d'insuffisance rénale qui se sont soldés par une issue fatale étaient liés à un SHU.

De très rares cas de toxicité hépatique, y compris insuffisance hépatique et décès, ont été rapportés chez des patients recevant GEMZAR en monothérapie ou en association avec d'autres médicaments potentiellement hépatotoxiques.

Grossesse : GEMZAR appartient à la Catégorie D. En cas d'administration pendant la grossesse, GEMZAR peut se révéler nuisible pour le foetus.

Précautions d'emploi

Il convient de faire preuve de prudence chez les patients présentant une altération de la fonction rénale ou une insuffisance hépatique préexistante. L'administration de GEMZAR est susceptible d'exacerber l'insuffisance hépatique sous-jacente.

Le régime thérapeutique optimal pour l'administration en toute sécurité d'un traitement par GEMZAR en association avec des doses thérapeutiques de rayonnements n'a pas encore été déterminé pour tous les types de tumeur. GEMZAR possède une activité radiosensibilisante et des réactions de rappel d'irradiation ont été rapportées.

On ne sait pas si GEMZAR ou ses métabolites sont excrétés dans le lait humain.

L'efficacité de GEMZAR chez les patients pédiatriques n'a pas encore été démontrée.

Les effets toxiques de GEMZAR observés chez les patients pédiatriques étaient similaires à ceux observés chez les adultes.

La clairance de GEMZAR est affectée par l'âge et le sexe du patient.

Les patients recevant un traitement par GEMZAR doivent être suivis de très près par un médecin expérimenté dans l'utilisation des agents de chimiothérapie anticancéreuse.

Suivi et modifications de la posologie

Il est possible que des ajustements posologiques se révèlent nécessaires en cas de toxicité hématologique.

Les taux de créatinine, potassium, calcium et magnésium sériques doivent faire l'objet d'un suivi au cours de l'administration du traitement en association avec le cisplatine.

Une numération formule sanguine complète, comprenant une numération différentielle et plaquettaire, doit être réalisée chez tous les patients préalablement à l'administration de chaque dose de GEMZAR. Le traitement pourra être modifié ou interrompu conformément aux recommandations relatives aux réductions posologiques figurant dans l'information posologique complète.

Les fonctions hépatique et rénale (y compris les transaminases et le taux de créatinine sérique) doivent faire l'objet d'une évaluation avant l'administration du traitement par GEMZAR, puis de manière régulière par la suite.

Abrégé des événements indésirables (incidence en %)

Les événements indésirables les plus graves (de grade 3/4) observés avec l'association GEMZAR plus cisplatine pour le traitement de première ligne des patients présentant un CBNPC dans des études comparatives portant sur un traitement de 28 jours (GEMZAR plus cisplatine contre cisplatine en monothérapie) et un traitement de 21 jours (GEMZAR plus cisplatine contre étoposide plus cisplatine) étaient respectivement les suivants : neutropénie (57 contre 4, 64 contre 76) ; thrombocytopénie (50 contre 4, 55 contre 13) ; leucopénie (46 contre 3, 29 contre 43) ; anémie (25 contre 7, 22 contre 15) ; nausées 28j (27 contre 21) ; vomissements 28j (23 contre 19) ; nausées / vomissements 21j (39 contre 26) ; troubles neuromoteurs 28j (12 contre 3) ; hypomagnésémie 28j (7 contre 2) ; troubles neuro-auditifs 28j (6 contre 6) ; élévation de la créatinine 28j (5 contre 3) ; et dyspnée (7 contre 5, 1 contre 0). Les événements indésirables les plus fréquents (tous grades confondus) observés en association avec le traitement administré sur une durée de 28 jours (GEMZAR plus cisplatine contre cisplatine en monothérapie) et avec le traitement administré sur une durée de 21 jours (GEMZAR plus cisplatine contre étoposide plus cisplatine) étaient respectivement les suivants : anémie (89 contre 67, 88 contre 77) ; leucopénie (82 contre 25, 86 contre 87) ; neutropénie (79 contre 20, 88 contre 87), thrombocytopénie (85 contre 13, 81 contre 45), lymphocytopénie 28j (75 contre 51) ; hématurie (15 contre 13, 22 contre 10) ; créatinine 28j (38 contre 31), hyperglycémie 28j (30 contre 23) ; hypomagnésémie 28j (30 contre 17) ; nausées 28j (93 contre 87) ; vomissements 28j (78 contre 71) ; nausées et vomissements 21j (96 contre 86) ; alopécie (53 contre 33, 77 contre 92) ; troubles neuromoteurs 28j (35 contre 15) ; constipation (28 contre 21, 17 contre 15) ; troubles neuro-auditifs 28j (25 contre 21) ; paresthésie 21j (38 contre 16) ; et infection (18 contre 12, 28 contre 21).

Les événements indésirables les plus graves (de grade 3/4) observés en association avec le traitement par GEMZAR plus carboplatine contre le carboplatine en monothérapie, pour le traitement des patientes présentant un cancer ovarien avancé, étaient respectivement les suivants : neutropénie (71 contre 12), thrombocytopénie (35 contre 11), leucopénie (53 contre 7), anémie (28 contre 11), nausées (6 contre 3), vomissements (6 contre 3), et constipation (7 contre 3). Les événements indésirables les plus courants (tous grades confondus) étaient les suivants : neutropénie (90 contre 58) ; leucopénie (86 contre 70) ; anémie (86 contre 75) ; et thrombocytopénie (78 contre 57) ; transfusion de culots globulaires (38 contre 15), alopécie (49 contre 17), neuropathie sensorielle (29 contre 27), nausées (69 contre 61), fatigue (40 contre 32), vomissements (46 contre 36), diarrhée (25 contre 14), et constipation (42 contre 37).

Les événements indésirables les plus graves (de grade 3/4) observés avec GEMZAR plus paclitaxel contre paclitaxel en monothérapie, pour le traitement des patientes présentant un cancer du sein métastasique, étaient respectivement les suivants: neutropénie (48 contre 11) ; alopécie (18 contre 22) ; leucopénie (11 contre 2) ; anémie (7 contre 4) ; fatigue (7 contre 2) ; thrombocytopénie (6 contre 2) ; élévation des ALAT (6 contre 1) ; et neuropathie sensorielle (6 contre 3). Les événements indésirables les plus fréquents (tous grades confondus) étaient les suivants : alopécie (90 contre 92) ; anémie (69 contre 51) ; neutropénie (69 contre 31) ; neuropathie sensorielle (64 contre 58) ; nausées (50 contre 31) ; fatigue (40 contre 28) ; myalgie (33 contre 33) ; vomissements (29 contre 15) ; et thrombocytopénie (26 contre 7).

Les événements indésirables les plus graves (de grade 3/4) observés avec GEMZAR contre les EI observés avec le 5-FU pour le traitement de première intention des patients présentant un cancer du pancréas et les données issues d'une base de données sur les agents administrés en monothérapie étaient respectivement les suivants : neutropénie (26 contre 5, 24) ; élévation des phosphatases alcalines (16 contre 17, 20) ; élévation des ASAT (12 contre 2, 17) ; nausées/vomissements (13 contre 5, 12) ; élévation des ALAT (10 contre 0, 11) ; anémie (10 contre 0, 10) ; leucopénie (10 contre 2, 9) ; thrombocytopénie (10 contre 2, 8) ; élévation de la bilirubine (4 contre 9, 8) ; et douleurs (2 contre 0, 7). Les événements indésirables les plus fréquents (tous grades confondus), définis comme étant survenus chez > 25 % des patients, étaient les suivants : élévation des ASAT (72 contre 52, 78) ; élévation des phosphatases alcalines (71 contre 64, 77) ; anémie (65 contre 45, 73) ; élévation des ALAT (72 contre 38, 72) ; leucopénie (71 contre 15, 64) ; nausées et vomissements (64 contre 58, 71) ; neutropénie (62 contre 18, 61) ; thrombocytopénie (47 contre 15, 36) ; douleurs (10 contre 7, 42) ; fièvre (30 contre 16, 38) ; protéinurie (10 contre 2, 32) ; constipation (10 contre 11, 31) ; diarrhée (24 contre 31, 30) ; éruption cutanée (24 contre 13, 28) ; et élévation de la bilirubine (16 contre 25, 26).

Veuillez consulter l'intégralité des sections mises en garde, précautions, réactions indésirables, et posologie et administration de l'information posologique complète ci-jointe pour connaître les recommandations de dosage et de tolérance.

©2008 - PR Newswire - Touts droits réservés

Descripteur MESH : Histologie , Intention , Patients , Cisplatine , Neutropénie , Anémie , Europe , Poumon , Association , Cellules , Créatinine , Leucopénie , Survie , Fatigue , Dyspnée , Diarrhée , Infection , Alopécie , Constipation , Numération formule sanguine , Incidence , Carcinome , Vie , Grossesse , Foetus , Adénocarcinome , Insuffisance hépatique , Insuffisance rénale , Médecins , Thrombose , Thérapeutique , Paclitaxel , Recherche , Stomatite , Bilirubine , Embolie , Anorexie , Potassium , Sexe , Sang , Bras , Protéinurie , Programmes , Calcium , Base de données , Plaquettes , Personnes , Perfusion , Carboplatine , Paresthésie

nuance

Pratique médicale: Les +