nuance

De nouvelles données montrent que l'administration d'AGGRASTAT® dans l'ambulance, à des patients atteints d'une crise cardiaque aiguë, accompagnée des soins standard

Les donnés provenant de l'essai clinique ouvert et en double aveugle, contrôlé par placebo, multinational, intitulé « Évaluation 2 en cours du tirofiban dans l'infarctus du myocarde (On-TIME) » auprès de 1398 patients randomisés, ont indiqué que le traitement par AGGRASTAT®, un inhibiteur de la glycoprotéine membranaire IIb/IIIa , en association avec le triple traitement standard, a substantiellement réduit l'incidence de la déviation résiduelle du segment ST par rapport au placebo ou sans traitement par AGGRASTAT® après une angioplastie coronaire primaire auprès de patients atteints d'infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST (STEMI) (3,7 ± 5,2 mm contre 4,8 ± 6 mm, p<0,005).1 Le segment ST sur l'ECG est un bon marqueur de l'occlusion vasculaire et est étroitement lié à l'évolution des patients atteints d'infarctus du myocarde.

Un traitement précoce, en ambulance, avec le médicament antiplaquettaire AGGRASTAT® (tirofiban HCL), en association avec un traitement standard incluant l'aspirine, l'héparine et le clopidogrel, améliore substantiellement les résultats de l'angioplastie coronaire primaire (PCI) chez les patients atteints d'infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment (STEMI).1 Les conclusions de ces études ont été présentées aujourd'hui à l'occasion du Congrès annuel de la Société européenne de cardiologie qui se tient à Munich, en Allemagne.

Les donnés provenant de l'essai clinique ouvert et en double aveugle, contrôlé par placebo, multinational, intitulé « Évaluation 2 en cours du tirofiban dans l'infarctus du myocarde (On-TIME) » auprès de 1398 patients randomisés, ont indiqué que le traitement par AGGRASTAT®, un inhibiteur de la glycoprotéine membranaire IIb/IIIa , en association avec le triple traitement standard, a substantiellement réduit l'incidence de la déviation résiduelle du segment ST par rapport au placebo ou sans traitement par AGGRASTAT® après une angioplastie coronaire primaire auprès de patients atteints d'infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST (STEMI) (3,7 ± 5,2 mm contre 4,8 ± 6 mm, p&lt;0,005).1 Le segment ST sur l'ECG est un bon marqueur de l'occlusion vasculaire et est étroitement lié à l'évolution des patients atteints d'infarctus du myocarde.

« Ces résultats son importants en ce sens qu'ils apportent des réponses à des inconnues clés dans ce domaine en premier lieu, la valeur d'une intervention précoce à l'aide d'inhibiteurs de glycoprotéine IIb/IIIa, à laquelle s'ajoute le traitement standard à base d'aspirine, d'héparine et de clopidogrel chez des patients atteints de STEMI ; en deuxième lieu, le choix du moment le plus efficace de cette intervention », déclare le Dr Arnoud Van't Hof, du Département de Cardiologie d'Isala Klinieken, à Zwolle, aux Pays-Bas, et chercheur principal. « Les données provenant de l'essai On-TIME 2 démontrent l'importance de diagnostiquer les patients atteints de STEMI le plus précocement possible dans la séquence des événements menant à la crise cardiaque, permettant ainsi le commencement d'un traitement anti-thrombotique et d'un triple traitement plaquettaire comprenant AGGRASTAT® , dès l'installation dans l'ambulance, ce qui a des effets entièrement favorables sur l'évolution clinique du patient ».

Les données provenant de l'essai clinique en double aveugle contrôlé par placebo ont été récemment publiées dans la revue The Lancet, accompagnées d'un commentaire d'un expert indépendant, le Dr Gilles Montalescot, de l'Institut de Cardiologie de l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, dans lequel il affirme que « On-TIME 2 nous révèle davantage d'éléments que les avantages d'AGGRASTAT® avant l'angioplastie coronaire percutanée primaire (PCI). L'étude révèle qu'une dose élevée de clopidogrel n'est pas suffisamment efficace et confirme la nécessité d'une inhibition rapide et forte de l'agrégation plaquettaire ».2

On-TIME 2 est la toute première étude menée pour évaluer l'efficacité et l'innocuité d'AGGRASTAT® , un agent qui appartient à la classe des inhibiteurs de glycoprotéine IIb/IIIa (GPI) parmi les médicaments anticoagulants, auprès de patient atteints de STEMI en phase pré-hospitalière.1

Voici ce que les données ont révélé :

  • Une réduction substantielle du pourcentage de patients chez lesquels on constate une déviation résiduelle du segment ST de plus de 3 mm, un heure après le PCI, dans le groupe auquel a été administré AGGRASTAT® par rapport au groupe sous placebo (38,7 pour cent contre 45 pour cent, respectivement ; p=0,024 [critère d'évaluation primaire]).1
  • Avant PCI, l'administration pendant une durée moyenne de 60 minutes d'AGGRASTAT® dans l'ambulance ou dans le centre spécialisé, a substantiellement réduit la déviation cumulative du segment ST avant PCI, par rapport au placebo (11,4 ± 9,4 mm contre 12,4 ± 9,4 mm, p=0,020).1
  • Une heure après PCI, la déviation cumulative du segment ST, en tant que variable continue, a également diminué avec l'administration précoce d'AGGRASTAT® (3,7 ± 5,2 mm) contre (4,8 ± 6,0 mm, p&lt;0,005) dans le groupe non traité par AGGRASTAT® ou le groupe sans placebo.1

« L'addition précoce d'AGGRASTAT® à notre procédure standard d'angioplastie coronarienne percutanée primaire (PCI) pour le traitement de l'infarctus aigu du myocarde (IAM), nous offre une option de traitement aussi efficace que sûre. Le critère d'évolution combiné associant décès, infarctus du myocarde (IM) récurrent ou revascularisation urgente du vaisseau cible (RuVC), a été réduit sans aggravation notable du saignement », affirme le Professeur Christian Hamm, de l'unité de Cardiologie de Kerckhoff-Klinik GmbH à Bad Nauheim, en Allemagne et chercheur principal associé. Voici ce qu'ont indiqué les résultats de l'étude :

  • On a constaté chez davantage de patients un infarctus du myocarde avorté, qui est défini par l'absence d'élévation de créatine kinase (CK) chez les patients auparavant traités par AGGRASTAT® (14 % contre 10%, p=0,04)
  • L'incidence combinés du décès, d'une rechute de l'infarctus ou de la revascularisation urgente du vaisseau cible et de l'arrêt du traitement pour cause thrombotique a été nettement réduite dans le groupe traité par AGGRASTAT® par rapport aux groupes placebo ou non traités par AGGRASTAT®(5,8 pour cent contre 8,6 pour cent, respectivement ; p=0,043).1
  • L'intervention précoce avec traitement par AGGRASTAT® ne s'est pas traduite par une augmentation notable de saignement majeur, en comparaison avec le groupe placebo ou le groupe non traité par AGGRASTAT® (3,4 pour cent contre 2,9 pour cent, respectivement ; p=0,580).1
  • Le bénéfice clinique net a été plus important dans le groupe traité par AGGRASTAT® par rapport au groupe placebo ou au groupe non traité par AGGRASTAT®, ce qui indique une plus faible incidence combinée d'événements cardiaques défavorables majeurs (MACE en anglais), d'accidents vasculaires cérébraux ou de saignements majeurs (8,0% contre 11,6%, respectivement, pour le groupe traité par AGGRASTAT® et le groupe placebo ou le groupe non traité par AGGRASTAT® p=0,024).1

Le Professeur Hamm poursuit en ces termes : « Notre conclusion, selon laquelle l'administration routinière pré-hospitalière d'AGGRASTAT® a amélioré la résolution du segment ST et l'évolution clinique après la procédure de PCI, souligne que nous avons toute latitude pour poursuivre l'inhibition précoce et intensive de l'agrégation plaquettaire chez les patients atteints de STEMI subissant un PCI ».

« Nous sommes très heureux d'annoncer ces nouvelles données qui renforcent les avantages potentiels d'AGGRASTAT ® auprès de cette population de patients gravement malades », déclare pour sa part John Vavricka, Président-directeur général d'Iroko Pharmaceuticals. « Iroko s'engage à poursuivre ses recherches cliniques dans ce domaine, et à explorer le potentiel d'AGGRASTAT® en tant que stratégie d'intervention précoce pour les patients atteints d'infarctus aigu du myocarde ».

En janvier 2008, Iroko Pharmaceuticals a acquis la totalité des droits commerciaux hors États-Unis d'AGGRASTAT® (tirofiban HCl), détenus jusque là par Merck & Co., Inc.

Étude On-TIME 2 (Deuxième étude en cours d'évaluation du tirofiban dans l'Infarctus du myocarde) 1

L'étude européenne a été conduite dans des centres spécialisés où sont effectuées de nombreuses procédures d'angioplastie coronaire en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas. L'essai s'est déroulé en deux phases consécutives :

  • Phase 1 (414 patients): un essai ouvert au cours duquel les patients ont été randomisés soit pour être traités par AGGRASTAT® (bolus de 25 µg/kg et perfusion d'entretien à 0,15 µg/kg/min), soit pour ne pas être traités par AGGRASTAT®.
  • Phase 2 (984 patients): un essai ouvert au cours duquel les patients ont été randomisés soit pour être traités par AGGRASTAT® (bolus de 25 µg/kg et perfusion d'entretien à 0.15 µg/kg/min) ou une perfusion de placebo.

Dans l'ambulance, tous les patients ont également reçu par intraveineuse une dose d'héparine non fractionnée (5000 IU) et d'aspirine, ainsi que 600 mg de clopidogrel par voie buccale. À la suite de cela, AGGRASTAT® ou le placebo a été injecté, suivi par une perfusion d'AGGRASTAT® ou le placebo a été injecté, suivi par une perfusion d'AGGRASTAT® ou de placebo. Avant la procédure de PCI, le temps de coagulation activé a été enregistré une fois ; s'il était inférieur à 250 secondes, un bolus supplémentaire de 2500 IU d'héparine non fractionnée a été administré.

Le critère d'évaluation primaire de l'étude a examiné l'avantage de l'administration pré-hospitalière d'une dose élevée de tirofiban, ajoutée à l'aspirine, à l'héparine et au clopidogrel, sur l'incidence de la déviation résiduelle du segment ST (défini comme le pourcentage de patients indiquant moins de 3 mm de déviation du segment ST), une heure après l'angioplastie coronaire percutanée (PCI). Le critère d'évaluation secondaire clé de l'analyse groupée pour la phase ouverte en double aveugle était l'incidence de MACE : événements cardiaques défavorables majeurs (décès, rechute de l'infarctus, revascularisation urgente du vaisseau cible), à 30 jours de suivi. En outre, le saignement majeur, tel qu'il est mesuré par les critères de thrombolyse dans l'infarctus du myocarde (TIMI), a été également examiné.

À l'heure actuelle, l'utilisation d'AGGRASTAT® n'est pas homologuée pour les patients atteints de STEMI ou bien en tant que traitement complémentaire chez les patients subissant une intervention coronaire percutanée (PCI).

À propos d'AGGRASTAT

AGGRASTAT®, un inhibiteur de la glycoprotéine membranaire IIb/IIIa, est indiqué dans la prévention de l'infarctus du myocarde précoce chez les patients souffrant d'angine instable ou de l'infarctus du myocarde sans onde Q, avec un dernier épisode de douleur thoracique survenu dans les 12 heures, s'accompagnant de modifications électrocardiographiques et/ou d'une élévation des enzymes cardiaques. Les patients ayant le plus de chances de bénéficier d'un traitement par AGGRASTAT® sont ceux qui présentent un risque élevé de développer un infarctus du myocarde dans les 3 ou 4 jours après la survenue des symptômes angineux aigus, par exemple ceux qui sont les plus susceptibles de subir une angioplastie coronaire transluminale percutanée (PTCA) précoce.

Chez la plupart des patients, AGGRASTAT® doit être administré par voie intraveineuse, à une dose initiale de 0,4 mcg/kg/min pendant 30 minutes, dose ensuite continuée à 0,1 mcg/kg/min. Pour obtenir des informations détaillées, veuillez vous référer aux informations de prescription pour ce produit. AGGRASTAT® est destiné à être utilisé en association avec l'acide acétylsalicylique et l'héparine non fractionnée.

AGGRASTAT® (chlorhydrate de tirofiban ) est contre-indiqué chez les patients susceptibles d'être hypersensibles à l'un des composants de ce produit, d'avoir des saignements internes actifs, ou d'avoir des antécédents de diathèse hémorragique dans les 30 jours précédents, ou encore des antécédents d'hémorragie intracrânienne, de néoplasme intracrânien, de malformation artério-veineuse ou d'anévrisme. Voici d'autres contre-indications concernant AGGRASTAT® des antécédents de thrombocytopénie à la suite d'une exposition préalable à AGGRASTAT®; des antécédents d'accidents vasculaires cérébraux dans les 30 jours ou tous antécédents d'accident cérébro-vasculaire hémorragique ; une intervention chirurgicale majeure ou un sévère traumatisme physique survenu au cours du mois précédent ; ou encore, des antécédents, des symptômes, ou des constatations qui suggèrent un diagnostic de dissection aortique. AGGRASTAT® est également contre-indiqué chez les patients suivants : ceux chez qui l'on constate de l'hypertension sévère (tension systolique inférieure à 180 mmHg et/ou tension systolique supérieure à 110 mmHg) ; ceux chez lesquels est utilisé de façon concomitante un autre inhibiteur parentéral GP IIb/IIIa ; ou encore, ceux qui sont atteints de péricardite aiguë.

Le saignement est la complication la plus courante rencontrée au cours du traitement par AGGRASTAT®. L'administration d'AGGRASTAT® est associée à une augmentation des événements de saignements classés majeurs ou mineurs, par des critères développés par le groupe d'études sur la thrombolyse de l'infarctus du myocarde (TIMI). La plupart des saignements majeurs associés à AGGRASTAT® surviennent au site d'accès artériel pour la cathétérisation cardiaque. Des cas de saignement mortel ont été signalés. AGGRASTAT® doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant un compte plaquettaire inférieur à 150.000/mm3, chez les patients atteints de rétinopathie hémorragique, et chez les patients en hémodialyse chronique. En raison du fait qu'AGGRASTAT® est un inhibiteur d'agrégation plaquettaire, la plus grande prudence à recommandée lorsqu'il est utilisé en association avec d'autres médicaments qui affectent l'hémostase. L'innocuité d'AGGRASTAT® lorsqu'il est utilisé en association avec des agents thrombolytiques n'a pas écore été établie. Au cours du traitement par AGGRASTAT®, les patients doivent être suivis dans l'éventualité de saignements. Lorsque le saignement ne peut pas être contrôlé par la pression, la perfusion d'AGGRASTAT® et de l'héparine doit être interrompue.

Les autres réactions défavorables suivantes ont été signalées à la suite d'une expérience de mise sur le marché : saignement, saignement intracrânien, saignement rétropéritonéal, hémopéricardium, et hémorragie pulmonaire (alvéolaire) Des saignements mortels ont été signalés ; dans l'ensemble du corps : des diminutions aiguës et/ou sévères des comptes plaquettaires qui peuvent être accompagnés de frissons, de fièvre modérée, ou de complications dues au saignement ; d'hypersensibilité ; d'urticaire et/ou d'éruptions cutanées.

Veuillez vous référer aux informations de prescription spécifiques à votre pays pour avoir la liste complète des avertissements et des précautions à prendre.

À propos d'Iroko

Iroko est une société pharmaceutique spécialisée dans l'acquisition, la mise au point et le développement maximal du potentiel de produits pharmaceutiques actuellement commercialisés à l'échelle mondiale. Iroko met en œuvre des initiatives convergentes en matière de vente et de commercialisation ainsi que des stratégies de gestion de cycle de vie des produits, axées sur le développement de préparations et d'indications bénéfiques à la santé du patient. Pour de plus amples informations, rendez-vous sur le site www.iroko.com.

À propos de Merck

Merck & Co., Inc. est une société pharmaceutique mondiale axée sur la recherche et qui se consacre résolument à mettre les patients au premier plan. Fondée en 1891, Merck découvre, développe, fabrique et commercialise actuellement des vaccins et des médicaments qui répondent à des besoins médicaux non encore satisfaits. La société consacre des efforts importants à améliorer l'accès à ses médicaments à travers des initiatives de grande envergure. Ces initiatives incluent non seulement le don de médicaments offerts gratuitement mais aussi des programmes visant à en faciliter laccès aux plus démunis. Merck publie également des informations impartiales sur la santé à titre de service à but non lucratif.

Références

1 Vant Hof A, ten Berg J, Heestermans T, Dill T et al. Administration pré-hospitalière de tirofiban chez des patients atteints d'un infarctus de myocarde avec sus-décalage du segment ST et qui subissent une angioplastie primaire (On-TIME 2): un essai multicentrique, en double aveugle, randomisé et contrôlé. Présenté à l'ESC le 31 août 2008

2 Montalescot G. Reperfusion mécanique : traiter bien, mais aussi traiter à temps. The Lancet; 372:509-10

Le texte du communiqué issu dune traduction ne doit daucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue dorigine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

CONTACT:

EdelmanKatie Turner Samuels, +447790 552 210Katie.Turner-Samuels@edelman.com

© 2008 Business Wire - Tous droits réservés

Descripteur MESH : Patients , Soins , Infarctus , Myocarde , Placebo , Infarctus du myocarde , Angioplastie , Incidence , Association , Essai clinique , Héparine , Perfusion , Cardiologie , Allemagne , Santé , Temps , Traduction , Hémorragie , Agrégation plaquettaire , Entretien , Accidents , Belgique , Créatine , Population , Pression , Programmes , Recherche , Reperfusion , Risque , Commentaire , Péricardite , Anticoagulants , Temps de coagulation , Urticaire , Vaccins , Vie , Physique , Fièvre , Diagnostic , Dissection , Don , Mineurs , Mécanique , Langue , Jurisprudence , Douleur , Douleur thoracique , Éléments , Hypertension artérielle , Hypersensibilité

Médicaments: Les +