nuance

Essai de phase II de l'ISTODAX® sur des patients atteints d'un lymphome périphérique à cellules T (PTCL) réfractaire ou en rechute : une analyse secondaire des patients atteints des sous-types de PTCL...

Essai de phase II de l'ISTODAX® sur des patients atteints d'un lymphome périphérique à cellules T (PTCL) réfractaire ou en rechute : une analyse secondaire des patients atteints des sous-types de PTCL les plus courants est présentée à l'ASH

46 % des patients présentent un contrôle de la maladie sur une durée de 90 jours minimum

La durée moyenne de réponse pour tous les patients est de 17 mois

Des taux de réponse comparables sont démontrés parmi les sous-types de PTCL les plus courants

Essai de phase II de l'ISTODAX® sur des patients atteints d'un lymphome périphérique à cellules T (PTCL) réfractaire ou en rechute : une analyse secondaire des patients atteints des sous-types de PTCL les plus courants est présentée à l'ASH

46 % des patients présentent un contrôle de la maladie sur une durée de 90 jours minimum

La durée moyenne de réponse pour tous les patients est de 17 mois

Des taux de réponse comparables sont démontrés parmi les sous-types de PTCL les plus courants

Celgene International Sàrl, filiale de Celgene Corporation (Nasdaq : CELG) a annoncé que les résultats d'une analyse secondaire d'un essai de phase II international, ouvert et multicentrique de l'ISTODAX (romidepsine) dans des cas de PTCL réfractaire ou en rechute après une thérapie systémique antérieure, ont été présentés par le professeur Bertrand Coiffier, des Hospices Civils de Lyon et de l’Université Lyon1, à Lyon, en France, à l'occasion de la 53ème rencontre annuelle de l'American Society of Hematology.

Dans le cadre de cette étude, 131 patients ont reçu 14 mg/m2 d'ISTODAX en perfusion intraveineuse d'une durée de 4 heures les jours 1, 8 et 15 sur un cycle de 28 jours répété jusqu'à six fois. Le traitement a été prolongé au-delà des six cycles pour certains patients présentant une réponse au traitement ou une stabilisation de la maladie. Des évaluations de l'efficacité du traitement ont été menées par un Comité d'examen indépendant (CEI) et consistaient en un examen initial d'images obtenues par tomographie assistée par ordinateur (TAO) ou par imagerie par résonance magnétique (IRM), suivi par une évaluation clinique globale basée sur des examens radiologiques, des photographies et des paramètres cliniques pertinents.

L'analyse secondaire a évalué l'efficacité et l'innocuité de la romidepsine dans les sous-types les plus courants de PTCL : les PTCL non autrement spécifiés (NAS), le lymphome à cellules T angio-immunoblastique (LTAI), et le lymphome anaplasique à cellule large kinase-1 négatif (ALCL ALK-1 négatif). Sur les 130 patients ayant un PTCL confirmé histologiquement par examen central, 117 présentaient un des sous types les plus courants, y compris : PTCL NAS (69 cas), LTAI (27 cas) et ALCL ALK-1 négatif (21 cas).

Les taux de réponse globaux (TRG) englobent les réponses complètes confirmées et non confirmées et les réponses partielles (RC+RCnc+RP) et sont similaires dans les trois sous-types les plus courants : 29 % (20/69) des patients atteints de PTCL NAS, 30 % (8/27) des patients atteints de LTAI et 24 % (5/21) des patients atteints d'ALCL ALK-1 négatif. Des taux comparables de réponse complète (RC/RCnc), le critère principal de l'étude, ont été également observés dans les trois sous-types les plus courants : 14 % (10/69), 19 % (5/27) et 19 % (4/21) des patients atteints de PTCL NAS, de LTAI et d'ALCL ALK-1 négatif, respectivement. Un contrôle de la maladie (défini comme correspondant au TRG + maladie stable [MS] sur 90 jours ou plus) a été constaté chez 46 % (54/117) des patients atteints des sous-types les plus courants de PTCL, avec 49 % (34/69), 44 % (12/27) et 38 % (8/21) des patients atteints de PTCL NAS, de LTAI et d'ALCL ALK-1 négatif, respectivement.

Avec une durée moyenne de suivi de 21 mois, la durée de réponse (DR) moyenne pour tous les patients (RC+RCnc+RP) était de 17 mois. Pour les patients atteints de PTCL NAS et d'ALCL ALK-1 négatif, la DR moyenne était de 17 et 12 mois, respectivement. La DR moyenne n'était pas encore évaluable pour les patients atteints de LTAI, qui présentaient la DR la plus longue avec 34 mois.

Parmi les effets indésirables de grade 3 ou plus les plus courants (≥ 10 %) chez les patients atteints de PTCL NAS, de LTAI et d'ALCL ALK-1 négatif, on peut citer : la thrombocytopénie (22 % [15/69], 30 % [8/27], 29 % [6/21]), la neutropénie (17 % [12/69], 22 % [6/27], 14 % [3/21]), les infections (13 % [9/69], 22 % [6/27], 14 % [3/21]) et l'anémie (6 % [4/69], 15 % [4/27], 10 % [2/21]). Le traitement à la romidepsine a dû être arrêté pour infection chez 1 patient atteint d'un PTCL NAS et chez 3 patients atteints d'ALCL ALK-1 négatif.

À propos de l'ISTODAX

L'ISTODAX® (romidepsine) fait partie d'une nouvelle classe de médicaments contre le cancer connus sous le nom d'inhibiteurs des histone-désacétylases (HDAC). Les HDAC catalysent le retrait de groupes d'acétyles des résidus de lysine acétylés dans les histones, entraînant une modulation de l'expression du gène. Les HDAC provoquent également la désacétylation des protéines non-histones, tels que les facteurs de transcription. Les inhibiteurs HDAC peuvent être classés dans quatre grandes catégories : tétrapeptides cycliques (I), acides gras à chaîne courte (II), acides hydroxamiques (III) et benzamides (IV). La structure peptide cyclique de l'ISTODAX est une nouveauté parmi les tétrapeptides cycliques. In vitro, l'ISTODAX provoque l'accumulation d'histones acétylés ainsi que l'arrêt du cycle cellulaire et l'apoptose de certaines cellules cancérigènes. Pour consulter les informations de prescription complètes, consultez le site  www.ISTODAX.com.

Informations importantes en matière de sécurité pour les États-Unis

L'ISTODAX(R) (romidepsine) en injection est indiqué pour le traitement du lymphome cutané à cellules T (PTCL) chez les patients ayant suivi au moins une thérapie systémique antérieure.

L'ISTODAX(R) (romidepsine) en injection est indiqué pour le traitement du lymphome périphérique à cellules T (PTCL) chez les patients ayant suivi au moins une thérapie antérieure.

Ces indications sont basées sur le taux de réponse. Le bénéfice clinique, comme l'augmentation de la survie globale, n'a pas été démontré.

Informations importantes en matière de sécurité

AVERTISSEMENTS ET PRÉCAUTIONS :

  • Le traitement à l'ISTODAX a été associé à la thrombocytopénie, la leucopénie (neutropénie et lymphopénie) et l'anémie ; par conséquent, il convient de contrôler ces paramètres hématologiques pendant le traitement à l'ISTODAX et de modifier le dosage si nécessaire.
  • Des infections graves et parfois fatales ont été rapportées pendant le traitement et dans les 30 jours suivant le traitement à l'ISTODAX, et le risque d'infection potentiellement mortelle peut être plus élevé chez les patients ayant un historique de chimiothérapie maximale ou intense.
  • Des modifications électrocardiographiques (ECG) ont été observées lors du traitement à l'ISTODAX.
  • Chez les patients atteints d'un syndrome du QT long congénital, présentant un historique de maladie cardiovasculaire important, et les patients suivant un traitement contre l'arythmie ou prenant des produits médicinaux entraînant une prolongation importante du QT, un contrôle cardiovasculaire adapté doit être considéré, comme les électrolytes de contrôle et les ECG au départ et périodiquement pendant le traitement.
  • En raison du risque de prolongation du QT, il y a lieu de vérifier que le potassium et le magnésium sont dans les limites normales avant d'administrer le traitement.
  • Des cas de syndrome de lyse tumorale ont été signalés pendant le traitement à l'ISTODAX. Les patients dont la maladie est à un stade avancé et/ou présentant une charge tumorale importante doivent être suivis de près et des précautions adaptées doivent être prises, et le traitement doit être mis en place en conséquence.
  • De par son mécanisme d'action, l'ISTODAX peut présenter un risque pour le foetus lorsqu'il est administré à une femme enceinte. Si le médicament est utilisé pendant la grossesse, ou si la patiente commence une grossesse pendant la prise d'ISTODAX, elle doit être informée du danger potentiel pour le foetus (grossesse de catégorie D).
  • L'ISTODAX se fixe aux récepteurs des œstrogènes. Les femmes en âge de procréer doivent être informées qu'ISTODAX peut réduire l'efficacité des contraceptifs contenant des œstrogènes.

EFFETS INDÉSIRABLES :

Lymphome périphérique à cellules T

  • Les réactions indésirables de grade 3/4 les plus courantes (>5 %) indépendamment du lien de causalité lors de l'étude 3 (n=131) ont été : la thrombocytopénie (24 %), la neutropénie (20 %), l'anémie (11 %), l'asthénie/fatigue (8 %) et la leucopénie (6 %) ; et lors de l'étude 4 (n=47) : la neutropénie (47 %), la leucopénie (45 %), la thrombocytopénie (36 %), l'anémie (28 %), l'asthénie/fatigue (19 %), la pyrexie (17 %), les vomissements (9 %) et les nausées (6 %).
  • Les infections ont été les effets indésirables graves les plus courants constatés lors de l'étude 3 (n=131) et de l'étude 4 (n=47). Lors de l'étude 3, 25 patients (19 %) ont été victimes d'une infection sérieuse, y compris 6 patients (5 %) victimes d'infections graves liées au traitement. Lors de l'étude 4, 11 patients (23 %) ont été victimes d'une infection grave, y compris 8 patients (17 %) victimes d'infections graves liées au traitement.
  • Les réactions indésirables les plus courantes indépendamment du lien de causalité lors de l'étude 3 (n=131) ont été : les nausées (59 %), l'asthénie/fatigue (55 %), la thrombocytopénie (41 %), les vomissements (39 %), la diarrhée (36 %) et la pyrexie (35 %) ; et lors de l'étude 4 (n=47) : l'asthénie/fatigue (77 %), les nausées (75 %), la thrombocytopénie (72 %), la neutropénie (66 %), l'anémie (62 %), la leucopénie (55 %), la pyrexie (47 %), l'anorexie (45 %), les vomissements (40 %), la constipation (40 %) et la diarrhée (36 %).

Lymphome cutané à cellules T

  • Les réactions indésirables de grade 3/4 les plus courantes (>5 %) indépendamment du lien de causalité lors de l'étude 1 (n=102) ont été : les infections (11 %) et l'asthénie/fatigue (8 %) ; et lors de l'étude 2 (n=83) : la lymphopénie (37 %), les infections (33 %), la neutropénie (27 %), la leucopénie (22 %), l'anémie (16 %), l'asthénie/fatigue (14 %), la thrombocytopénie (14 %), l'hypophosphatémie (10 %), les vomissements (10 %), la dermatite/dermatite exfoliative (8 %), l'hypermagnésémie (8 %), l'hyperuricémie (8 %), l'hypocalcémie (6 %), les nausées (6 %) et le prurit (6 %).
  • Les infections ont été les effets indésirables graves les plus courants constatés lors de l'étude 1 (n=102) et de l'étude 2 (n=83) avec 8 patients (8 %) dans l'étude 1 et 26 patients (31 %) dans l'étude 2 victimes d'infection grave.
  • Les réactions indésirables les plus courantes indépendamment du lien de causalité lors de l'étude 1 (n=102) ont été : les nausées (56 %), l'asthénie/fatigue (53 %), les infections (46 %), les vomissements (34 %) et l'anorexie (23 %) ; et dans l'étude 2 (n=83) : les nausées (86 %), l'asthénie/fatigue (77 %), l'anémie (72 %), la thrombocytopénie (65 %), les changements d'ondes ECG ST-T (63 %), la neutropénie (57 %), la lymphopénie (57 %), les infections (54 %), l'anorexie (54 %), les vomissements (52 %), l'hypocalcémie (52 %), l'hyperglycémie (51 %), l'hypoalbuminémie (48 %), la leucopénie (46 %), la dysgueusie (40 %) et la constipation (39 %).

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES :

  • L'ISTODAX est métabolisé par le CYP3A4. Éviter dans la mesure du possible l'utilisation conjointe avec des inhibiteurs puissants du CYP3A4 et les inducteurs potentiels du CYP3A4.
  • La prudence est également de rigueur lors de l'utilisation conjointe d'inhibiteurs modérés du CYP3A4 et d'inhibiteurs de la glycoprotéine P (P-gp, ABCB1).
  • Les médecins doivent surveiller attentivement le temps de prothrombine (TP) et le rapport normalisé international (INR) chez les patients à qui il est administré en parallèle de l'ISTODAX et des dérivés de warfarine sodique.

UTILISATION CHEZ CERTAINES POPULATIONS SPÉCIFIQUES :

  • Comme de nombreux médicaments sont excrétés dans le lait maternel, et du fait du risque de réactions indésirables graves chez les enfants allaités engendré par l'ISTODAX, il est nécessaire de se prononcer en faveur soit de l'interruption de l'allaitement ou du médicament, en prenant en compte l'importance du traitement pour la mère.
  • Les patients souffrant d'insuffisance hépatique grave ou modérée et/ou d'une maladie rénale au stade terminal doivent être traités avec prudence.

Veuillez consulter les informations de prescription complètes, y compris les AVERTISSEMENTS ET PRÉCAUTIONS et les EFFETS INDÉSIRABLES.

L'ISTODAX(R) (romidepsine) en injection est indiqué pour le traitement du lymphome périphérique à cellules T (PTCL) chez les patients ayant suivi au moins une thérapie antérieure. Cette indication est basée sur le taux de réponse. Le bénéfice clinique, comme l'augmentation de la survie globale, n'a pas été démontré.

À propos du PTCL

Le lymphome périphérique à cellules T est un terme qui englobe différentes malignités à cellule T représentant environ 10 à 15% de l'ensemble des cas de lymphome non hodgkinien. Un PTCL peut se produire à tout âge, depuis l'entrée dans l'âge adulte jusqu'à un âge avancé, et il est légèrement plus fréquent chez l’homme que chez la femme. C'est une forme de lymphome particulièrement agressive avec une espérance de vie médiane de courte durée (environ deux ans) après son diagnostic.

À propos de Celgene International Sàrl

Celgene International Sàrl, située à Boudry, dans le Canton de Neuchâtel, en Suisse, est une filiale à part entière et le siège international de Celgene Corporation. Celgene Corporation, dont le siège se trouve à Summit, dans le New Jersey, est une société pharmaceutique internationale intégrée spécialisée dans la découverte, le développement et la commercialisation de traitements novateurs de lutte contre le cancer et les maladies inflammatoires au moyen de la régulation génique et protéinique. Pour de plus amples informations, visitez le site Internet de la société à l'adresse www.celgene.com.

Énoncés prospectifs

Ce communiqué de presse contient des énoncés prospectifs qui sont généralement des déclarations de nature non historique. Les énoncés prospectifs peuvent être identifiés par l'utilisation des termes « s'attend à », « anticipe », « pense que », « envisage », « estime », « prévoit », « perspectives », par l'emploi du futur ou d'expressions similaires. Ils sont basés sur les projets, estimations, suppositions et projections actuels de la direction et ne sont valables qu'à la date de leur formulation. Nous n'assumons aucune obligation de mise à jour d'un quelconque énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouvelles informations ou d'événements futurs, sauf dans la mesure où la loi l'exige. Les énoncés prospectifs comportent des risques et des incertitudes inhérents, dont la plupart sont difficilement prévisibles et qui sont généralement en-dehors de notre contrôle. Les résultats ou dénouements réels peuvent différer sensiblement de ceux sous-entendus dans les énoncés prospectifs en raison de l'impact d'un certain nombre de facteurs. Bon nombre de ces facteurs sont évoqués plus en détail dans notre rapport annuel sur formulaire 10-K et dans les autres rapports déposés auprès de la SEC (la commission américaine de contrôle des opérations boursières).

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

CONTACT:

Celgene International SàrlInvestisseurs :+41 32 729 8303ir@celgene.comouMédias :+41 32 729 8304media@celgene.com

© 2011 Business Wire - Tous droits réservés

Descripteur MESH : Patients , Lymphomes , Cellules , Maladie , Anémie , Neutropénie , Leucopénie , Infection , Causalité , Risque , Anorexie , Grossesse , Lymphopénie , Foetus , Acides , Hypocalcémie , Sécurité , Survie , Diarrhée , Traduction , Syndrome , Constipation , Warfarine , Suisse , Vie , Lysine , Magnésium , Tomographie , Temps de prothrombine , Médecins , Nature , Temps , New Jersey , Syndrome du QT long , Syndrome de lyse tumorale , Perfusion , Photographies , Potassium , Protéines , Prothrombine , Jurisprudence , Prurit , Femmes , Acides gras , Acides hydroxamiques , Adulte , Apoptose , Benzamides , Charge tumorale , Contraceptifs

nuance

Médicaments: Les +